Mali/Un intellectuel avertit : « Toute forme de populisme a la vie courte »

Ce jeudi 29 septembre 2022 marque le jour où trois chefs d’État mandatés par la Cédéao atterrissent dans la capitale malienne à Bamako pour demander aux autorités militaires la libération de plus d’une quarantaine de soldats « ivoiriens » détenus depuis le 10 juillet dernier. L’enseignant à Sciences Po Paris, Francis Kpatindé porte son regard sur cette affaire qui défraie depuis quelques mois la chronique au plan international, voire mondial.

 Que pensez-vous du discours très offensif du Premier ministre malien samedi 24 septembre, accusant le gouvernement français d’être « une junte au service de l’obscurantisme » et le président Mohamed Bazoum de ne pas être nigérien ?

C’est vrai qu’on n’est pas habitué à ce type de discours à une tribune des Nations unies. Il y a eu quelques cas précédents, notamment le président iranien, Hugo Chavez, Castro avec des longs discours, Kadhafi également… Donc, ça a beaucoup surpris. Je voudrais juste parler de Mohamed Bazoum, je l’ai connu dans les années 1990, il a toujours été impliqué dans les affaires de son pays, le Niger.

« Le choix des émissaires ne doit rien au hasard, pour ménager la susceptibilité des Maliens. « , selon Francis Kpatindé.

Il était venu à l’esprit à d’aucun d’entre nous qu’il puisse être étranger. Bazoum a peut-être des défauts, mais il est nigérien. Je trouve un peu maladroit de dire aujourd’hui qu’il serait étranger. Et de toute façon, s’il est étranger, c’est une affaire interne au Niger, ce n’est pas une affaire dont on doit discuter hors du Niger.

Le ministre nigérien Youssouf Mohamed Elmoctar a qualifié d’ivresse les propos tenus par le premier ministre malien à l’encontre du président Bazoum.   Peut-on réellement parler d’ivresse ?

LIRE AUSSI :   Tchad : disparition d'un hélicoptère de l'armée

Je pense que toute forme de populisme a la vie courte. Si les militaires au pouvoir à Bamako veulent aller loin et veulent maintenir l’équilibre de leur pays, je pense qu’il faut être plus enrobé, faire davantage recours à la diplomatie. D’autant plus qu’ils ont un excellent diplomate au ministère des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, que j’ai connu aux Nations unies, qui est quelqu’un de très intelligent, d’assez enrobé, même si on peut parfois être surpris par certains de ses discours ou de ses propos récents.

 Voyez-vous une influence de Moscou ?

Je ne crois pas que Moscou intervienne directement dans la diplomatie et dans les moindres faits et gestes du gouvernement malien. Il y a un problème de fond entre la France et les pays africains, et ce problème existait avant le retour des Russes en Afrique. Parce qu’il faut parler de retour, les Russes étaient en Afrique avant, au temps des révolutions. Donc, il y a un problème de fond, dont il faudra discuter de façon sereine pour relancer la relation entre la France et les pays africains francophones.

Tant qu’on ne s’adresse pas vraiment aux vrais problèmes de fond, on passe à côté. Mettre tout ce qui se passe aujourd’hui, dans quelques pays africains comme le Mali, sur le compte des Russes, et de quelques soldats perdus russes qui agiraient en Centrafrique et au Mali, à mon avis, c’est mal poser le problème.

A ce propos, la réaction de Paris aux affirmations de Bamako n’est-elle pas   pertinente ?

Ce n’est pas la réaction, c’est de se dire : « Bon tiens, il y a un problème, fouillons ». Il ne vous a pas échappé que beaucoup de jeunes en Afrique soutiennent le pouvoir malien, qu’il défendrait dans la rue. Vous avez vu l’accueil également du Premier ministre intérimaire à son retour des Nations unies à Bamako. Tout n’est pas manipulation, et tout n’est pas serein non plus du côté de Bamako.

LIRE AUSSI :   ACTE DE SOLIDARITE / LE Molare veut offrir une villa à la fille de DJ Arafat

N’est-ce pas contradictoire, quelques jours après ce discours à l’Onu, le gouvernement malien accepte quand même de recevoir ce jeudi, à Bamako une délégation de trois chefs d’État de la Cédéao, qui demandent la libération des 46 soldats ivoiriens arrêtés le 10 juillet dernier ?

Non, cette visite est un bon indicateur, tout comme l’était la libération au début du mois de trois femmes-soldates ivoiriennes. Je trouve que ça va dans le bon sens. Cette mission peut contribuer à apaiser les esprits après le discours enflammé du Premier ministre intérimaire à New York. Je vous fais remarquer qu’il y a deux semaines, les autorités maliennes récusaient toute initiative de la Communauté régionale. Aujourd’hui, elles acceptent à deux jours près une visite décidée à New York par la Cédéao.

Le choix des émissaires ne doit rien au hasard, pour ménager la susceptibilité des Maliens. Le président togolais Faure Gnassingbé est sans doute le seul dirigeant de la région à avoir l’oreille et la confiance du colonel Assimi Goïta, et Faure Gnassingbé passe également pour être très proche du président ivoirien Alassane Ouattara, donc ça peut servir.

J’ajoute que le ministre togolais des Affaires étrangères, Robert Dussey, est une vieille relation du colonel Assimi Goïta, bien avant que ce dernier n’accède au pouvoir. Si ça peut contribuer à faire avancer les choses, pourquoi pas.

 Pensez-vous donc que cette mission a une petite chance de réussir, mais pour autant, le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, affirme que cette affaire des soldats ivoiriens n’est pas un problème de la Cédéao, c’est entre le Mali et la Côte d’Ivoire.

LIRE AUSSI :   Depuis Paris, Soro Guillaume annonce son programme de gouvernement

Absolument, c’est la ligne des Maliens. Mais je remarque seulement qu’ils ont accepté une décision qui a été prise à New York, à une réunion à laquelle ils ne participaient pas. Donc, je pense que la Cédéao est rentrée subrepticement dans le dossier et que la visite des trois chefs d’État à Bamako s’inscrit dans ce cadre. Je pense que la diplomatie retrouvera ses droits et permettra au Mali de revenir dans la Communauté régionale, et la diplomatie devrait triompher dans cette affaire.

Source : rfi.fr

N.B : Le titre est de la Rédaction d’afriquematin.net