Développement/Assinie-Mafia, la petite localité devenue l’Eldorado ivoirien

ads bas

Par Brou François/afriquematin.net

Située à 94 km à l’est d’Abidjan, plus précisément dans la région du Sud-Comoé, Assinie Mafia est une station balnéaire accueillante, bordée par l’océan et accessible par les airs, par la route ou par la voie fluviale.

D’une superficie de plus de quinze  kilomètres, cette ville qui partage sa frontière avec le Ghana, s’est développée de manière spontanée, et est perçue depuis quelques années l’eldorado ivoirien. Pourtant, Assinie Mafia survit, et grande est l’ambition d’Hyppolite Ebagnitchie, le tout premier maire, de transformer cette localité en «un site touristique de référence mondiale».

Porte d’entrée de la civilisation occidentale, Assinie, devenue au fil du temps Assinie- Mafia, fut le premier comptoir de la Côte d’Ivoire. Bien qu’il ne reste plus aucun vestige de cette époque ! Dès 1637, cinq missionnaires capucins, venus de Saint-Malo pour évangéliser les populations, s’y installent.

Le premier maire de la commune d’Asinie-Mafia, Hippolyte Ebagnitchie

C’est en 1687, deux ans après le Code noir, que des missionnaires et des commerçants français s’installent sur le site d’Assinie, à l’extrémité  du littoral, vers la côte de l’Or. Mais ils en repartent en 1705, après avoir construit et occupé le Fort Saint-Louis, premier établissement français d’Assinie, de 1701 à 1704. «Parmi eux, le chevalier d’Amon et l’amiral Jean-Baptiste du Casse, directeur de la Compagnie du Sénégal, débarquent, intéressés par le trafic de l’or. Ils sont reçus à la cour du roi Zéna. Ils ramèneront en France le jeune prince Aniaba et son cousin Banga. Lesquels seront présentés au roi de France, Louis XIV, puis se convertiront au catholicisme. Aniaba sera baptisé par l’évêque de Meaux, Bossuet. Banga et lui deviendront officiers dans le régiment du Roi, avant de retourner à Issiny (Assinie) vers 1700», rappelle le maire, Hippolyte Ebagnitchie.

Un royaume autrefois prospère 

Le premier fort durable de la côte, Fort-Joinville, sort de terre. Suivront plus tard, entre 1701 et 1704, le Fort Saint-Louis ; puis celui de Grand-Bassam en 1843, après le débarquement des lieutenants de vaisseau, Kherallet et Fleuriot de Langle. Un traité entre la France et le roi de Krinjabo, Amon Ndouffou, sera signé au cours de cette période.

A cette époque, les escarmouches avec les Anglais étaient fréquentes, et les moyens ne permettaient pas d’exploiter l’intérieur du pays. C’est à l’intérieur de ces forts que les premiers comptoirs commerciaux seront installés durant les années qui suivront. L’histoire d’Assinie est donc celle d’un grand royaume, prospère à l’époque ; mais qui par la suite perdra de son attrait…

  En 2018, le président de la République,  S.E.M. Alassane Ouattara, vu le développement qui se dessine à Assinie, décide de l’ériger en commune de plein exercice et prend un décret dans ce sens. Suite à  l’élection municipale qui se déroule au mois d’octobre 2018, l’équipe conduite par Hippolyte Ebagnitchie est élue à la tête de la commune. Il devient ainsi le tout premier maire de cette localité.

Dès sa prise de fonction, Hippolyte Ebagnitchie annonce les couleurs ;  concrétiser  les besoins de la population, estimée à  plus de 20.000 habitants. Ainsi, pour  mieux répertorier les exigences  des résidents d’Assinie, la première autorité municipale  a eu la bonne idée d’organiser des ateliers de réflexion, afin de lister les engagements pris lors de la campagne. «Ce séminaire, suivi des ateliers que nous avons organisés à l’endroit des jeunes, des femmes, des opérateurs économiques, nous a permis de hiérarchiser et de quantifier les différents besoins. Au terme de ces rencontres et de ces échanges, nous étions à  même de produire le « Plan  de Développement Communal d’Assinie 2019-2023, baptisé  Assinie 23, qui n’est autre que notre feuille de route, et qui, une fois entamé,  permettra aux résidents et à la population locale de jouir d’un meilleur bien-être», souligne le maire.

Une vision à plusieurs piliers

Voir Assinie , y habiter et y habiter est le rêve caressé de tout citoyen lambda!

Pour réussir son pari,  Hippolyte Ebagnitchie a défini une stratégie : une vision  à  plusieurs piliers. Le premier pilier, «Emploi» consiste à proposer des emplois aux jeunes de la commune, dont 72% d’entre eux a moins de 35 ans et 40% sont en quête d’emplois. «Pour cela, nous misons sur  le renforcement des capacités auprès des jeunes. Nous avons décidé de les former aux métiers qui correspondent à notre environnement immédiat ; plus spécifiquement aux  métiers du secteur de l’hôtellerie et du tourisme. Nous incitons et accompagnons également les jeunes à monter des projets». En effet, le conseil municipal a établi un programme pour une centaine de jeunes pour devenir des guides touristiques, des surveillants les plages…

Quant à la majorité des femmes actives de la commune, elles bénéficieront également d’une assistance logistique dans la filière «Pêche», qui est leur activité principale. Grâce à la création d’un débarcadère équipé d’applications informatiques pour vendre leurs marchandises. L’aménagement de zones d’aquaculture prévues dans la stratégie de développement de la commune vont  permettre à la longue, de développer la pisciculture», fait savoir le maire.

 Deuxième pilier qui est le volet « Environnement » «que nous devons maîtriser, car si on n’y prend garde, Assinie- Mafia pourrait être victime de son succès », explique le maire. Il s’agit pour ce dernier de disposer d’un plan d’urbanisme-, obéissant à des règles précises.

Plusieurs priorités

 Dans le souci de créer «une ville verte», plus de 40 hectares de réserve de terres seront sauvegardés et le reboisement, notamment des mangroves, sera pris en compte. Et le foncier rural dans tout ça ? «A la base, souligne le maire, Assinie était composée de terrains villageois que leurs propriétaires vendaient selon leur volonté. Depuis 2017, l’Etat a commis en mission, un cabinet d’urbanisme pour structurer les lotissements contrôlés par le ministère de tutelle, en respectant le schéma directeur afin de rendre plus modernes les voies d’accès dans la ville», fait savoir le maire Hippolyte Ebagnitchie.

Concernant le troisième pilier qui est  le volet «Sécurité», dès leur installation, le maire et le conseil municipal ont pris les dispositions nécessaires pour assurer la sécurité des biens et des personnes, un aspect important du développement économique et social d’une localité.

A titre d’exemple, « au niveau des plages, des miradors ont été installés à Assouindé et à Assinie-Mafia, une brigade d’intervention rapide, composée d’agents dédiés prioritairement à la surveillance et au sauvetage ont été formés et équipés afin qu’en cas de danger, ils puissent agir rapidement. Des radars pédagogiques sont progressivement installés les grands axes de la commune empruntés par les automobilistes. D’autre part, il existe déjà un commissariat  ainsi que des brigades, de la police maritime et des agents des Eaux et forêts dans la commune depuis des années. La mairie vient tout récemment d’équiper la police municipale de véhicules de type 4X4 Pickup, de moto-cross, de quads et d’une caméra de vidéosurveillance placée  au carrefour principal d’Assinie Mafia », précise-t-il.

Assinie-Mafia, jadis, petit village…

Le développement des services de base, notamment l’éducation, la santé et la matière économique constituent les  autres priorités du maire. «En ce qui concerne le volet «Éducation», notre objectif est que l’enseignement qui se fait  dans la commune, soit de qualité. Aussi, d’ici la fin de notre mandat, nous prévoyons au niveau du primaire,  quarante élèves par classe», affirme Hippolyte Ebagnitchie. D’où la construction progressive avec l’aide de fondations comme la Fondation Pierre Fakhoury, la Fondation Bénédicte Janine Kacou Diagou, … d’écoles, donc de classes supplémentaires et des commodités requises.

La «Santé» n’est pas en reste, « et d’autres challenges sont à relever. La commune d’Assinie Mafia compte seize villages. C’est la raison pour laquelle, nous envisageons construire un grand hôpital pour freiner l’exode sanitaire », poursuit Hippolyte Ebagnitchie.

 Enfin le volet socio-culturel pour lequel l’équipe municipale prévoit la construction d’un musée «qui retracera l’histoire d’Assinie.  Le touriste qui viendra pourra ainsi découvrir l’histoire de la Côte d’Ivoire à partir d’Assinie», annonce-t-il.

Plusieurs projets en perspectives

Au niveau touristique, le maire et son équipe, qui  travaillent en parfaite harmonie avec le ministère du Tourisme, souhaitent faire d’Assinie Mafia, -, « une zone touristique à visage humain ; autrement dit, une zone de repos pour les résidents qui bénéficieraient d’une bonne qualité de vie ; avec un centre-ville bordé d’espaces verts», note-t-il.

…est perçue depuis quelques années l’eldorado ivoirien.

Dans sa vision prospective, le maire de la commune d’Assinie Mafia a la volonté de réaliser plusieurs projets. Qui certes ne se feront pas en l’espace d’une seule mandature ! «A la fin de la période 2022-2023, nous ferons le bilan en vue de nous lancer dans les nouveaux défis et de s’attaquer aux autres enjeux qui se présentent à notre équipe. D’ores et déjà, nous saluons et nous remercions les opérateurs économiques et les responsables des fondations qui nous font confiance, en nous apportant le soutien nécessaire qui a permis de réaliser certaines œuvres et infrastructures socio-économiques», affirme-t-il.

Plusieurs perspectives s’offrent encore à cette jeune commune. Eldorado pour certains, zone de villégiature pour d’autres, et c’est avec le concours de tous que se développera, Assinie Mafia. «Pour en faire un pôle d’attraction touristique de référence mondiale». Telle est la volonté du premier magistrat de la commune d’Assinie Mafia et de son équipe. Voir Assinie et … y habiter est le rêve caressé de tout un citoyen!

Les commentaires sont fermés.