Culture-« Djaka festival 2021 » /Le Lô- Djiboua présente ses potentialités culturelles

Par Justin Kassy/afriquematin.net  

 Le village de Briboré, dans la commune de Divo a ouvert les festivités marquant la 11ème édition du festival des arts et de la culture dida-godié de la région du Lôh-Djiboua le samedi 12 juin 2021.  Cette cérémonie a été marquée par la présence des autorités administratives et traditionnelles.

Depuis l’ouverture ce mardi matin 10 Août, l’effervescence est de mise. Femmes, hommes, jeunes, adultes, vieux, vieillards. Tous, dans un même élan de ferveur, donnent libre cours à leur joie. Ils traduisent, à travers cette joie, leur reconnaissance à l’initiateur de ce festival. Qui permet à la région, de rester enraciner dans sa culture, sa tradition, avant de chercher à scruter du regard, l’horizon, pour installer à la place idéale, le trésor culturel, traditionnel, qu’ils portent en eux, de façon innée.

Les danses traditionnelles du Lôh-Djiboua sont d’une authenticité à émerveiller tout un festivalier

Évènement culturel par excellence, le « Djaka Festival », est une fête organisée en pays dida-godié pour mettre en exergue les richesses traditionnelles que compte le peuple de cette partie du Sud de la Côte d’Ivoire.

Ambiance festive et aussi économico-sociale, le « Djaka-festival » fait partie du patrimoine culturel de la Côte d’Ivoire.  Vêtues de tenues traditionnelles propres aux coutumes qu’elles incarnent, les populations ont exprimé, en présence de leurs hôtes, tant nationaux qu’internationaux, des valeurs, leur mode de vie ancestral, que les temps modernes, en dépit de leur agressivité, n’arriveront jamais à travestir.

Loin s’en faut ! Parce que la culture au sens large du terme, est ce quotidien qui fait vivre, qui donne à respecter, qui ne se marchande pas. Parce qu’on ne la retrouvera nulle part ailleurs. Elle est plutôt spécifique à un peuple et à son environnement.

Le peuple Dida sait honorer ses invités de marque à des occasions spéciales, comme celles qui réunissent les festivaliers venus d’horizons divers, pour découvrir ce que ce peuple garde encore précieusement, jalousement.

 

La tenue traditionnelle prend le pas sur la modernité

Quoi que côtoyant tous les jours, le milieu occidental, à travers ses trouvailles technologiques surprenantes, éblouissantes et convaincantes, parfois. Les danses du « Lôh-Djiboua » sont présents et vont animer le festival en offrant des spectacles de qualité aux hôtes jusqu’au vendredi 14 août prochain.

 « Lobhé » (Le travail) est le thème choisi pour inviter la population au travail, « nous appelons nos parents, la jeunesse et les femmes au travail. Parce que, seul le travail peut nous permettre de développer notre région, nos Communes et nos villages », a soutenu le Commissaire général et initiateur du festival, Alexandre Jhronsix Draman, lors de la cérémonie de lancement des festivités marquant l’organisation de cette édition.

Une conférence sur le travail des enfants, la migration irrégulière, des rencontres d’informations sur les possibilités d’emplois et de financements de projets. Sans oublier des danses traditionnelles du terroir Dida-Godié, et d’autres régions du pays sont au menu. Et pour cette édition, le Comité international « Djaka festival » (CIDF) procédera à une opération de don de sang.

A rappeler que c’est en 2006 que le Djaka festival a été créé dans le but d’organiser des moments de réjouissance et de célébration de la culture dida-godié, en même temps qu’il permet de faire la promotion et la découverte des richesses socioculturelles de la région du Lôh-Djiboua.

Les commentaires sont fermés.