Sommet des affaires / Le Maroc reste la courroie de transmission entre les partenaires internationaux USA-Afrique

Par Iris Fabiola Yaëlle/afriquematin.net avec sercom Ambassade

Du 19 au 22 juillet se tient la 14ème édition du Sommet des affaires Etats-Unis-Afrique. Les conclusions de ces travaux constitueront une consécration du rôle naturel du Royaume en tant que porte d’accès à l’Afrique et un trait d’union avec ses partenaires internationaux comme l’Europe, les États-Unis et l’Amérique du Sud.

 « Construire ensemble l’avenir », c’est le thème abordé par les participants à ce Sommet organisé sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, en partenariat avec le « Corporate Council on Africa » (CCA). En présence des hautes autorités du Royaume chérifien et des partenaires au développement, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita a expliqué l’importance de la tenue de cette assise qui traduit l’attachement solide du Royaume à l’Afrique.

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita a expliqué l’importance de la tenue de cette assise qui traduit l’attachement solide du Royaume à l’Afrique.

« L’organisation de ce Sommet au Maroc illustre la maturité du partenariat stratégique maroco-américain qui, grâce à son développement au niveau bilatéral, contribue de manière directe et efficace à la sécurité et à la stabilité dans d’autres espaces géographiques, en particulier en Afrique et au Moyen-Orient », a fait remarquer le ministre. Il ajoutera par ailleurs que « la forte présence de plus de 1.000 participants à ce Sommet met en évidence les perspectives importantes et prometteuses du partenariat entre l’Afrique et les États-Unis dans le domaine du commerce, des investissements et des affaires ».

 Coïncidant avec une période d’espoir pour la disparition de la pandémie de la Covid-19, la tenue de cette réunion est l’émanation d’une phase où l’économie mondiale vit au rythme de profondes turbulences, qui ont affecté les chaînes de production et d’investissements.

  « Dans ce contexte difficile plein de défis et marqué par la reconfiguration de l’économie internationale, le rôle du Continent africain, en tant que réservoir de croissance de l’économie mondiale et allié de poids pour ses partenaires internationaux », a fait constater le ministre. Notant par ailleurs que grâce « à la richesse du capital humain et des ressources naturelles du Continent, et compte tenu de son futur marché structuré et interconnecté, dans le cadre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), ses groupements économiques régionaux et son taux de croissance économique de 6%, l’Afrique dispose de potentialités à même de lui permettre de faire face aux crises et de renforcer sa souveraineté dans des secteurs stratégiques, tels que la santé, la sécurité alimentaire, l’énergie et les infrastructures, afin d’assurer la réalisation d’une croissance inclusive et d’un développement juste et équitable », a rappelé le premier responsable de la Diplomatie marocaine.

 Il a également souligné la nécessité d’œuvrer ensemble pour construire une économie africaine tournée vers l’avenir, qui tire sa force de son intégration dans le système commercial mondial et les chaînes de valeur internationales.

 « Le succès des partenariats de l’Afrique avec les acteurs internationaux ne se mesure pas à travers le nombre des programmes et des réunions, mais à travers le nombre de projets concrets qui en découlent et leur impact réel sur les processus de développement des pays du Continent, a fait observer le ministre », a-t-il poursuivi.

Il a, en outre, mis l’accent sur la nécessité d’accorder une importance particulière au financement des petites et très petites entreprises, suggérant, dans ce sens, la mise en place d’un mécanisme de suivi de la mise en œuvre des projets issus du partenariat, et l’instauration de facilités d’accès aux financements, conformément à une approche garante de l’efficience et de l’efficacité dans le traitement des projets pour obtenir des résultats tangibles et réaliser un développement notable, ce qui contribuera au renforcement des relations économiques fructueuses entre les États-Unis et les pays africains.

Faut-il noter que cette 14è édition de ce Sommet qui se tient à Marrakech connaît la participation notamment, d’une importante délégation gouvernementale américaine, des ministres africains et des décideurs des plus grandes multinationales américaines et des milieux d’affaires africains. Ce sommet offre l’occasion d’établir des partenariats d’affaires tripartites USA-Maroc-Afrique orientés vers l’avenir.

.