Reportage: Afrique Matin au cœur de la chaîne de valeur du café.

Par Léon SAKI – Afrique Matin.Net

M. Yapi Yapo, Directeur de Nescafé Plan

 

 

En prélude à la Journée Mondiale du Café prévue pour se tenir le 01 octobre 2019, Nestlé Côte d’Ivoire a organisé, du 26 au 27 septembre 2019, un voyage d’immersion au sein de la chaine de valeur du Café intitulé « Voyage vert » dans le département d’Abengourou (Zone Est de la Côte d’Ivoire).

Cette expédition dédiée exclusivement aux hommes de médias notamment les journalistes, Blogueurs et influenceurs visait à faire découvrir le «Nescafé plan » qui consiste à offrir, aux familles productrices de café, un programme de formation et d’encadrement, des plants de café, un soutien matériel et logistique, des revenus sécurisés, tout en respectant l’environnement. D’autre part, l’initiative de Nestlé organisée en collaboration avec IVOIR TRIPS INTERNATIONAL (ITI) avait à son affiche une visite à la fabrique de Nescafé à Abidjan pour imprégner ces hommes de médias du processus de transformation du produit découvert dans les champs.

Quelques membres de la délégation

Partie d’Abidjan à 8 heures, c’est aux environs de 13 heures que la délégation a été accueillie par M. Yapi Yapo, Directeur de Nescafé Plan et Mme. Lath Laetitia, ingénieure agronome avant de fouler le premier champ de café dans le village de Golykouamékro.

Dans cette plantation de café appartenant à Dame Kouamé Tanoh bla Jeanne se trouvaient rassemblés trois dizaines de planteurs en pleine séance de formation sur les bonnes pratiques culturales; une formation donnée par M. Adama, moniteur agricole agréé de Nestlé assisté par M. Ouelyo, un traducteur en langue malinké.

« Faire le recépage, récolter les cerises mûres, laisser les cerises vertes mûrir avant de les récolter, bien sécher le café, ne jamais sécher le café ni sur le sol, ni sur le goudron, bien décortiquer le café, bien vanner et bien trier le café, mettre le café dans des sacs jutes propres et sans odeur, ne jamais mettre le café dans des sacs en nylon, garder le café à l’abri de l’humidité et dans un endroit aéré sans fumée ni odeur », sont des conseils prodigués aux planteurs par le moniteur Adama.

Le Moniteur Adama et son traducteur

Ce vieux champ de café de Dame Kouamé entièrement recépé ressemble désormais à une jeune plantation ; toute chose qui semble réjouir visiblement sa propriétaire. « Je suis très contente de l’encadrement que Mme. Lath Laetitia et ses hommes m’ont apporté. Voyez-vous comment ce vieux champ est devenu? Il est complètement neuf à cause des bonnes pratiques que nous avons appliquées », a-t-elle reconnu.

Kouamé Tanoh bla Jeanne, propriétaire de la 1ère plantation

Effectivement, le champ de café présentait encore les stigmates d’une très ancienne plantation qui a perdu ses vieilles branches par le processus de recépage pour connaitre une régénérescence étonnante. Il a été constaté, durant la visite de ce champ, une certaine solidarité entre les planteurs pour faire face au problème récurrent de nettoyage. Parce que l’une des difficultés partagées dans ce milieu reste l’entretien. Ainsi, à tour de rôle, les mêmes sont appelés à porter assistance à un autre en termes de nettoyage.

Expliquant à son tour l’action de Nestlé auprès des paysans, Mme. Lath Laetitia affirme que l’’hygiène alimentaire ne peut être garantie qu’en procédant aux contrôles nécessaires visant à prévenir les dangers alimentaires en chaque point sensible de la chaîne, depuis la production jusqu’à la commercialisation. Selon elle, il est largement reconnu que plusieurs des activités réalisées sur les exploitations, lorsqu’elles ne sont pas correctement gérées, peuvent conduire à la production d’aliments insalubres. D’où l’encadrement et l’assistance apportés par la multinationale aux planteurs pour non seulement les aider à s’approprier les bonnes pratiques culturales et d’hygiène mais surtout pour leur permettre de tirer profit de leurs activités à travers des plantations plus productives.

