Covid-19/Les européens divisés face à la vaccination

L’Agence européenne des médicaments a donné son feu vert hier mercredi 6 janvier pour l’utilisation du vaccin Moderna dans les pays de l’Union européenne (UE). Sorti d’un laboratoire américain, ce vaccin  devient donc le deuxième à recevoir la certification pour l’UE après celui de BioNTech et Pfizer au mois de décembre dernier. Mais cette autorisation survient à un moment où les stratégies européennes et nationales pour la vaccination sont remises en cause dans plusieurs pays de l’Union.

Cette autorisation devrait donner un peu d’oxygène aux autorités sanitaires nationales dans l’Union européenne. La précommande signée par la Commission porte sur plus d’une centaine de millions de doses qui viennent s’ajouter aux millions de doses commandées à BioNTech et Pfizer.

Pour autant, les critiques ne faiblissent pas sur les campagnes de car il y a les polémiques en France, en Irlande ou en Bulgarie contre la lenteur de la stratégie nationale de vaccination, les critiques de la Hongrie, qui accuse la Commission européenne de lenteur dans la négociation des contrats de précommande et les critiques en Allemagne contre le gouvernement fédéral pour avoir accepté de rétrocéder à la Commission la négociation de ces commandes.

Dans ce contexte, treize pays scandinaves et d’Europe centrale ou orientale demandent formellement à l’UE d’étendre aux pays du Caucase, à la Moldavie, l’Ukraine et la Biélorussie l’aide à la vaccination déjà offerte aux pays des Balkans.

Pour l’instant, ces commandes aux deux laboratoires permettraient de vacciner la moitié de la population européenne, à raison de deux doses par personne.

Source : rfi.fr

Les commentaires sont fermés.