ads bas

Crises sociaux politiques: des ex-détenus demandent la libération de leurs camarades encore incarcérés

ads bas
Par Fatime Souamée – Afrique Matin.Net
Suite à une décision d’amnistie qu’il a prise, pour la libération de 800 prisonniers de la crise post-électorale le lundi 06 août 2018, à la faveur de la célébration du 50 ème anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, Le président Alassane Ouattara visait une décrispation de l’atmosphère politique très tendue pour aller vers la réconciliation vraie. « En raison de mon attachement à la paix, et à une réconciliation vraie, j’ai procédé ce lundi 6 Août 2018 à une signature d’ordonnance portant amnistie.
Cette amnistie bénéficiera à 800 de nos concitoyens poursuivis ou condamnés pour des infractions en lien avec la crise post-électorale de 2010, ou des infractions contre la sûreté de l’Etat commises après le 21 mai 2011, date de ma prestation de serment en qualité de président de la république », a déclaré le président Alassane Ouattara. Seulement voilà que ce que le président de la république considère comme ultime sacrifice pour aller à la paix, n’est qu’une goutte d’eau dans la mer pour nombreux. « Aucun sacrifice n’est trop grand pour aller à la paix », dira Mr Ouattara pour qui cette décision d’amnistie est une bouée de sauvetage pour un pays profondément divisé pour aller à la réconciliation véritable.
 En effet plusieurs reproches étaient formulées contre le pouvoir par l’opposition. Notamment la pratique de la justice des vainqueurs, et le rattrapage ethnique. Malgré l’action du  président qu’il qualifie d’ultime sacrifice, des voix discordantes s’élèvent. Selon un ex-détenus de la poste crise, des actions sont mises en oeuvre pour demander au président de la république de libérer tous les détenus de la crise post-électorale encore enfermés pour les mêmes infractions que ceux qui ont été libérés. « Bientôt nous allons prendre la rue, par des marches de protestation pour demander à Ouattara de libérer nos camarades qui sont encore enfermés. Difficile de comprendre pourquoi pour les mêmes infractions certains sont libérés et d’autres enfermés. 36 de nos camarades sont encore en prison pour des raisons que nous voulons que Mr Ouattara nous explique Nous demandons leur libération indiqué S K A, ex-détenu.
Invoquant le cas de Guiré Maurice, un autre plus énervé avance ne pas comprendre pourquoi ce dernier, est resté seul au camp pénal de Bouaké alors que tous les autres sont à la MACA à Abidjan. Revenant sur la situation des FDS encore détenus dans les prisons, ils diront que ces dignes pères de famille, ne sont pas plus coupables que d’autres.
Les éléments forces de défense  et de sécurité qui sont en prisons, ces pères de famille, qu’ont-ils fait à part défendre nos institutions et les populations. Ils ne sont pas plus criminels que certains qui circulent aujourd’hui librement », renchérit-il. A près de 2 ans des échéances électorales de 2020 le président de la république a posé une action importante pour booster la réconciliation. Action bienfaitrice ou simple stratégie politique? Toujours est-il que les voient continuent de se lever, et les dissensions entre les Ivoiriens demeure profonde.

Les commentaires sont fermés.