Après l’expérience d’une vieille plantation de café soumise aux bonnes pratiques sous l’encadrement des spécialistes, la délégation toujours conduite par M. Yapi Yapo et Mme. Lath Laetitia, s’est déportée sur une portion expérimentale de 4 plantations de café, dans le village de Tigorikro.

Madame Lath Laetitia, ingénieure agronome

Appartenant M. Kouadio Tigori et son épouse Kangah Amenan, il s’agit d’une vieille plantation pratiquement abandonnée par ses propriétaires, mais utilisée par Nestlé depuis 2015 dans le cadre d’une démonstration pratique. Selon l’ingénieure agronome, la vieille plantation abandonnée a été répartie en quatre portions. Une première portion baptisée « Pratiques paysannes », confiée à la famille Tigori ; une deuxième portion intitulée « Bonnes pratiques agricoles sans fertilisation » entretenue par les opérateurs de Nestlé ; une troisième portion dénommée « Bonnes pratiques agricoles avec fertilisation » tout aussi aux mains des opérateurs de Nestlé et une quatrième portion désignée «Replantation totale avec fertilisation » réalisée par Nestlé. Face aux quatre types de plantation, la différence est nette et graduelle. Le premier type de plantation aux mains de la famille Tigori est mal entretenu et entièrement touffue avec un rendement très faible selon les informations données par les opérateurs agricoles en place. Les trois autres ménagées par Nestlé dans le cadre de « Nescafé Plan » étaient mieux entretenues mais la plus productive, respectant les standards internationaux, reste la quatrième. Ces différents types de champ dont les recettes reviennent à la famille Tigori permettent de montrer aux caféiculteurs et à tous ceux qui envisagent de se lancer dans la culture du café, les avantages des bonnes pratiques.

M. Koappa Dazo Vincent, opérateur agricole

La visite dans l’Est de la Côte d’Ivoire s’est achevée à Niablé (23 kilomètres de la ville d’Abengourou), dans une plantation qui a la particularité d’appartenir à un opérateur agricole de renom : M. Koappa Dazo Vincent. C’est une exploitation bien entretenue ayant le mérite de répondre aux critères de bonnes pratiques et dont l’excellente santé de ses plantes et de ses cerises sont perceptibles à l’œil nu.

D’après son propriétaire, tout cela n’aurait pas été possible sans l’appui technique des agents de Nestlé notamment Mme Lath Laetitia. Ainsi, retraçant l’histoire de sa plantation, l’opérateur agricole a rappelé sa rencontre avec Nestlé faite sur insistance de l’une de ses connaissances, cadre au CNRA. « Il faut le dire sincèrement, depuis la rencontre avec les équipes de Nestlé, je gagne plus que je n’espérais. Cette dame (pointant du doigt Mme. Lath Laetitia) que vous voyez a travaillé avec acharnement pour que ma plantation de café soit aujourd’hui ce qu’elle est. C’est-à-dire, considérée par plusieurs comme la meilleure dans le département. C’est pourquoi, je voudrais ici adresser mes remerciements à Nestlé », a reconnu M. Koappa Dazo Vincent.

Sur place, dans son champ, ses braves femmes ont procédé à une récolte des cerises de café mures. Disons que tout le processus partant de la récolte au séchage a été rappelé qui montre combien l’opérateur agricole est très respectueux des bonnes pratiques. Très fier de son champ, le natif de Niablé a promené la délégation dans sa parcelle invitant parfois les chasseurs d’images présents à lui faire des prises avec ses arbustes de café.  C’est sur cette note de gaieté que la visite prend fin, aux environs de 16 heures pour mettre le cap sur la fabrique Nescafé d’Abidjan, le vendredi 27 septembre 2019.

