58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga

C’est ce mardi, 11 décembre 2018, que le Burkina Faso a magnifié le 58è anniversaire de son accession à l’indépendance. Cette année, c’est Manga, chef-lieu de la région du Centre-sud, qui a accueilli la célébration officielle autour du thème : « Bonne gouvernance et équité sociale pour une nation forte et prospère ».

La célébration 2018 de la fête de l’indépendance a tenu toutes ses promesses, dira-t-on. En plus des autres volets d’activités entrant dans le cadre des festivités, la cérémonie du 11 décembre a drainé un grand monde sur l’imposant espace dédié au défilé civil et militaire, clou de la célébration. Un espace qui s’est d’ailleurs avéré petit pour contenir le monde, dont certains invités officiels, obligé de rebrousser chemin pour se rabattre sur le petit écran. C’est dans cette ambiance générale que les défilants, estimés à 4 500 (dont 1 500 para-militaires, militaires et 3 000 civils), ont marqué les pas pour l’évènement.

Après une minute de silence en la mémoire de tous ceux qui sont tombés pour la défense de la patrie, place est faite au défilé à proprement dit.

Le ton est donné par les civils, qui se succèdent dans des pas coordonnés, fièrement enlevés. A la fin du circuit, la joie se lisait sur le visage de chaque défilant, fier d’avoir tenu le pari du défilé. « Ça a l’air de rien, mais c’est en réalité très compliqué parce que c’est stressant. Un seul faux pas et vous gâchez le travail de tout un groupe. C’est stressant et fatigant, physiquement », lâche un spectateur qui semble revivre ces instants.

L’un des passages les plus applaudis par les populations est sans doute celui des régions ; elles ont rivalisé de créativité, chacune ayant fait appel à une identité.
A ces nombreux groupes de civils, succèdent les para-militaires et militaires. C’est le moment tant attendu par les populations, car une parade militaire ne se vit pas en toutes circonstances.

Le ballet est ouvert par la garde nationale de la gendarmerie. Elle est suivie par la troupe du pays invité, la Côte d’Ivoire. Celle-ci s’illustre au passage par l’ambiance qu’elle a distillée.

Accompagnées d’ovations nourries des populations, les troupes des Forces de défense et de sécurité ont, une fois de plus, suscité l’admiration. Mieux, contexte national oblige, la sympathie pour celles-ci était bien perceptible dans les rangs des populations. « Il faut les encourager, c’est maintenant qu’ils (Forces de défense et de sécurité, ndlr) ont besoin de notre soutien », clame un spectateur, drapeau en main, avant de lancer plus loin : « on est derrière vous, on vous soutient, jour et nuit ».

Pendant plus de trois heures, et malgré la canicule, les défilants ont tenu le coup, au bonheur des nombreuses personnalités et populations. Pari réussi donc pour l’ensemble des Burkinabè pour la tenue effective de l’évènement, à la région du Centre-sud en particulier pour la réussite du 58è anniversaire.

Désormais, les couleurs sont annoncées pour la région du Centre-est (dont Tenkodogo est le chef-lieu) qui va accueillir les festivités du 11 décembre 2019, le 59ème anniversaire.

SOURCE:http://lefaso.net/spip.php?article86938

Comparer

Facebook