Port-Bouët-Législatives/Face à ses militants Affi N’guessan déclare : « La désobéissance civile … n’était pas la meilleure solution»

ads bas

Par Nadège Kondo/afriquematin.net

Le président d’une faction du Front populaire ivoirien (FPI, parti de l’ex-président Laurent Gbagbo), Pascal Affi N’guessan était hier,  mardi 23 février 2021, dans la commune de Port-Bouët pour présenter les deux candidats qui devront défendre son Parti au scrutin législatif du 06 mars 2021.

Au cours de cette rencontre avec les militants, il a fait remarquer que l’appel à la désobéissance civile lancé par la coalition des Partis de l’opposition lors de l’élection présidentielle controversée du 31 octobre dernier, n’était pas la meilleure option. En revanche, elle été appliquée, car c’était l’unique solution pour l’opposition ivoirienne.

 « Tout ce qui nous restait comme solution, c’était la rue, c’était le boycott, la désobéissance civile avec tous les risques que cela comportait. Mais nous avons accepté de prendre ces risques parce que l’avenir de la Côte d’Ivoire en dépendait. Cependant, nous connaissons le bilan au plan humain, matériel et nous savions que ce n’était pas la meilleure solution. Mais dans certaines circonstances, il faut faire usage des seuls moyens qui sont à votre disposition », a-t-il expliqué avant de galvaniser ses militants,  « si nous voulons que demain ce qui s’est passé en 2020 ne se reproduise pas, il faut que le débat ait lieu à l’Assemblée, que l’opposition soit suffisamment forte et dominance à l’hémicycle pour équilibrer le pouvoir. De sorte que si le RHDP a le gouvernement, l’opposition aussi ait l’Assemblée et que les deux entités, pouvoir et opposition soient condamné à discuter, à s’entendre pour que la Côte d’Ivoire avance ».

Le président du conseil régional du Moronou, par ailleurs candidat à Bongouanou se réjoui déjà d’une victoire écrasante pour la reconquête du pouvoir d’Etat de son Parti, en 2025. « Nous sommes sûrs que cette année, la participation électorale va s’améliorer. C’est le moment pour le FPI de renaître de ses cendres, de se repositionner et de marcher vaillamment vers la victoire de 2025. Il faut qu’on gagne à Port-Bouët pour marquer les esprits, pour montrer que nous sommes prêts à revenir au pouvoir. C’est pourquoi, nous avons cette candidature ici à Port-Bouët.», a-t-il dit.

Les commentaires sont fermés.