France: nombreuses réactions après la condamnation de Nicolas Sarkozy

Par Guillaume Ahi/ afriquematin .net

Cette deuxième condamnation pour l’ancien président Nicolas Sarkozy, à moins de sept mois de l’élection présidentielle où le parti Les Républicains espère atteindre le second tour avec un ou une candidate, est un coup dur pour la droite. Mais il n’est pas sûr que, dans les faits, l’ancien président perde l’influence qu’il a toujours sur sa famille politique ni sa popularité auprès des sympathisants de droite.

Coup de tonnerre pour la droite. Nicolas Sarkozy a été une nouvelle fois condamné.

Sur Twitter, les barons de la droite expriment leur soutien et amitié à l’ancien président. Les candidats à l’investiture Eric Ciotti, Xavier Bertrand ou Valérie Pécresse par exemple. La présidente de la région Ile-de-France se dit convaincue qu’il « se battra pour défendre son honneur. »

Christian Jacob le président de LR, a quant à lui déclaré sur Twitter : « Après une décision de justice qui ne va pas manquer de choquer beaucoup de nos compatriotes, je veux témoigner en mon nom et au nom des Républicains notre affection, notre soutien à Nicolas Sarkozy, ainsi que notre immense fierté de l’avoir eu comme Président de la République ». Une réaction partagée par Eric Ciotti, député LR et candidat à l’investiture des Républicains pour la présidentielle de 2022.

Mais peu à droite répondent au téléphone pour s’exprimer. Signe sans doute d’une certaine gêne.

Ce n’est pas la première fois que la famille de droite doit réagir aux casseroles judiciaires de l’ancien chef d’État. Et nous sommes à moins de sept mois de l’élection présidentielle.

Les Verts saluent la décision de justice

Dans le reste de la classe politique, autre son de cloche. Yannick Jadot, candidat Europe Écologie les Verts à la présidentielle de 2022, a déclaré face à la presse à Chambéry, où il effectue son premier déplacement de campagne : « Je ne commente pas les décisions de justice. Je comprends que Nicolas Sarkozy la commente. Mais on a vu le président de la République et des responsables politiques critiquer la justice. Si on veut une démocratie apaisée, notre objectif ne doit pas être de critiquer la justice mais de l’aider à rester indépendante. »

Julien Bayou, le secrétaire national des Verts, prend, lui, moins de pincettes : « Il a triché pour être élu. La République s’honore de pouvoir juger les puissants. Il n’y a pas d’impunité dans ce pays. »

Source: www.rfi.fr 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.