Culture/Le carnaval ivoiro-antillais très attendu

Par Yann Dominique N’guessan/afriquematin.net

Georges Ravoteur, antillais d’origine martiniquaise annonce la 9ème édition du carnaval ivoiro-antillais sur les bords de la lagune Ebrié en février 2022.

Le village d’Anono, sis à Cocody Riviera 2 abritera les 25 et 26 février 2022, la 9ème édition du carnaval ivoiro-antillais. Placé sous le thème « réconciliation », ce rendez-vous culturel festif qui se tient chaque année sera marqué par le défilé et le vidé.

Selon le Commissaire général, Georges Ravoteur, initiateur et promoteur du carnaval, président de la coopération ivoiro antillaise et vice-président de l’association des Antillais guyanais de Côte d’Ivoire, l’idée de créer ce pont culturel entre son pays et la Côte d’Ivoire vient du fait que vers la fin des années 2010, il y avait organisé une petite fête, le « chanté Noël » réunissant les tout-petits du quartier et qui venait de prendre fin.

Georges Ravoteur, initiateur du carnaval ivoiro antillais

« Un jour, j’étais seul à la maison et du coup l’idée m’est venue, je me suis dit : pourquoi ne ferais-je pas un chanté Noël ? Comme ça les Ivoiriens verraient comment nous fêtons la nativité aux Antilles et les gens se sont passés le mot, ils sont arrivés avec des mets africains. J’étais étonné parce qu’il y avait plus de cent personnes », se souvient Georges Ravoteur.
Après cette cérémonie qui s’est tenue à son domicile, il a soumis cette idée aux membres du syndic de son quartier qui l’ont approuvé. « La première édition s’est passée dans ma maison et c’est comme ça que tout est parti. C’est ainsi que j’ai jugé utile d’organiser le carnaval », explique-t-il. Malheureusement, fait-il remarquer, « l’édition de 2021 qui devait réunir un parterre de guadeloupéens n’a pas pu avoir lieu à cause de la Covid-19 ».

 Cependant Georges Ravoteur reste optimiste. « Si les gens peuvent venir sur instructions des conditions de la covid-19 ce serait intéressant, sinon que ce serait avec les communautés qui organiseront cette randonnée », précise-t-il.

En terme de bilan, l’initiateur en tire une satisfaction, « car, parti d’un salon de domicile pour être déporté sur la place publique, c’est pour moi une fierté ».

 Le décès du guadeloupéen Jacob Desvarieux, l’une des icônes de la musique antillaise a créé une grande tristesse au sein de la grande communauté antillaise. 

En souvenir de ce grand homme de la musique, le père du « Chanté Nöel » en Côte d’Ivoire retient de lui,  « un homme d’une parfaite humilité, la communauté antillaise vivant en Côte d’Ivoire lui rendra un hommage à la dimension du disparu », annonce-t-il.

Faut-il également rappeler que la Côte d’Ivoire entretient avec la Martinique et la Guadeloupe des relations anciennes qui remontent à l’époque coloniale.

Les commentaires sont fermés.