Amaral d’Afrik, ”ils ont menti” : Plus qu’une chanson zouglou, un discours politique

Source: https://www.abidjanpeople.net/

Plus qu’une chanson, le nouveau single de l’artiste zouglou, Amaral d’Afrik, ”ils ont menti”, se veut un réquisitoire. Outre le bilan de dix ans de gestion de la coalition au pouvoir en Côte d’Ivoire, Amaral d’Afrik relève aussi l’ingérence de la France dans le conflit ivoirien. In fine, il prône la libération de l’ex président, Koudou Laurent Gbagbo, gage d’une véritable réconciliation entre les ivoiriens. Comme le ferait remarquer un conseiller politique, dans cette chanson, Amaral d’Afrik a tout dit.

Le RDR et son slogan de campagne attaqués

Comme si on était à un meeting d’un parti de l’opposition, la chanson ”ils ont menti” s’ouvre ainsi : ”C’est devant moi ils ont dit, quand ils seront au pouvoir, qu’ils vont créer un million d’emplois pour la jeunesse. Cinq universités en seulement cinq ans. L’école et l’accouchement seront gratuits. Mais ça fait bientôt dix ans que leur promesse est nulle. Ils ont menti..” C’est fort et ça résume en quelques mots ce que les ivoiriens pensent de 8 ans de gouvernance du président Alassane Ouattara. C’est rendu en zouglou, mais le langage est purement politique. On ouïe dire un discours qui viendrait directement de la bouche d’un opposant politique. C’est le message que lancerait un certain Koua Justin. Inutile de rappeler que lors de la campagne en octobre 2000, le slogan du RDR ”Ado la solution” se résumait en ces promesses. Hélas, à bientôt dix ans de pouvoir, triste constat. Rien de tout ce qui avait été dit n’a été réalisé.

Selon Amaral, le chômage sévit…de grosses cylindrées ont remplacé les RAV 4

Malgré les chiffres et autres assises pour la jeunesse, Amaral laisse entendre que le chômage continue de sévir. Il pointe du doigt aussi cette autre gabegie des pouvoirs politiques ivoiriens qui consiste en l’exubérance à laquelle ils ont habitué le peuple. Et laisse observer l’opulence chez une frange de la population. Avec les refondateurs, cela s’est vu avec dit-on, des voitures RAV 4 dans lesquelles les jeunes filles se paradaient à Abidjan.

Dans le second couplet, Amaral s’attaque à cet état de fait : ”Émergence, c’est beau, c’est vrai monsieur le Président. Pays là devient joli, mais nous, on a faim. Ils nous ont dit qu’ils ont la solution à tous nos problèmes. Que leur priorité serait l’emploi des jeunes. Que l’amélioration du mode de vie des ivoiriens. Mais le chômage est resté notre plus vieux fidèle ami, donc ils ont menti…”. ”Au temps des refondateurs, qui s’est pas plaint. C’était des RAV 4 voitures d’occasions qu’ils donnaient à leurs maîtresses, les émergents sont arrivés, voiture on n’a jamais vu, ça roule à Abidjan. Et ce sont les petites filles là qui font malin dedans. A cause des petits bisous là, le ministre lui a donné ça. C’est vrai, ça fait mal, mais c’est l’émergence. Et ça fait bientôt dix ans qu’ils nous font rêver. Ils ont menti”

L’ingérence de la France pointée du doigt

Le président Laurent Gbagbo lors de son procès à la Haye disait ceci : ”C’est la France qui a fait le travail”. Pour les ivoiriens, il n’a jamais fait l’ombre d’aucun doute du rôle joué par la France dans la déstabilisation de la Côte d’Ivoire. Ce qu’essaie d’imager ici le zouglouman en disant en substance ceci : ”Des amis se sont chamaillés, ils se sont frappés, ils se sont blessés, ils ont même failli se tuer, toi on sait pas où tu es quitté, tu es venu pour séparer, tu prends un dedans pour le jeter en prison”. Le fait que Gbagbo Laurent soit incarcéré à la CPI, l’ivoirien lambda te dira que cela est du fait de la France. Amaral d’Afrik le dit aussi.

Amaral d’Afrik prône la libération de Laurent Gbagbo

Les dioula et les baoulé, ethnies incarnées par les tenants du pouvoir seraient somme toute, selon l’artiste, favorables au retour de Laurent Gbagbo : ”Il va revenir, il va revenir. Les dioulas même le réclament, les baoulés même le réclament. C’est en son temps avec tes deux ”togos”, tu peux bien manger, mais aujourd’hui l’argent travaille et se repose dans leurs comptes en banque, mais il va revenir, il doit revenir pour l’unité dans mon pays, pour que les ivoiriens soient réconciliés”. Amaral d’Afrik a parlé. Écoutons l’artiste. C’est aussi cette voix étouffée du peuple qui se fait entendre à travers ce message fort.

 

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Comparer

Facebook