Kokoumbo/Une localité au passé riche… malheureusement minée par le phénomène de l’orpaillage clandestin

Par Justin Kassy/afriquematin.net   

 Située à quelques minutes de la capitale de la région du Bélier, Kokumbo, au nom évocateur est une localité appartenant au département de Toumodi, tapie en aval et surplombée par des montagnes. Ville à histoires multidimensionnelles, Kokoumbo fait rêver. Et parlons-en.

Kokoumbo, ou sous le Kokoum (montagne), selon l’histoire, recèlerait, en quantité, de l’or. Cette profusion de ce métal dans cette région, aurait suscité dans le temps, la transhumance, voire, certainement, l’immigration des peuples des pays voisins et même des populations ivoiriennes, particulièrement du centre de la Côte d’Ivoire.

Konan Koffi (en lunettes), administrateur de « Kokoumbo Djassin »

Bourgade hier, aujourd’hui, Kokumbo donne fière allure, car devenue Commune de plein exercice et Sous-Préfecture, avec à la clef, le modernisme, mais malheureusement minée de nos jours par le phénomène de l’orpaillage clandestin qui fait rage dans la région.

 Pour apporter sa contribution à son développement, les originaires de cette région comprenant cinq (5) villages dont Kpléssou, Niamkey-Konankro, Kokumbo, Akroukro et Kimoukro, ont-ils créé une plate-forme dénommée, « Kokoumbo Djassin », qui signifierait dans la langue locale, « les Nouvelles de Kokumbo ».

 « Kokumbo Djassin », se veut aussi et surtout une Tribune, un panthéon, pour connaitre de l’Histoire des peuples de cette contrée. Créée pour regrouper les enfants de cette localité, « Kokoumbo Djassin » est une plate-forme ouverte à toutes les personnes qui y vivent, ou qui y ont vécu.

Comme on le voit, l’actualité de la ville, du village, pour beaucoup d’habitants, son Histoire, ainsi que tous les sujets de la vie courante, constituent, a priori, ses centres d’intérêt.

 Administrée par Konan Koffi depuis 2019, les publications et commentaires de « Kokoumbo Djassin » doivent avoir « comme référence, la courtoisie, le respect mutuel, et la fraternité qui le caractérisent », selon le patron actuel de ce projet.