Vie associative/ Le président de SDMV Jean Louis Moulod décline les objectifs de son mouvement

Par Brou François/afriquematin.net

Association à but communautaire, Sport Dans Ma Vie (SDMV) a pour objectif principal de faire la promotion de l’activité physique régulière à l’endroit du plus grand nombre dans le but, d’une part, de préserver les populations des maladies métaboliques liées à la sédentarité santé, et d’œuvrer au développement personnel de ses membres pour essayer d’en faire des citoyens épanouis, dynamiques et positifs.  L’activité physique choisie pour atteindre cet objectif, est la « Marche».

Créée officiellement en 2011 et agréée en 2013, cette organisation basée sur des intérêts communs, se veut une association apolitique et à but non lucratif.

Pour Jean-Louis Moulod, “Le mouvement Sport Dans Ma Vie (SDMV) est le mouvement idéal même pour les personnes réfractaires au sport”.

« Le sport a un impact positif sur le comportement des êtres humains », révèle, le président de SDMV, Jean-Louis Moulod. Selon lui, cette entité sportive s’’inspire d’une philosophie :«on ne peut pas bâtir une nation, ni parler d’économie ou de développement durable tant qu’on n’a pas travaillé le côté positif de  l’homme. Et nous pensons qu’en passant par le sport, nous pouvons atteindre cet objectif essentiel qui est de construire l’Homme, le Citoyen vrai ».

De par sa philosophie et les activités qui la sous-tendent, le mouvement Sport Dans Ma Vie (SDMV) est une association qui se réclame de l’accroche d’au moins trois (3) ministères. A savoir, le ministère des Sports et Loisirs, le Ministère de la Cohésion sociale et de la Famille et le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique. « Notre association s’inscrit beaucoup plus dans le cadre des fédérations de types affinitaires, qui, de par leur objectif, bannissent d’office les compétitions sportives, mais privilégient davantage le développement personnel de ses membres, à partir de la pratique en collectivité du sport », indique-t-il.

Le mouvement Sport Dans Ma Vie (SDMV) est le mouvement idéal même pour les personnes réfractaires au sport. En effet, réfutant l’idée du « sport à tout prix », Sport Dans Ma Vie propose un programme d’activités physiques régulières à deux volets. Il y certes l’activité sportive classique (marche active & fitness), mais SDMV dispose également d’une charte qui liste un certain nombre d’activités physiques qui peuvent se pratiquer tous les jours, au nombre desquelles le lavage de voiture, monter les escaliers, etc.

La philosophie développée par le mouvement, selon lui, c’est adopter des comportements citoyens qui favorisent un environnement encore plus sein.

« Suivant les recommandations de l’OMS, les membres de l’Association Sport Dans Ma Vie sont continuellement sensibilisés sur l’importance de faire au moins 10.000 pas par jour et/ou de pratiquer une activité physique sportive (marche active entre autre), au moins trois (3) fois par semaine à raison d’1h par séance ou 6 fois par semaine à raison de 30mn par séance. En outre, l’association SDMV privilégie les séances du matin très tôt (06h30mn), car d’avis d’Experts, c’est à ces heures que l’organisme capitalise le mieux les acquis de l’activité physique », rappelle-t-il.

Ce qui fait la particularité du mouvement Sport Dans Ma Vie, c’est qu’autour de cette discipline d’activités physiques régulières, se greffent trois (3) volets hautement importants pour l’épanouissement, la santé, la sociabilité et la culture des membres. A savoir, « le volet santé, qui incite les membres à faire un bilan de santé annuel. Il y a également le volet culturel, qui consiste à faire du tourisme en vue de découvrir son pays, sa région, son environnement et même des contrées étrangères. L’idée étant de découvrir en pratiquant la marche. Nous organisons des voyages à terme qui tournent toujours autour du bien-être », souligne-t-il.

Le volet social hardi est l’un des points principaux inscrit au cahier de charge de l’association, qui vise à réapprendre aux Ivoiriens à s’aimer, à se considérer mutuellement. A cet effet, Sport Dans Ma Vie a mis en place un Réseau Social solidarité qui, aux dires du premier responsable de cette association, est un maillage des contacts de tous les membres afin que le moindre problème posé trouve une solution », a-t-il affirmé.

L’actualité du moment est incontestablement la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) qui est une maladie infectieuse provoquée par un nouveau virus qui n’avait encore jamais été identifié chez l’être humain.

Concernant  cette pandémie, Jean-Louis Moulod et Sport Dans Ma Vie se sentent interpellés. « Sport Dans Ma Vie se situait déjà au cœur du débat de par ses trois objectifs qu’il poursuit. A savoir : pratiquer une activité physique de façon régulière, ce qui contribue inexorablement à booster le système immunitaire des personnes, à constituer une barrière nature à contrer la maladie.

Le second point réside dans l’’esprit  de cohésion et de solidarité, qui est un des crédos important développés   dans les actions de l’association, cela permet de faire en sorte que les personnes accueillent mieux  et plus facilement les consignes d’hygiène édités par le gouvernement pour faire barrière à la propagation du virus. Parce que, tout simplement, tout le monde et chacun se sent concerné par l’autre tout en  considérant également l’autre, et c’est cette bataille contre le coronavirus. Le dernier objectif concerne l’aspect sensibilisation aux travers des rappels de certains messages facilités par la toile qui a été tissée suite au développement du mouvement « Sport Dans Ma Vie (SDMV) existe en Côte d’Ivoire, à Abidjan, dans les villes d’Adiaké, de Bouaflé, de Daloa, de Grand-Bassam, de Korhogo, de Man et de Yamoussoukro  Nous disposons  également des centres au Burkina Faso ( Ouaga), au Cameroun, (Yaoundé), au Mali (Bamako) et au Niger (Niamey) », rappelle-t-il.

Sport Dans Ma Vie a mis en place un Réseau Social solidarité qui est un maillage des contacts de tous les membres afin que le moindre problème posé trouve une solution.

La philosophie développée par le mouvement, selon lui, « c’est adopter des comportements citoyens qui favorisent  un environnement encore plus sein, en adoptant de nouvelles démarches pour créer un lendemain meilleurs après cette crise. Et si les cadres adoptent la pratique d’une activité physique régulière, cela permettra de limiter le nombre de décès parmi eux sur qui repose le développement du pays. Et partant avec une population active saine physiquement, c’est l’Afrique qui gagne. Cela peut permettre de lutter contre tout type de virus », conclut-il.

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook