Bureau politique Pdci-Rda/Un cadre du parti brise le silence et crie son indignation

Par Petrouce Pierre Nicaise Gnagne* 

Le Pdci-Rda va de mal en pis sous le regard impuissant du président Henri Konan Bédié et avec la complicité de certains cadres. Un cadre du parti, qui refuse d’être acteur d’un échec, pour que l’histoire ne le rattrape, donne ici de la voix en vue de dénoncer cette chaîne de l’aversion instinctive et irrationnelle au sein de son parti, le Pdci-Rda. Cela pour préparer la victoire à l’élection présidentielle de 2025.

« Héroïques -militants et sympathisants du Pdci-Rda, j’avais prédit et mis au défi le président Henri Konan Bédié de résoudre la crise au sein du Pdci-Rda avant d’organiser le Bureau Politique. Trois fois hélas, il ne m’a pas suivi, mais l’histoire m’a donné raison car il y avait moins de 300/2000 membres du BP dans la salle… C’est du jamais vu au Pdci-Rda, car même au Bureau Politique, où le tabouret de chaque cadre a été arraché ou menacé, il y avait 1748 membres du BP présents.

 Je dénoncerai pour briser les chaînes de l’aversion instinctive et irrationnelle au sein du Pdci-Rda pour nous préparer dès maintenant en équipe à gagner l’élection présidentielle de 2025, car rien d’autre que la solidarité ne permettra au Pdci-Rda de garder la tête hors de l’eau… « Le meilleur bilan n’est pas celui qui flatte, mais celui qui secoue », Dixit Patrick Louis Richard.

« La vérité est que la crise du Pdci-Rda a été la preuve de l’échec du Bureau politique du jeudi 29 septembre 2022 « 

Lui qui publie tout dans la presse même pour un simple bonjour au président Bédié, après plus de 72 heures, le PCO n’a pas encore fait le bilan du Bureau politique pour s’excuser des imperfections, des inconvénients et des désagréments sachant pertinemment que l’étendue des inconvénients inhérents à ce BP est une source d’incompréhension inhérente entre les clansmen. Toujours « la tête dans les nuages » plutôt que « les pieds sur terre » … Un désordre et le BP le plus nul jamais vu au Pdci-Rda.

La vérité est que la crise du Pdci-Rda a été la preuve de l’échec du Bureau politique du jeudi 29 septembre 2022 qui est le plus nul, inutile, médiocre, ressemblant à une cérémonie d’anniversaire au point d’être considéré comme inexistant, que le Pdci-Rda ait connu depuis l’existence de sa riche histoire politique, lui qui a l’art d’organiser de grands carnavals politiques.

Surprenant certainement pour ceux qui ne suivent pas l’actualité quotidienne du Pdci-Rda, sinon pour les devins et les analystes politiques, c’était prévisible, étant donné que la répartition proportionnelle de la direction du parti a été faite en deux têtes, je dirai un secrétariat exécutif bicéphale avec insubordination et extrême hostilité latente du second envers son patron.

La preuve de l’échec du Bureau politique est l’arrogance et le mépris d’une secte et d’une clique dissidente à tendance apocalyptique autour du président du parti qui le manipule pour imposer une doctrine philosophico-politique envoûtante avec un esprit de division au sein du Pdci-Rda, à vrai dire l’anarchisme.

La preuve de l’échec du Bureau politique de Daoukro est liée aux circonstances internes du changement soudain et abrupt des organisateurs traditionnels des grands événements politiques du Pdci-Rda trois semaines seulement avant une importante réunion politique qui nécessite des organisateurs professionnels expérimentés tout ça pour une rivalité interne pour des raisons pécuniaires, de magot et de je retiens.

Toute l’équipe du Comité d’organisation doit démissionner de toute fonction politique. Ils ont tous montré leur amateurisme, leur incompétence, y compris le président du Comité d’organisation qui est au stade du dilettantisme et du scepticisme prouvé par son leadership politique de facteur.

En d’autres termes, si on ne peut pas organiser un Politburo, on ne peut pas organiser un congrès avec l’évidence d’un black-out qui a obligé le président Bédié à lire son discours à travers la torche du téléphone portable de son de protocole, sans parler d’une sonorisation et de microphones défaillants, d’un auditorium complètement désert, d’un profil de maître de cérémonie de mariage manquant d’un excellent orateur ou d’un sens de l’humour manquant d’interaction avec les autorité officielles du Pdci-Rda.   Tirons les leçons d’un très grave échec politique à ne pas commettre à nouveau »,

*Membre du Bureau Politique du Pdci-Rda