Sébastien Lath Meless, Président de l’ONG SND : « le Yaye de Dabou est un événement fédérateur ».

Par Léon SAKI – AfriqueMatin.Net

Président de l’ONG SND (Socraff N’gbafrè de Dabou), Sébastien Lath Meless est le promoteur du Yaye festival de Dabou qui est à sa troisième édition cette année. Dans cet entretien, il retrace l’historique du festival prévu du 06 au 10 août 2019 à Dabou et évoque ses enjeux économiques et sociaux.

Sébastien Lath Meless – Une énergie au service du développement culturel de Dabou

Le YAYE de Dabou se peaufine au fil des éditions pour devenir un véritable outil de promotion de la culture du Leboutou. D’où vient cette idée ?

Effectivement, le Yaye de Dabou a une histoire qui remonte aux années de création de l’ONG Socraff N’gbafrè de Dabou (SND), en 2006. En effet, nous sommes issus d’une région qui a un potentiel culturel nul pareil mais totalement méconnu par manque de promotion. Nous avons alors mis sur pied le SND, une structure de promotion du patrimoine culturel Adjoukrou, en vue de combler le vide en la matière. Conscients de ce que rien de meilleur ne peut se faire sans une bonne cohérence de nos objectifs et une implication participatives des fils, filles et cadres du département, nous avons organisé le 27 septembre 2014 un séminaire portant sur « la politique de valorisation du patrimoine culturel du peuple Odjoukrou », au complexe hôtelier Akparo de Dabou. C’est l’une des recommandations consécutives à cette rencontre parrainée par la ministre Jacqueline Oble qui a donné naissance au Yaye de Dabou. Durant ce séminaire, Docteur Silvie Memel Kassi, Directrice du Musée des Civilisations et fille de la région a exposé sur le thème « La culture comme un autre levier du développement », tandis que le professeur Gbari Kock Yed Séraphin, lui, s’est appesanti sur « Le génie et les potentialités Odjoukrou ».

LIRE AUSSI :   RPP/ En tournée dans la région du Gôh : Kané Soumaïla lance l’opération « 2 millions d’électeurs en 2020 »

Quel sens donnez-vous aujourd’hui au Yaye de Dabou ?

C’est une célébration de la culture Odjoukrou dans une dynamique de construction de l’unité, de la cohésion et du développement du département. Le Yaye Festival est avant tout un événement fédérateur des énergies positives pour une croissance économique et sociale de notre département qui a tant souffert.

Parlons des retombées du Festival sur votre département. Qu’en est-il ?

Sans plonger dans les avanies, il faut noter que les deux premières éditions n’ont pas été organisées par l’ONG SND propriétaire du projet, même si nous avons été le commissaire général de la toute première édition. Raison pour laquelle les recommandations prévues dans nos statuts n’ont pas été appliquées. Ces recommandations invitent l’ONG d’utiliser les bénéfices obtenus de l’organisation du Yaye pour mener des actions sociales et humanitaires d’urgence notamment la réalisation de forages, la construction de châteaux d’eau, l’électrification, la construction d’écoles, de centres de santé, la réhabilitation d’édifices endommagés, etc. dans les villages où les besoins se posent. Et maintenant que nous avons en main l’organisation totale de l’événement, nous entendons mettre en œuvre ces recommandations. Nous profitons de cette occasion pour dire merci à nos patriarches, les Eb Ebou, dépositaires du pouvoir en pays Odjoukrou, qui nous ont toujours soutenus. Egalement exprimer notre reconnaissance au Maire de Dabou, l’honorable Yede Niangne Claude, un véritable acteur de développement qui a décidé de nous apporter une subvention pour une bonne organisation. Et enfin saluer le président du conseil régional, le professeur Sess Daniel dont le soutien et l’appui financier nous permettront de réussir le challenge.

LIRE AUSSI :   Impôts/Les agents invités à trouver des stratégies pour renflouer les caisses

Qu’est-ce qui marquera particulièrement l’édition 2019 du Yaye Festival ?

Un festival se construit et se peaufine au fil des organisations. Cette nouvelle édition se caractérisera par la proximité à travers l’éclatement de l’événement sur 6 sites et surtout la mise en place d’un cadre d’échange B to B afin de permettre aux promoteurs culturels et mécènes de l’art de découvrir les opportunités d’investissement. Surtout, cette édition sera couronnée par la sortie extraordinaire du Yaye dans toute sa splendeur originelle. C’est pourquoi, nous invitons tous les partenaires à se signaler dès maintenant pour avoir la chance d’être retenus.