28ème session de l’ANP Academy/La publicité subtile dans les articles au centre des échanges

Par Iris Fabiola Yaëlle/afriquematin.net

Le jeudi 16 mai 2024, s’est tenue dans la salle de conférence de l’Autorité nationale de la presse (ANP) la 28ème session de l’ANP Academy, avec pour thème « Journalistes : comment informer sans faire de la publicité ». Cette séance a été co-animée par Michel Koffi, journaliste-enseignant, et Nicole Zama-Kouassi, directrice commerciale et clientèle de la Société Nouvelle de Presse et d’Édition de Côte d’Ivoire (SNPECI).

Les entreprises ne ressentent pas toujours le besoin d’informer ou le font seulement pour des raisons de marketing. Pourtant, elles appartiennent à un milieu, le monde économique, qui joue un rôle central dans la société. À ce titre, leurs activités intéressent beaucoup de gens, qui sont autant des lecteurs, auditeurs et téléspectateurs.

Pour Michel Koffi, il faut aller à l’essentiel, car le métier de journaliste ne doit pas se confondre avec celui du publiciste. « Le rôle du journaliste est d’informer le lecteur sur une actualité précise, en restant sobre dans les écrits et en ne jouant pas à l’agent publicitaire. On peut faire de la pub tout en respectant l’éthique et la déontologie qui régissent les règles du métier », a-t-il fait savoir.

Il a également rappelé qu’il ne faut jamais confondre le métier de journaliste avec celui de publicitaire ou de propagandiste. Il indique par ailleurs que les deux hommes de médias « sont condamnés à se côtoyer, mais avec des articles différents ». Aussi, a-t-il noté qu’il faut informer le lecteur de manière objective et impartiale en faisant une recherche approfondie, tout en utilisant un langage neutre.

LIRE AUSSI :   Fédération ivoirienne de Taekwondo/Les Maîtres de salle exigent des élections

Cette rencontre dédiée au renforcement des capacités des journalistes a été l’occasion pour la directrice commerciale et clientèle de la Société Nouvelle de Presse et d’Édition de Côte d’Ivoire (SNPECI), Nicole Zama-Kouassi, de souligner que le journaliste ne doit pas se transformer en agent publicitaire déguisé. « Car le métier est régi par des règles et tout message à caractère publicitaire doit être acté par le Conseil Supérieur de la Publicité », a-t-elle instruit.