La Côte d’Ivoire fait du « sur place » depuis 2016 en matière de réformes des politiques et des institutions

Par Jean Levry – Afriquematin.net

La dernière évaluation des politiques et institutions publiques en Afrique subsaharienne réalisée par la Banque mondiale révèle une situation globalement inchangée en 2017, alors qu’elle s’était dégradée l’année précédente. Au cours  de la présentation du rapport CPIA  qui a eu lieu le jeudi 12 septembre 2018 dans les locaux de la Banque mondiale par vidéoconférence depuis Washington, l’économiste en chef pour la région Afrique, Albert Zeufack, a indiqué que le score de la Côte d’Ivoire n’a pas

augmenté entre 2016 et 2018. Le pays occupe la 10ème place dans le classement de la Banque mondiale.

Cette analyse couvre 38 pays et mesure leurs progrès dans le renforcement de la qualité des politiques et institutions publiques. Les pays sont notés sur une échelle de 1 (note la plus faible) à 6 (note la plus élevée) pour 16 indicateurs de développement regroupés dans quatre catégories : gestion économique ; politiques structurelles ; politiques d’insertion sociale et d’équité ; gestion et institutions du secteur public. En 2017, la note moyenne attribuée par l’« Évaluation des politiques et des institutions en Afrique » (plus connue sous son acronyme anglais « CPIA ») s’établit à 3,1. L’Afrique subsaharienne est donc légèrement en-dessous de la moyenne des autres pays bénéficiant de l’aide de l’Association internationale de développement (IDA)*, qui ressort à 3,2.

« En 2017, les pays africains ont bénéficié d’un environnement mondial plus favorable qui leur a donné l’espace nécessaire pour introduire des réformes », explique Punam Chuhan-Pole, économiste principale à la Banque mondiale et auteur principale du rapport. « Selon notre analyse, en 2017, les pays ont été près de 30 % plus nombreux qu’en 2016 à améliorer leurs politiques et institutions nationales. C’est là une tendance encourageante. » La conjoncture économique mondiale a en effet permis à l’activité économique de se redresser en Afrique subsaharienne, atténuant les pressions qui s’exercent sur des structures politiques et institutionnelles faibles.

LIRE AUSSI :   "Festival Week-Ind de l’indépendance" / De grandes innovations annoncées cette année

La situation est cependant très variable d’un pays à l’autre. Le Rwanda a continué d’être en tête du classement, à l’échelon régional et mondial, en obtenant une note de 4. Parmi les autres pays bien placés dans le classement régional, on trouve le Sénégal, avec la note de 3,8, suivi de près par Cabo Verde, le Kenya et la Tanzanie, qui obtiennent tous les trois la note de 3,7. Dans l’ensemble, un peu plus de la moitié (20) des pays de la région qui empruntent auprès de l’IDA ont affiché des performances relativement faibles, avec des notes inférieures ou égales à 3,2. Les pays fragiles peinent en particulier à faire face aux défis posés par un environnement exposé à des risques élevés de conflit, aux chocs sur les prix des produits de base ou à la menace climatique.

« Le CPIA est un outil important pour les pays africains car non seulement, un meilleur score permet d’augmenter le montant des financements concessionnels octroyés par la Banque mondiale, mais aussi parce que c’est un excellent outil pour élaborer et suivre les politiques publiques », souligne Albert Zeufack, économiste en chef de la Banque mondiale pour l’Afrique. « Par conséquent, nos pays devraient accorder plus d’attention à cet outil important et l’utiliser. »

Depuis 1980, les notes de la CPIA servent à déterminer l’allocation des ressources de l’IDA aux pays les plus pauvres. Elles permettent également de suivre les progrès des économies africaines et de les comparer à ceux des autres pays IDA.