Côte d’Ivoire-Présidentielle/ Rien n’a filtré de la rencontre entre l’opposition et la mission de la Cédéao

Une mission ministérielle de la Cédéao est arrivée hier dimanche en Côte d’Ivoire pour rencontrer les différents acteurs politiques. L’opposition ne reconnaissait plus la légitimité des institutions en charge de l’organisation et de la validation du scrutin, prévu le 31 octobre prochain, et exige le retrait de la candidature du président sortant Alassane Ouattara pour un troisième mandat.  

 Après une première visite il y a une dizaine de jours, les diplomates de l’organisation ouest-africaine doivent de nouveau tenter de résoudre un problème politique qui parait inextricable. Selon l’analyste Sylvain N’Guessan, la médiation a peu de chance d’aboutir. « Le rapport de force à l’interne est à l’avantage du RHDP », dit-il. Selon lui, le parti au pouvoir va surfer sur cet avantage diplomatique et financier pour gagner la présidentielle dès le premier tour. Mais les cadres du RHDP pourraient s’engager auprès de la communauté internationale à ouvrir le jeu politique après la présidentielle, juge-t-il, pour les législatives prévu au printemps prochain notamment.

L’opposition souhaitait recevoir les présidents du Ghana et du Nigeria, c’est finalement une délégation ministérielle, emmenée par la cheffe de la diplomatie ghanéenne Shirley Botchway, qui a rencontré les deux principaux opposants et candidats, Henri Konan Bédié et Pascal Affi N’Guessan. Rien n’a filtré de cette réunion qui a duré un peu plus d’une heure. Elle a néanmoins souligné, au terme de la rencontre  que « nous ne sommes pas encore au stade de crise et que le problème ivoirien peut se résoudre par le dialogue. C’est ce que la délégation de la CEDEAO va essayer de le faire les jours à venir ».

Source : rfi.fr avec afriquematin.net

Facebook