Pasteur Kouadio –Bhegnin N’Goran: « Aujourd’hui, beaucoup de serviteurs de Dieu ignorent l’évangile de l’eau et de l’esprit ».

Interview réalisée par Vouzo Zaba /Afriquematin.net.

Titulaire d’un Doctorat  en théologie, Docteur-pasteur aumônier colonel major de division, le Pasteur Kouadio-Bhegnin N’Goran  nous a livré, au travers d’une longue interview confession, un témoignage  édifiant du parcours qui l’a emmené au Christ. Depuis sa conversion, en passant par les événements et acteurs politiques clés   de ces vingt dernières années, il relate avec détails tous les périples qui ont forgés sa foi en Jésus et la mission divine qui fonde désormais son espérance. Dans la publication de la  troisième et dernière partie de   cette interview,  Il  parle de l’indissociabilité des Ministères de Jean Baptiste et de Jésus  avant de s’étendre longuement sur « évangile de l’eau et de l’esprit » qui constitue, à ses yeux,  le message essentiel du Christianisme.

Parlez-nous de la mission divine qui vous a été confiée.

Avant cela, il faudrait savoir qu’en 2010, j’ai quitté l’Eglise Vase d’Honneur que je fréquentais auparavant  et j’ai, avec la permission de Jésus, crée la  Mission Evangélique Paroles de vie (MEP-VIE). Puis, quelques temps après,  j’ai  croisé un homme de Dieu, Yao N’guessan Williams, avec à qui j’ai  confié la gestion de l’Eglise que l’Eternel m’a demandé de Bâtir. Nous sommes situés à Cocody-angré, dans le prolongement du boulevard Latrille, à la fin bitume, non loin du collège Djorobité.

Expliquez à nos lecteurs ce que vous  entendez par « La justice de Dieu se trouve dans son évangile de l’eau et de l’esprit »   

Dieu a enfermé sa justice au travers de l’Evangile de l’eau et de l’esprit  qui est expliqué par Jésus  à Nicodème (Jean 3).  J’ai fais une publication dans laquelle je disais que les deux jambes du Christianisme sont Jean 3, Jean 4,  qui se résument en ‘’comment naitre de nouveau, comment prier’’. Je bénis l’Eternel qui m’a ouvert les yeux  parce que cet Evangile pure est enseigné par notre seigneur Jésus Christ. Pour l’expliquer, j’ai l’habitude de partir de Mathieu 6 verset 33 « cherchez premièrement le royaume des cieux et sa justice, le reste vous sera donné ». Jésus dit à Nicodème que s’il ne nait de nouveau, il ne peut ni voir, ni entrer dans le royaume des cieux. Vous comprendrez au travers de ces paroles que le Royaume des cieux est l’essence  de notre existence. Si nous ne l’avons pas  obtenu, à quoi nous a servi de gagner la terre si notre âme est perdue ? Voila pourquoi Jésus a enjoint à Nicodème la nécessité de naitre d’eau et d’esprit. C’était en outre une manière  de confondre nicodème qui était Docteur de loi en Israël et qui en vérité n’avait pas expérimenté cette nouvelle naissance via L’eau et l’Esprit. Dieu dit  ‘’Je suis un Dieu méchant qui punit la faute des pères sur les enfants jusqu’à la quatrième génération mais qui fait grâce à la génération de ceux qui m’obéissent  jusqu’à la dixième génération’’. Et c’est pour changer la Loi, que les hommes étaient incapables de respecter et qui leur valait le courroux de Dieu,  que celui-ci a décidé de la changer en une autre. Et c’est là qu’il nous a envoyé la nouvelle alliance.  Jérémie 31 à partir du verset 27. « On ne dira plus les pères ont mangé des raisins verts et les dents des enfants en ont été agacés ». Désormais, chacun mourra pour son propre péché. Et puis dans Ezéchiel 36 verset 25, l’éternel dit : « je vous laverai d’une eau pure ». Une fois de plus, vous voyez que Dieu a enfermé sa justice dans l’eau. C’est aussi souligné dans 2pierre 3 verset 21 : « Cette eau était une figure du baptême qui n’est pas la purification des souillures du corps mais l’engagement d’une bonne conscience envers Dieu et qui maintenant vous sauve par la résurrection de Jésus ». Pour en revenir à Nicodème, Jésus s’est littéralement moqué de celui qui était censé avoir passé cette étape fondamentale du cheminement spirituel. Aujourd’hui, beaucoup de serviteurs de Dieu ignorent l’évangile de l’eau et de l’esprit or celui-ci est au cœur de l’enseignement du Christ.

Dans l’une de vos prédications, vous clamez ceci : « Nicodème est mon héros »…

Nicodème, docteur de la loi, d’Israël, est venu à Jésus, rasant nuitamment les murs  pour comprendre le message du Christ. Malgré sa tristesse lorsqu’il a réalisé les difficultés liées à l’évangile de l’eau et de c’esprit, c’est-à-dire les mystères de la nouvelle naissance, il n’a surement pas baissé les bras  si l’on s’en réfère à la bible. En effet, en Matthieu 7, versets 50-52, Nicodème, contrairement,  à ses pairs, va prendre la défense de Jésus. Jean7- 50 à 52 : « Est-ce que notre loi condamne t-elle quelqu’un sans l’avoir entendu »? En jean 19-39,  c’est encore Nicodème, aidé de Joseph d’arimathie, qui vont assurer à Jésus des funérailles de première classe. Tout cela sous-tend qu’il y a eu une transformation spirituelle certaine qui s’est passé en Nicodème au point qu’il veuille s’immiscer à ce point dans la vie de Jésus.

