Entreprenariat/Une Ivoirienne fait le bonheur des Français

Entretien réalisé par Brou François/afriquematin.net

Originaire de la région de Bouaké, Colombe Kouakou a fait son enfance à Toumodi. Ambitieuse, hardie, cette jeune femme a fait ses preuves professionnelles dans une grande entreprise de renom à Abidjan avant de partir à l’aventure en 2002. Atterrit sur le sol Français (Paris), elle poursuit ses études universitaires et décroche ses diplômes. Passionnée de l’entreprenariat, elle créée son entreprise de Transit et concurrence de grosses structures Françaises. Colombe Kouakou se soucie aussi du bien-être de la population. Présidente fondatrice de l’Association Efaly Go Into Fit, elle s’est ouverte à www.afriquematin dans cet entretien que nous vous proposons.  

Vous êtes présidente de l’Association Efaly Go Into Fit. Parlez-nous de votre structure et de vos motivations ?

En 2020, durant la crise Covid-19, la France toute entière était confinée pour la première fois. Le virus faisait des milliers de morts autours de nous, les survivants faisaient des crises d’anxiété et grossissaient à vue d’œil sans bouger de leur maison.

J’ai préparé mon esprit sur le trajet de l’aventure, j’ai bossé sans compter, sans relâche, je m’adonnais à très peu de loisir, par ce que j’avais un but à atteindre”, a fait entendre Colombe Kouakou

Par conséquent, des maladies telles que le diabète, l’AVC, la tension artérielle, le stress traumatique…gagnaient les survivants…j’ai eu besoin de créer une association sportive afin d’aider des personnes en obésité, à courir, à manger équilibré, et perdre du poids pour mieux respirer…j’ai aussitôt commencé à coacher des adhérents qui souhaitaient vivement perdre du poids, moyennant mensuellement quelque chose.

 Notez que les gains récoltés sont reversés en partie à l’association Efaly Go Into Fit pour soutenir les jeunes filles adolescentes mères-isolées qui se retrouvent enceintes sans le souhaiter et qui sont parfois obligées d’abandonner leurs nouveau-nés en Côte d’ivoire.

C’est un grand projet, j’aurai bientôt besoin d’aide, notamment de collectes de fonds, de vêtements, de jouets interactifs, de tris pour les tout-petits, de livres pour enfants et de biberons. Parce que je pense que mes ambitions sont légitimes.

Votre association à but non lucratif a pour mission d’apporter une assistance aux nouveau-nés. Pourquoi avez-vous choisi spécifiquement les enfants abandonnés ?

Trop de nouveau-nés abandonnés, d’ailleurs ils n’ont jamais demandé à naître, en tant que mère protectrice, toutes les images de ces mômes abandonnés que j’ai pu voir accidentellement sur internet, me hantent terriblement.

Je ne juge personne, mais je me pose simplement des questions en tant que mère des questions, du fait que l’accouchement est plus que difficile, étant donné qu’elle a déjà poussé dans la douleur, le plus dur étant fait, et si elle avait eu, en sa possession un peu de moyens (matériels et financiers), ainsi que les premières nécessites, notamment le trousseau, les biberons et autres accessoires, cette jeune fille, n’aurait pas pu abandonner son bébé aux ordures.  A ces faits, je me suis plusieurs fois posé la question, d’où mon engagement à agir.

Vous résidez en France, alors comment réussissez-vous à réaliser vos actions humanitaires en Afrique ?

Je réside en France depuis l’an 2002 et je vis de temps en temps en Côte d’Ivoire. Mon équipe locale de bénévolats est sur place à Abidjan pour recenser et coordonner bientôt les distributions  au profit des bénéficiaires.

Colombe Kouakou planifie, s’organise, et gère ses activités professionnelles avec abnégation

Quelles sont vos perspectives et les objectifs que vous visez?

Plusieurs  perspectives s’offrent à nous. D’abord au plan sportif c’est de  motiver  les enfants, les femmes, les hommes, les personnes âgées à retourner au sport et à manger équilibré. Inciter tout le monde à conserver la routine sportive et à manger équilibré en vue de se débarrasser de l’obésité, l’AVC, le diabète,  le stress traumatique, la tension artérielle.

Au plan humanitaire et solidaire, les gains récoltés serviront à sauver des vies, particulièrement celles des nouveau-nés, car  l’association Efaly GO Into  aura rendu une mère digne et aura permis qu’un bout-de-choux devienne Pilote de l’air, Avocat, Médecin, Ambassadeur, Professeur et mécanicien agrée.

Des conseils pour les personnes qui veulent créer des associations à but non lucratif.

Il faut une bonne dose d’altruisme, et malheureusement il n’y a pas de rémunération, souffrir un peu pour les autres et les voir heureux est un leitmotiv dans une telle association, j’en veux pour preuve, Didier Drogba qui en  est un exemple.

Comptez-vous ouvrir une antenne d’Efaly Go Into Fit en Côte d’Ivoire ?

Oui, bien entendu,  cela vient d’être fait.

Comment parvenez-vous à concilier la gestion de votre club de Fitness et vos activités professionnelles, puisque vous êtes à la tête d’une  entreprise de Transit ?

Je planifie, je m’organise, je gère…je suis habituée depuis douze (12) ans et diriger   c’est mon quotidien.

Votre insertion dans ce milieu a-t-elle été facile, vu qu’une africaine et particulièrement une ivoirienne  a réussi à se frayer du chemin dans ce secteur où les hommes ont du mal à se caser ?

Je voudrais vous rappeler que mon entreprise de Transit a été élue meilleure entreprise à Paris en 2018:  Cela n’a pas été facile, car, en plus de l’austérité de l’hiver, du racisme, en plus d’être une femme dont certains hommes pensent que sa place est dans la cuisine, en plus d’être noire et Africaine, en plus d’être immigrée.

J’ai préparé mon esprit  sur le trajet de l’aventure,  j’ai bossé sans compter, sans relâche, je m’adonnais à très peu de loisir, par ce que j’avais un but à atteindre, c’est de relever mon défi, c’est aussi celui de surmonter les barrières raciales, décrocher le maximum de diplômes, Master en commerce international et plus,  pour enfin me battre à armes égales et  me réaliser, en vue de conseiller  la jeune génération diplômée de Côte d’Ivoire en quête de perspective. Parce que je me suis donné comme devise : Ambition, Endurance, Persévérance…non à l’ignorance.

Facebook