Football/N’dri Koffi Romaric casse la baraque

N’dri Koffi Romaric est le nouvel entraîneur de l’Afad-Plateau en Ligue 1 ivoirienne. L’ex-international de la génération Didier Drogba fera son baptême du feu ce samedi 19 mars 2022, au stade Robert Champroux face à LYS Sassandra, à l’occasion de la 14ème journée, il se prononce sur sa nouvelle carrière et sur l’évolution du football ivoirien.

Vous venez d’être nommé à la tête de l’encadrement technique de l’AFAD-Plateau, quelles sont vos premières impressions ?

C’est déjà un immense plaisir pour moi d’être dans ce grand club qu’est l’Afad-Plateau. Ça été très dur de partir de là où j’étais. Parce que je sais très bien l’amour et l’affection que j’ai pour Zoman FC et pour les joueurs qui sont là-bas. Je salue au passage le grand coach Amani Yao qui a fait du bon boulot à l’Afad-Plateau.

J’arrive après lui pour essayer de compléter et apporter ma touche. Ça fait déjà quelques jours que je travaille avec les joueurs que j’ai trouvés sur place. Je constate qu’il y a une bonne graine. J’essayerai de bien orienter les choses à ma manière afin qu’on arrive à des résultats probants.

Comment avez-vous trouvé l’ambiance au sein des joueurs ?

Je suis arrivé dans un groupe qui ne gagne pas depuis un bon moment. Donc, c’est normal que les jeunes soient un peu crispés. Pour ce faire, de mon côté, j’essaie d’apporter ma bonne humeur, mon travail et mon envie de gagneur. Au fur à mesure qu’on avance, je sens des joueurs très motivés. Ils commencent à adhérer à ma philosophie. J’ose croire qu’on pourra réussir de bonnes choses ensemble et relever le défi. Dieu voulant. .

L’ex-international N’dri Koffi Romaric compte apporter sa touche évolutive à l’Afad-Plateau.

Pensez-vous avoir eu déjà votre équipe après avoir vu tous les joueurs ?

Je suis obligé d’avoir déjà une équipe en tête afin de préparer déjà les automatismes. Je pense être sur le bon chemin. A ce stade de la compétition, je dois trouver les tandems. En clair, je dois tout faire pour que les premiers résultats soient positifs afin que la confiance revienne à 1000%.

Vous êtes arrivé à la tête d’une équipe qui occupe la dernière place de la Ligue 1 ivoirienne après avoir livré douze matches sur les treize possibles de la phase aller. Alors, quels sont les objectifs que les dirigeants vous ont assignés ?

Dans ce genre de situation, l’objectif majeur et immédiat, c’est évidemment le maintien en Ligue 1. Nous allons déjà essayer de sauver la saison qui s’annonce très difficile voire compliquée. Il faut donc tout faire pour ne pas que l’Afad-Plateau descende en Ligue 2. En mettant avant tout, tous les joueurs en confiance pour qu’ils prennent du plaisir à jouer ensemble. C’est en passant par cette méthode que nous allons atteindre notre objectif. En tout cas, je suis conscient du gros challenge qui m’attend.

Vous quittez le Zoman FC de la Division d’Honneur à la Ligue 2, pour un autre challenge en Ligue 1 avec l’Afad-Plateau. N’avez-vous pas de regrets d’avoir quitté ce club ?

J’ai un pincement au cœur, mais pas de regrets. Parce que, quand on a tout donné, on a travaillé avec son cœur, – avec des joueurs déterminés, on a évidemment un pincement au cœur le jour qu’on les quitte. Cela dit, j’avais déjà annoncé à mes joueurs de l’équipe que je ne serai pas le seul entraîneur de leur carrière. Je souhaite d’ailleurs bonne chance à mon successeur, Traoré Siaka, un ancien – de l’Asec et de la Soa.

Quelle a été la réaction des dirigeants du Zoman Fc lorsque la nouvelle est tombée de les quitter ?

On dit toujours que la manière de partir d’un club détermine souvent le degré de rapport avec les dirigeants concernés. C’est vrai que cette nouvelle n’a pas été facile au début. Mais, au finish, je retiens -que j’ai la bénédiction des dirigeants de Zoman FC. Pour ce faire, je profite de cet entretien pour les remercier encore vivement. Je signale qu’ils ont aussi donné leur accord pour que je vienne à l’Afad-Plateau avec mon adjoint, le coach Zaré Aboubacar.

Du centre de formation de l’Asec à l’Aad-Plateau (Ligue 1) en passant par Zoman FC (D3 et Ligue 2). Que retenir de ce parcours ?

C’est le travail, je suis toujours à la recherche de la performance et des connaissances. Je passe tout mon temps à lire, à regarder, à écouter, à prendre des conseils auprès de mes devanciers. Après, je fais de sorte que mon message passe auprès des joueurs. Parce que si les joueurs sont insensibles à ta philosophie, c’est difficile.

Je me donne donc les moyens pour réussir mon objectif en faisant de sorte que mes joueurs adhèrent à tout ce que je leur apprends. La manière et la méthode, c’est une chose. Mais, arriver à l’objectif est une autre. C’est même le plus important. Et, j’espère le réussir à l’Afad-Plateau. Je prie le Seigneur pour qu’il m’accorde le même privilège de réussite qui m’habite partout où je suis passé.

Quel est l’essentiel du message que vous portez à vos joueurs ?

Confiance-travail. Pour moi, ces deux mots sont importants. Quand on est confiant et qu’on se fait confiance, on travaille dans un bon esprit. C’est dans cette situation que j’ai travaillé partout où je suis passé. Je souhaite vraiment réussir dans la même situation à l’Afad-Plateau.

Votre arrivée à la tête de l’Afad-Plateau a été possible grâce au Pca de cette équipe Jacques Anouma, par ailleurs ancien Président de la Fédération Ivoirienne de Football. Quelles ont été les motivations contenues dans son message qui vous ont fait plier avant de signer votre contrat ?

Il m’a d’abord félicité pour mon bon parcours actuel en tant qu’entraineur. Parce qu’il ne faut pas l’oublier, c’est sous sa gouvernance à la fédération que j’ai joué en équipe nationale. Il est donc comme un père. J’avoue que je lui dois un respect à la mesure de sa gestion de notre football pendant la dizaine d’années qu’il a passée à la FIF.

Cela dit, après ça, il a fait savoir qu’il me fait entièrement confiance dans ma nouvelle aventure dans son club. Et qu’il me donne toutes les cartes pour réussir ma nouvelle mission. Il m’a surtout rassuré que si tout se passe bien, il mettra les moyens nécessaires à ma disposition pour attaquer la nouvelle saison 2022-2023.

Vous constatez donc que j’ai le devoir de réussir. Mais, je ne peux réussir qu’avec l’apport sincère de tous mes collaborateurs, mes joueurs et des dirigeants du club. C’est ensemble que nous allons réussir.

Vous livrez votre premier match face à LYS de Sassandra à l’occasion de la 14ème journée de la Ligue 1 au stade Robert Champroux ce samedi 19 mars 2022. N’est-ce pas un baptême du feu qui vient très tôt pour vous ?

Non, pas du tout, c’est un programme préétabli et je suis obligé de m’y conformer. Je pense que ce sera un match très intéressant. Je connais le coach Michel qui est un ami, un collègue, je connais son équipe. Je pense qu’il connait aussi ma philosophie. Ce sera donc un match entre deux jeunes coaches qui ont envie de prouver. J’espère que nous gagnerons pour retrouver la confiance.

Source : www.afad.ci avec afriquematin.net