Voici différentes figures présentées : La figure de la femme dont le talon écrase le serpent et celle  du fils de la femme qui écrase la tête du serpent. Que pouvez-vous dire de ces images beaucoup trop ambiguës pour nombre de chrétiens ?

Les gens travestissent les textes. Adan et Eve ont péché. Dieu, pour cela convoque un tribunal dans le livre de Genèse 3 au verset  15. Dieu proclame par la suite une des sanctions à l’encontre du serpent. Entre autres sanctions, Dieu dit « tu mangera la poussière ». A qui la  poussière fait-elle référence ? C’est bien l’homme car il a été tiré de celle-ci. Poursuivant, Dieu dit : «  je mettrai l’inimitié entre toi et la femme,  entre ta postérité et la sienne. Celle-ci (la postérité de la femme) t’écrasera la tête et tu lui blesseras le talon ».  C’est bien dommage que les gens s’adonnent à la manipulation des écritures. Les gens devraient pourtant bien savoir que Christ est l’épicentre du Christianisme et non  pas Marie.

Venons’ en à la symbolique de la colas dont vous usez,  en référence  à  Jean Baptiste et Jésus.

La  colas est un fruit beaucoup usité dans les us et coutumes africaines. Dans l’imagerie traditionnelle, l’on ne peut faire de sacrifice avec la moitié d’une colas. C’est un fruit qui est formé de deux parties qui sont unies. Ici, c’est l’indissociabilité des deux parties de ce fruit  que j’ai voulu faire ressortir quant aux ministères de ces deux personnages qui le sont également. L’un ne peut aller sans l’autre.

Vous affirmez que la « La violence se tient en ces deux personnages : Jean Baptiste et Jésus »…

Jésus dit en Matthieu 11, verset 12 : «  Depuis le temps de Jean Baptiste jusqu’à présent, le royaume des cieux est forcé et ce sont les violents qui s’en emparent ». La violence tient d’abord aux personnages puis à leurs messages. Voyons ensemble cet aspect des  deux personnages. La Bible dit que depuis l’âge de quatre ans, Jean Baptiste vivait dans le désert, ses cheveux étaient hirsutes et il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. En outre, il s’habillait avec des peaux de gazelle. Quant à Jésus, Il a toujours été présenté comme un bel homme et pourtant,  la bible en dit  long sur son aspect extérieur. Dans Esaie 53, le prophète dit entre autres que Jésus « n’avais ni beauté, ni splendeur propre à attirer les regards et que son aspect n’avait rien pour plaire. Dans ce même verset, on dit qu’il était «  méprisé, dédaigné et a porté les péchés des hommes dans la douleur ». Voyez-vous toute cette violence afférente à leurs aspects physiques ?  . Et pour le message, La thora précise que le sauveur d’Israël proviendrait de la maison de David, celui qui a tué Goliath. Les gens s’attendaient donc à un guerrier qui viendrait libérer les Israélites des envahisseurs qui faisaient souffrir le peuple. Quelle ne fut leur surprise et leur déception lorsque Jésus a prôné le pardon, l’amour. Sa doctrine ne pouvait être accepté que par ceux qui se sont faits violence en  ‘’s’élevant spirituellement ’’ pour en tirer la quintessence de son message et la grandeur de celui-ci.

Vous faites très souvent  référence à l’indissociabilité de la Mission de Jean Baptiste et de celle de Jésus.

En Malachie 2, Dieu en parle. Bien avant cela, en Deutéronome 18, au verset 15, Dieu a dit à MOISE  qu’il susciterait un prophète d’entre ses frères.  Remarquez  que le dernier prophète était Malachie. Après lui, plus aucun véritable prophète qui ait fait l’unanimité. Jésus lui-même rend témoignage d’Elie, en référence à Jean Baptiste. Dans Mathieu 11, il le dit clairement. A son tour, jean Baptiste dit que Jésus est le messie lors du baptême de celui-ci. Il ne faudrait surtout pas oublié que Jean Baptiste est issu de la lignée d’Aaron, grand sacrificateur qui était en charge du temple de Dieu et des sacrifices rituels. L’imposition des mains de Jean Baptiste à Jésus lors du Baptême rappelle  étrangement le grand cérémonial de son aïeul, Aaron. Et la phrase à l’adresse de Jésus lorsqu’il le vit est aussi explicite : Celui-ci est l’agneau de Dieu venu pour ôter le péché du monde.

Parlez-nous, avant de clore cet entretien,  de la Fête de la nativité   puisque nous ne saurions occulter cette période très importante  dans laquelle nous sommes  et qui fait partie de l’histoire de l’Eglise.

En ce qui concerne la naissance du Christ, je vais faire référence ici à Melchisédech dans hébreux 7 au verset 3, « qui est sans père, sans mère, sans généalogie, qui n’a ni commencement de jours ni fin de vie, -mais qui est rendu semblable au Fils de Dieu, -ce Melchisédech demeure sacrificateur à perpétuité ». Or, il est dit plus loin que Jésus est sacrificateur pour toujours selon l’ordre de Melchisédech (hébreux 7-17). Vous comprendrez que décréter un jour comme étant la naissance de Jésus n’est que le fait des hommes. Jésus est Dieu.

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook