Bouaké/Après Blé Goudé-Soro, les populations réclament la rencontre Gbagbo-Alassane

Par Fatime Souamée/afriquematin.net, Correspondante régionale

L’ex-leader des « Jeunes Patriotes » ivoiriens, Charles Blé Goudé et  l’ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, se sont rencontrés le dimanche 24 novembre 2019, à La Haye. Un tête-à-tête, à l’issue duquel les populations de Bouaké se prononcent.

 La réconciliation est-elle vraiment lancée en Côte d’Ivoire entre les autorités politiques ? Assurément oui, si l’on croit à l’actualité politique depuis quelques mois. Après la rencontre entre Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié à Bruxelles, c’est autour de Blé Goudé et de Guillaume Soro de faire un tête à tête. Une rencontre qui réjouit la majorité des populations de la capitale du Gbêkê Gossan.  « Cette rencontre nous surpris, au départ je n’ai pas cru. J’ai pensé à des rumeurs ; puis j’ai vu les deux sur les réseaux sociaux. En tout cas pour moi c’est une bonne chose. Nous sommes fatigués de la guerre. Bouaké qui était avant 2002 une belle cité, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Si Gbagbo et Alassane pouvait aussi se rencontrer. Nous voulons vraiment la paix », a déclaré Ahmadou Bakayoko, mécanicien de son état au quartier Koko.

 Pour Mariam Koné tenancière d’un restaurant au centre commercial de Bouaké, cette rencontre est une bonne nouvelle, « Soro et Blé Goudé se sont rencontrés c’est bon. Bédié et Gbagbo aussi on dit qu’ils ont été les premiers. Moi je voulais maintenant Gbagbo et Alassane. La guerre a détruit beaucoup de choses ici à Bouaké. Il faut maintenant la paix », s’est-elle exprimée.

En effet, la majorité des habitants sont unanimes qu’il faut la paix en Côte d’Ivoire. Cependant, elles sont sceptiques quant à l’issue de ces différentes rencontres. Konan Isidore, professeur de français dans un lycée de la place se rappelle lui, la flamme de la paix organisée à Bouaké le 30 juillet 2007. « Si nous sommes sceptiques c’est par ce que dans cette même ville, l’on a  célébré la paix, à travers la Journée dite de  « la flamme de la paix », et ce en  présence de six chefs d’Etat africains. On avait décidé de tourner définitivement le dos à la guerre, en brûlant symboliquement des armes. Malheureusement le syndrome crise est revenu. On observe alors sans trop de certitude », a raconté l’enseignant. Cet autre éducateur, Kouassi Raphael enseignant qui semble mieux connaitre l’histoire de Blé Goudé et de Soro Guillaume est quant à lui confiant. « Je pense pour ma part que cette fois-ci est la bonne. Longtemps amis et compagnons de lutte au sein de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), le principal syndicat étudiant aujourd’hui les deux leaders ont exhorté  le régime d’Abidjan à créer les conditions d’une paix durable. Et je pense que c’est une bonne chose. Nous attendons la réaction d’Abidjan si possible, une rencontre Alassane-Gbagbo, pourquoi pas » ? s’est-il réjouit.

Espérons que les leaders de la vie politique ivoirienne bannissent toute idée de guerre. Le peuple ivoirien, issu des soixante (60) ethnies et de différentes confessions religieuses, ont vraiment soif de paix. Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié, Alassane Ouattara, Blé Goudé et Soro Guillame ont le devoir de ramener cette paix durable pour le bonheur des populations. « Il ya un temps pour tout » ont conclu les bouakéens.

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook