CAN 2019 : Les hommes de Kamara Ibrahim (sélectionneur Côte d’Ivoire)

En plein doute après une entrée en matière catastrophique contre la Guinée (2-3) au stade de la Paix de Bouaké, le 10 juin 2017, les Éléphants de Côte d’Ivoire ont rectifié le tir pour terminer les éliminatoires en beauté et empocher leur ticket pour leur 23e campagne de Coupe d’Afrique des nations. Vous pouvez aussi miser de l’argent sur un casino en ligne

En six matches, les Pachydermes ivoiriens ont enregistré trois victoires, concédé une seule défaite et deux matches nuls. Ils ont terminé à la 2e place du groupe H avec 11 pts, juste derrière le Syli National de Guinée (12 pts). Un parcours plein de sensation que les Éléphants de Côte d’Ivoire ont effectué avec au total 25 joueurs : un gardien, 8 défenseurs, 6 milieux de terrain et 10 attaquants.

Parmi ces 25 éléments à avoir livré au moins un match dans ces éliminatoires, Sylvain Gbohouo, le portier du TP Mazembé pourtant décrié ces derniers temps, n’a raté la moindre minute. Huit joueurs ont scoré sur le total de 12 buts marqués par l’équipe au terme des six journées de ces éliminatoires. Doumbia Seydou est le buteur le plus efficace en inscrivant deux buts en seulement 90 mn de jeu (un match). Confirmations, révélations mais également des incontournables, ont caractérisé le groupe de Kamara Ibrahim.

Les plus décisifs

La qualification des Éléphants pour la Can 2019 est d’abord le fruit du travail d’un groupe et du nouvel état d’esprit que le technicien ivoirien tente d’impulser à ses joueurs depuis qu’il a les cartes en main. N’empêche que certains joueurs y ont apporté une note particulière. Un but ou une passe décisive à un moment donné qui ont permis aux Éléphants de décanter certaines situations. Sur le plan offensif, Jonathan Kodjia, a joué sa partition. Celui qu’on a surnommé l’homme de Bouaké a été l’un des grands artisans de la qualification des Éléphants.

En cinq matchs, il a inscrit 2 buts qui sont arrivés à des moments cruciaux. Notamment à Kigali contre le Rwanda. Dans un match déterminant, le joueur d’Aston Villa a ouvert la voie du succès aux Éléphants à la 45e. La qualification des Éléphants porte également la griffe du capitaine de Toulouse. Avec un but inscrit et deux passes décisives, il a été le joueur le plus constant. A 30 ans, il fait déjà figure d’ancien dans le groupe mais reste étonnant de vivacité. Ce qui lui a permis de faire la différence avec ses adversaires. Dans l’entrejeu des Pachydermes ivoiriens, Séri Jean Michael a été l’homme providentiel du dispositif de Kamara Ibrahim. Auteur du but égalisateur face à la Guinée à Conakry, le joueur de Fulham a été le meilleur passeur ivoirien de ces éliminatoires. Trois passes décisives dont le dernier sur l’ultime but des Éléphants dans ces qualifications.

Titularisé seulement à deux reprises sur les cinq matches qu’il a disputés, le Lyonnais a inscrit deux buts. Un contre la Guinée lors de la 1ère journée et le second contre le Rwanda, à Abidjan. Enfin Eric Bailly a été le défenseur le plus prolifique des Eléphants grâce à ses deux buts inscrits dans ces éliminatoires. Un contre la Centrafrique à Bouaké et le 2e lors de la dernière journée face au Rwanda.

Les révélations

Parmi les 25 joueurs qui ont participé aux éliminatoires de la Can 2019, 13 étaient de la dernière campagne des Éléphants, à la Can 2017. Les 12 autres rêvent de goûter à l’aventure de la Can pour la première fois. Certains s’en sont véritablement donné les moyens. Présent lors de cinq des six matches de ses éliminatoires, le Lyonnais Maxwel Cornet a démontré de quoi il était capable, en 244 minutes de jeu. Dans un statut de jocker, il a apporté sa touche grâce à son efficacité. Deux buts et une passe décisive dans ces éliminatoires. Dans l’entre jeu, la silhouette de Jean Philippe Gbamin n’est jamais passée inaperçue à chaque fois qu’il y a eu la confiance de Kamara Ibrahim. Trois matchs pleins contre la Guinée, la Centrafrique et le Rwanda. Sa capacité à ressortir proprement les balles de la défense et sa belle vision de jeu sont de réels atouts pour les Pachydermes ivoiriens qui auront des joueurs évoluant dans ce registre le mois de juin prochain en Egypte.

Ghislain Konan, lui, a été incontestablement la grosse révélation au niveau de la défense ivoirienne. Technique, vif et qualité de replacement, le joueur de Reims a totalement mis sous l’éteignoir Adama Traoré, sur le côté gauche de la défense ivoirienne. Blessé et indisponible jusqu’au démarrage de la compétition, son absence constituera un gros handicap que Kamara Ibrahim s’emploie à corriger.

Les chouchous de Kamara Ibrahim

Kamara Ibrahim laissera certainement planer le suspense jusqu’à la dernière minute pour choisir ses 23 joueurs pour la Can 2019. Mais une chose est certaine, dans l’esprit du technicien ivoirien, s’est déjà dessinée cette liste. En six matchs, l’équipe s’est formé une ossature autour de laquelle devrait se greffer le reste des joueurs pour compléter la liste. Des joueurs ont presqu’été incontournables durant la campagne. Ils sont, au total, six joueurs à n’avoir raté aucun match.

Il s’agit du gardien de but Sylvain Gbohouo, des défenseurs Serge Aurier et Wilfried Kanon et des milieux de terrain Séri Jean Michael et Franck Kessié. Il ne manque que 5 joueurs pour constituer le onze de base de Kamara Ibrahim. Un exercice pas très compliqué. En défense, les deux autres pions qui manquent sont Eric Bailly dans l’axe central et Ghislain Konan. Le joueur de Manchester United n’a raté qu’un seul match durant les éliminatoires. Celui contre la Guinée (1-1), à Conakry, lors de la 5e journée.

Quant au latéral gauche de Reims, il s’est blessé en club et est d’ores et déjà disqualifié pour le rendez-vous égyptien. Pour pallier son absence, Bamba Abdoulaye (Amiens) et Wonlo Coulibaly (Asec) sont en pole position. En attaque, Jonathan Kodjia (5 matches, 422 mn) et Max Gradel (4 matches, 347mn) sont les joueurs sur lesquels, Kamara Ibrahim s’est le plus basé pour construire la qualification de son groupe.

Source : Sport-Ivoire 

Comparer

Facebook