Le vote au Burundi se tient dans le cadre des protocoles COVID-19 et une panne d’électricité nette

Une élection cruciale a commencé dans la nation est-africaine du Burundi, où le président Pierre Nkurunziza se retire après 15 ans de pouvoir, mais il restera «le chef suprême» dans le pays qui continue de rejeter l’examen extérieur.

Le vote est l’un des transferts de pouvoir les plus importants au Burundi depuis l’indépendance en 1962.

Des masques faciaux et une distanciation sociale ont été observés lorsque le vote a commencé après 6 heures du matin, mais le gouvernement du Burundi a été critiqué pour ne pas sembler prendre la pandémie de coronavirus au sérieux. Nkurunziza lui-même a assisté à des rassemblements politiques surpeuplés. Le pays compte 42 cas de virus confirmés.

Les observateurs régionaux ne sont pas présents après avoir été informés que les étrangers arrivant seraient confrontés à une quarantaine de 14 jours et mercredi matin, des citoyens et des journalistes ont déclaré que l’accès aux médias sociaux n’était pas possible sans un réseau privé virtuel.

Avant le vote, des agents du gouvernement ont été accusés d’avoir harcelé le principal parti d’opposition, le CNL , dont le chef Agathon Rwasa serait en étroite course avec le successeur choisi par Nkurunziza au CNDD – FDD , Evariste Ndayishimiye. La police a accusé Rwasa d’avoir fait des remarques «incendiaires et diffamatoires» et incité à la révolte.

Certains au Burundi craignent qu’une élection truquée puisse déclencher le genre de manifestations de rue qui ont marqué le vote précédent en 2015, lorsque Nkurunziza a décidé de briguer un troisième mandat que certains ont qualifié d’inconstitutionnel.

La tourmente meurtrière qui a suivi a gravement endommagé les relations mondiales et le Burundi est devenu le premier pays à quitter la Cour pénale internationale après avoir commencé à enquêter sur les allégations d’abus. Le bureau des droits de l’homme de l’ONU a signalé plus de 300 exécutions extrajudiciaires et a été expulsé du pays. Le gouvernement du Burundi a démenti les allégations selon lesquelles il cible son peuple.

La semaine dernière, le haut fonctionnaire de l’Organisation mondiale de la santé au Burundi a également été expulsé au milieu des préoccupations concernant la riposte à la pandémie.

Si aucun des sept candidats ne reçoit plus de 50% des suffrages, un second tour de scrutin aura lieu dans quelques semaines. Plus de 5 millions de personnes sont inscrites pour voter dans le pays de près de 12 millions.

Les analystes ont déclaré que Ndayishimiye, un général à la retraite, serait un président faible car il sera le front de Nkurunziza, 56 ans, et d’autres puissants membres du parti au pouvoir.

De nombreux Burundais ont été surpris que Nkurunziza se retire après qu’un référendum en 2018 ait prolongé la durée d’un mandat présidentiel à sept ans et a conduit beaucoup à croire qu’il tenterait de rester au pouvoir.

Des critiques et des groupes de défense des droits ont averti que Nkurunziza est imprévisible et que l’élection pourrait être une simple formalité.

Rwasa, le principal candidat de l’opposition et vice-président du Parlement, a déclaré à l’Associated Press qu’il était important de ne pas boycotter les élections même si le résultat ne devrait pas être équitable. Certains électeurs ont reflété le scepticisme et l’incertitude.

«Je sais que mon vote ne sera pas compté mais je dois faire un changement. C’est pourquoi je me suis réveillé à 4 heures du matin pour venir voter », a expliqué l’une d’entre elles, Suzane Bucumi.

«Je viens voter pour le changement. Tout le monde aspire au changement maintenant », a déclaré Jean Claude Bitsure, enseignant.

Plus de 300 000 personnes qui ont fui le Burundi dans le tumulte causé par les élections précédentes restent des réfugiés.

AFP

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook