Eric Agnero, resp-com du Yaye Festival de Dabou: « Avec le SND, vous allez découvrir un festival entièrement rénové». 

Par Léon SAKI – Afrique Matin.Net 

Homme de culture et communicateur hors-pair, Eric Agnero ou encore Lohouess Gnagne est le responsable de la cellule communication du Yaye Festival de Dabou, une activité de promotion de la culture Adjoukrou. En prélude à la 3è édition organisée par le SND et prévue du 06 au 10 août prochain, il présente, dans cet entretien, les atouts du festival et donne les moyens dégagés pour faire de cette célébration une réussite.

Le Yaye festival de Dabou est annoncé pour août prochain. Quel est l’état actuel des lieux ?

Il se présente comme toute bonne organisation à trois mois de la tenue de son événement. Les grandes lignes directrices de l’organisation sont définies, les commissions mises en place sont au travail, les tournées de sensibilisation et de mobilisation sont en cours, le plan de communication pré-événement est en application, les sponsors et partenaires traditionnels prêts à nous accompagner et de nombreux autres se sont signalés. Nous sommes donc en plein dans l’organisation du Yaye Festival 2019 et continuons d’attendre les partenaires désireux de prendre part à cette grande célébration de la culture Adjoukrou qui prévoit la participation de 50 mille personnes, cette année.

Quel est l’intérêt pour un partenaire de participer à un tel événement ?

Avant de tirer tout intérêt, il faut d’abord que le partenaire ait un intérêt pour la culture ; cette culture identité d’un peuple qui fait briller la clarté de l’espoir contenu en toute chose et qui constitue le socle de l’indépendance intellectuelle et le ciment de la cohésion sociale. Le Yaye Festival de Dabou est un événement de dimension nationale et internationale qui donne six bonnes raisons d’y participer. Prospecter pour trouver de nouveaux clients pour son entreprise, Présenter de nouveaux produits à travers cet événement qui constitue une bonne rampe de lancement, tisser des partenariats, s’informer sur son propre marché, doper la notoriété de son entreprise et enfin mobiliser ses équipes autour d’un événement fédérateur. Il faut noter également que le Yaye Festival de Dabou offre une large visibilité sur les produits et constitue un gros marché d’écoulement et de fidélisation.

A quoi doit-on s’attendre au cours de cette 3è édition ?

Le Yaye Festival de Dabou « news fashion », c’est une plate-forme d’échanges B to B, un concert géant d’artistes de renommée, l’éclatement de l’événement sur 06 sites avec des activités différentes et enfin la sortie du Yaye le dernier jour. Ce sont donc cinq jours d’intenses célébrations qui donneront l’occasion à la ville et ses commerces de connaitre un essor économique remarquable.

Vous êtes le responsable communication du festival. Quelles sont les dispositions en vigueur en termes de communication ?

Elles sont de deux ordres. D’abord, faire en sorte que les confrères qui prendront part au festival soient bien traités et mis dans de bonnes dispositions pour faire leur travail. C’est pourquoi, à ce niveau, nous allons inviter la presse nationale et internationale, les médias en ligne, à se faire enregistrer auprès du responsable en la matière M. Léon SAKI, Directeur de Publication du journal Afrique Matin. La seconde disposition est relative à la visibilité du Yaye et aux moyens dégagés pour réussir le pari de la communication. Une importante régie avec des caméras de dernière génération, s’occupera du filmage et autres aspects visuels. Des chaines de télévision internationales ont été contactées pour servir de relai au plan international. Avec le SND, vous allez découvrir un festival entièrement rénové qui transcende les frontières habituelles. C’est pourquoi, je voudrais ici adresser mes félicitations au jeune frère Lath Meless Sébastien pour cette merveilleuse idée.

Au vu de tout ce qui a été dit, peut-on croire que le Yaye Festival a les moyens de s’imposer, les années à venir, comme le plus grand rendez-vous de la culture patrimoniale de Côte d’Ivoire ?

Absolument, car nul n’ignore la grandeur de la culture Adjoukrou qui se décline en une kyrielle de valeurs indiscutables. Dabou va devenir un autre pôle culturel à travers la promotion de la civilisation Adioukrou. Une civilisation grande et glorieuse qui assume, depuis des siècles, son destin à travers une créativité féconde.

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook