CAMES/La Côte d’Ivoire enregistre de nouveaux agrégés

Par Iris Fabiola Yaëlle/afriquematin.net : source MESRS
Lancée le 2 novembre 2020 à Brazzaville, au Congo, les résultats de la 20ème  session  du Concours d’Agrégation de Médecine humaine, Pharmacie vétérinaire et Productions animales ont été rendus publics, le vendredi 6 novembre dernier.

A travers donc l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan Cocody, la Côte d’Ivoire a été honorée en enregistrant de nouveaux agrégés dans différentes spécialités. Les candidats ivoiriens ont occupé des rangs honorables. Ont été respectivement occupés le 2ème et le 3ème rang, les représentants ivoiriens Aka Armelle Adjoua Sandrine, dans la spécialité Pharmacie galénique et N’Guessan Alain  dans la spécialité industrielle de la section Pharmacie.

 Quand Attia Akissi Regine occupait, elle, le 1er rang, en spécialité Santé publique, option, Economie de la santé. Agbessi Brah Thérèse venait en  2ème position dans la spécialité  bactériologie, virologie. L’Université Félix Houphouët-Boigny a été  également 1ère  et 1ère  ex-aequo en parasitologie mycologie grâce à Konaté Abibatou et Vanga Abo Henriette.

Dans la section Médecine humaine, Tembely Samba de l’Université FHB arrache le 1er  rang ex-aequo en chirurgie pédiatrique, Kouamé Benjamin prend la 4ème  place en Urologie Andrologie, Koné Samba et Koné Seydou Gnombena N’Golo  sont arrivés 2ème  et 3ème . N’Guessan Koffi est classé 1er  en immunologie-Allergologie. Cette liste n’est pas exhaustive.

Organisée   par le Conseil africain et malgache pour   l’enseignement supérieur, cette 20ème  édition a mobilisé 112 membres pour les différents jurys et 287 candidats au total et leurs accompagnateurs.

Faut-il rappeler qu’en 2011, au terme de la 28ème  session du CAMES, le professeur Bertrand Mbatchi a été élu secrétaire général en remplacement du professeur Mamadou Moustapha Sall. Notons également que la convention portant statut et organisation du CAMES fut signée le 26 avril 1972 à Lomé.
Pour rappel, le CAMES a été créé par les chefs d’État de l’Organisation commune africaine et malgache (OCAM) à la suite de la Conférence de Niamey de 1968.

Facebook