Côte d’Ivoire/La population d’éléphants est menacée de disparition

Les résultats d’une  étude réalisée par des chercheurs ivoiriens de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan-Cocody révèlent que la population des éléphants, réduite de 90% est désormais menacée d’extinction.

D’un nom hérité de la colonisation, en raison de sa forte population d’éléphants à l’époque, la Côte d’Ivoire connait depuis ces dernières décennies un déclin « généralisé » et « catastrophique » de sa population nationale d’éléphants de forêt d’Afrique.  Cette étude réalisée sur 25 aires protégées n’a permis de confirmer la présence d’éléphants que dans seulement quatre zones, où leur densité était toutefois faible.

Elle révèle par ailleurs que la population d’éléphants de forêt en Côte d’Ivoire est passée de 1611 en 1994 à près de 225 aujourd’hui, soit une baisse d’environ 90% en l’espace de deux décennies. Dans le même temps, le nombre d’aires protégées abritant des fragments de forêt a diminué de 80%.

La grande majorité des aires protégées a perdu la totalité de ses populations d’éléphants, en raison du manque de mesures de conservation, de la conversion des aires protégées en plantations, des établissements humains et du braconnage.

L’inquiétude des chercheurs est du fait que la forêt restante de Côte d’Ivoire est très fragmentée et se compose en grande partie de parcs nationaux et de réserves forestières qui manquent cruellement de protection adéquate.

La faune dans ces zones protégées, dernier refuge pour les éléphants, est menacée par la chasse, l’empiètement des plantations de cacao sur les frontières des réserves et l’expansion de la culture illégale du cacao dans les parcs et les réserves elles-mêmes. Les 25 forêts étudiées totalisent 3688,66 km2 et 71% de ces terres ont été défrichées ou transformées en plantations.

Pour les chercheurs, la faible population d’éléphants restante en Côte d’Ivoire, qui est désormais menacée d’extinction, a besoin de « mesures de conservation agressives » de la part des autorités ivoiriennes.  De ce qui précède, le citoyen lambda peut conclure que sans mesures « agressives » de protection de la part des autorités ivoiriennes, la faible population d’éléphants restante en Côte d’Ivoire est désormais menacée d’extinction.

Source : agenceecofin.com avec afriquematin.net