Le Directeur de l’usine Nescafé, M.Khaled ATTIA

C’est dans le quartier de Marcory Zone 4 à proximité de la compagnie Républicaine de Sécurité 2 (CRS 2) que se dresse fièrement l’usine Nescafé. Bâtie sur une dizaine d’hectares, cette manufacture dégageant de loin une agréable senteur qui donne une forte envie de déguster du Nescafé est dirigée par M. Khaled ATTIA, un homme jovial plein d’enthousiasme. Dans la salle de réunion entièrement aménagée pour recevoir la délégation venue d’Abengourou, le Directeur de l’usine  a voulu, lui-même, adresser les mots de bienvenue à ses visiteurs, avant de céder le pupitre à l’une de ses collaboratrices pour les conseils d’usage à observer durant la visite. Cette séance de réception a permis à M. Khaled ATTIA de prendre les impressions de ses visiteurs sur le « voyage vert ».

C’est à la suite de ces échanges que les portes de l’usine furent ouvertes aux hommes de médias. Guidés par M. AKO Roger, chef de fabrication, les visiteurs ont pris connaissance de la zone de réception du café vert où un engin robotisé s’introduit dans les containers pour sortir le produit convoyé des champs en vue d’être stocké dans l’entrepôt géant. Après un premier contrôle par les sondes, versage du café pour être nettoyé. Cette étape permet de sortir du produit, les éléments étrangers notamment les résidus, les pierres, les fers ; chaque matière retirée ayant son propre compartiment.

Le café vert soigneusement nettoyé est alors déversé dans les fours pour être rôti. Ce processus appelé torréfaction est piloté par les opérateurs de la salle dédiée dotée d’un équipement informatique de pointe. Il s’en suit l’étape où le café rôti subit ensuite une autre transformation pour devenir du café rôti concassé. De cet état, il passe au stade du café extrait léger (11%) avant de subir l’évaporation sous la forte pression des grands fours pour devenir de l’extrait lourd (50%). Ce café liquide compact est à son tour passé au séchage pour sortir en poudre (café poudre fine), une poudre utilisée sur d’autres marchés.

Mais les besoins du marché ivoirien se formulant en café granulé soluble, le café poudre fine va, dès lors, subir une dernière transformation à travers l’agglomération. Fin de fabrication du Nescafé made in Côte d’Ivoire. Place maintenant au conditionnement.

Dans ce département à majorité tenu par les femmes, des machines de haute précision travaillent à la chaine pour sortir du Nescafé sous plusieurs types d’emballages. L’ensemble des produits conditionnés sont en définitive conduits dans l’entrepôt pour être mis sur le marché.

La visite s’est achevée à la salle sensorielle exclusivement réservée à l’évaluation sensorielle des produits. Cette étape aura permis aux hommes de médias de comprendre la rigourosité et le sérieux avec lesquels travaillent les experts du département du contrôle qualité pour la satisfaction des consommateurs en termes d’hygiène et de qualité.

Que retenir de cette de cette expédition ?

La chaîne de valeur se résume, dès lors, à l’ensemble des activités réalisées par Nestlé pour augmenter la valeur, la qualité de ses produits. Elle peut être aussi vue comme une étude précise pour mettre en évidence ses activités ayant un impact de qualité qui lui donne un avantage concurrentiel. Si en un mot, la chaîne de valeur, c’est l’ensemble des actions ou activités mises en place ou réalisées permettant à Nestlé d’être compétitif dans le secteur du café, avec Nescafé plan, elle représente un outil indispensable pour les caféiculteurs de s’approprier les bonnes pratiques culturales et d’hygiène afin de tirer profit de leurs activités (à court, moyen et long terme) à travers des plantations plus productives.

Ce voyage au cœur de la chaine de valeur du café aura permis de comprendre que l’exigence hygiène et qualité sont des principes sacrés au sein du groupe Nestlé, et la nutrition, la santé et le bien-être des populations, une garantie assurée dans un contexte de valeur partagée.

GALERIE PHOTOS OFFERTE

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook