Musique/Alima Coulibaly fait sauter le verrou…

Par Justin Kassy/afriquematin.net 

La carrière musicale d’Alima Coulibaly n’est plus aux balbutiements comme à ses débuts, en 2002. Aujourd’hui, on peut le dire tout net, sans risque de se tromper, qu’elle a atteint sa vitesse de croisière. Finis les hésitations, les découragements qui la fatiguaient, et lui donnaient parfois d’abandonner. Alima Coulibaly a grandi ! Bien grandi ! Le métier de chanteuse religieuse musulmane lui colle désormais à la peau. Merveilleusement !

Alima a gagné en maturité, d’où le soutien des artistes

 La soirée de ses vingt (20) ans de carrière musicale organisée le 7 mai 2022 dernier à la Salle François Lougah du Palais de la Culture de Treichville a été une éloquente illustration. Pour vivre cet événement musical de choix, en cette fin du Carême musulman, les croyants de cette confession religieuse n’ont pas fait dans les détails du fait de leur présence nombreuse.

 Annoncée pour 16h, la soirée n’a véritablement commencé qu’aux environs de 23h. Ce qui n’a pas été sans causer quelques désagréments aux spectateurs. Certains sont venus plus tôt que prévu au Palais de la Culture, espérant que le concert démarrerait à l’heure indiquée. Que Nenni ! Mais ces stéréotypes circonstanciels, n’ont pas altéré la qualité du spectacle au bout de laquelle, la réussite était visible, tangible. Il ne pouvait en être autrement.

Aïcha Koné a apporté un soutien de taille à Alima au cours de  cette soirée mémorable 

Malgré le retard accusé, l’artiste est entrée en plein dans le show, les spectateurs qui, quelque peu s’ennuyaient, avaient tout de suite oublié qu’ils avaient attendus longtemps, ils ont commencé à se faire entendre par des cris de joie et des exhibitions de pas sur la scène aux côtés d’Alima. Cette présence donna davantage de chaleur, d’encouragements, à l’artiste.

Au cours de ses prestations, ses chansons vont les inviter à fredonner parfois en chœur avec elle. Beaucoup iront sur la scène pour le « travaillement ». L’ennui d’avoir trop attendu avait disparu pour céder sa place à la joie, à la danse, aux applaudissements d’encouragement à l’artiste. Qui a servi ce qu’attendaient les spectateurs pour s’évader, principal but de leur présence dans cette salle de François Lougah, bondée de monde, et célébrant ainsi, indirectement, la Mode, le stylisme et les œuvres vestimentaires de nos illustres couturiers.

La grande surprise, au cours de cette soirée de célébration, c’était la présence, et surtout la prestation d’Aicha Koné, en duo avec Alima Coulibaly.  Aicha, de par sa voix envoûtante, a émerveillé les spectateurs. L’émotion était aussi là. Des gens coulaient des larmes et sortaient des mouchoirs pour les éponger durant le passage de la Diva.   De nombreux artistes de la sous –région, venus du Sénégal, de la Guinée, du Mali, du Burkina Faso, etc., étaient là pour accompagner Alima.

La soirée s’est poursuivie très tard jusqu’au petit matin et chacun est rentré heureux d’avoir assisté à une belle soirée. Heureux de voir et de revoir Alima Coulibaly évoluer dans le métier qu’elle a choisi d’exercer pour célébrer Allah !