Sport : Didier Drogba, la légende vivante du football et ses actes qui divisent.

Par Serikpa Djeckou De Sylva-Afriquematin.net

Depuis quelques années, les actes de Didier Drogba Tébily, la légende du football mondial divisent les ivoiriens. La star ivoirienne ne fait plus l’unanimité. Ses actes sont diversement interprétés.  Certains l’accusent à tord ou à raison d’être inféodé au pouvoir d’Alassane Ouattara, quand d’autres affirment que Didier Drogba est libre de « poser ses valises là où il veut ».

Pour l’histoire, c’est en septembre 2003 que Didier Drogba a fait ses débuts en Ligue des Champions avec Marseille face au Real de Madrid. En 2004, l’athlète fait le saut pour la première fois à Chelsea, dans la Première League anglaise. En 9 ans, il a participé à 75 matches et a inscrit 39 buts. Didier Drogba a participé à 4 finales disputées avec Marseille, Chelsea et la Côte d’Ivoire sans aucune gloire. Il faudra attendre la finale en Ligue des Champions entre Chelsea contre le Bayern de Munich, pour qu’à la 88e mn, l’Ivoirien de Niaprahio, un village du Centre Ouest de la Côte d’Ivoire dans le département de Gagnoa, égalise d’une tête magistrale à la fin du temps réglementaire.  C’est encore lui, Didier Drogba, auteur du but égalisateur qui marque le dernier pénalty offrant ainsi la première victoire en C1 à son club Chelsea, en 107 ans d’existence.

En Côte d’Ivoire, Didier Drogba est reconnu comme le plus grand sportif ivoirien de tous les temps et ce, grâce à ses performances individuelles et collectives. Vu sa personnalité médiatique et sa grande renommée qui le précède sur tous les continents.  Drogba est aussi un symbole de paix et d’unité nationale au regard du rôle important joué sur l’échiquier national durant la décennie de crise. L’on peut se rappeler, la présentation de son ballon d’or à Bouaké dans le centre de la Côte d’Ivoire, le quartier général de l’ex-rébellion armée, en mars 2007. Avec un point d’honneur, le match contre Madagascar (4e journée des qualificatifs pour la CAN 2008) qu’il réussit à y faire jouer le 3 juin 2007. Modèle, Il l’est également pour la jeunesse ivoirienne. Nombreux sont les jeunes qui reconnaissent en lui, des valeurs humaines qu’il partage ; l’humilité, le courage, la persévérance le patriotisme, et la générosité. Un symbole de réussite et de liberté. Ses exploits font rêver tous les Ivoiriens. Ses prises de position pour défendre sa nation sont toujours très écoutées. Fidèle à ses valeurs, il prône l’apaisement. Il appelle à l’unité nationale et à la raison sans jamais prendre position.

Même, si la star ivoirienne refuse de céder pour le moment aux sirènes de la politique, ses actes envers les hommes politiques en Côte d’Ivoire divisent. Et le dernier acte, c’est la vidéo postée pour soutenir la famille Hamed Bakayoko, ministre de la défense en deuil qu’il tutoie : «Tu peux être fier du papa, du vieux, il a fait de toi, de tes frères, de Zoum, de tes enfants, des enfants de grand cœur. Comme je te l’ai dit, je serai toujours là pour toi et pour la famille ». Pour Sery Ange rencontré à Yopougon dans un « garbadrome », la bouche pleine, il fait des efforts pour mieux se faire entendre. « On n’a pas vu Drogba aller soutenir son oncle Gbagbo quand celui-ci a perdu sa mère Marguerite Gado », se plaint-il. Et Alain Kouassi d’ajouter : « Didier Drogba a choisi son camp. Il est du côté de ceux qui ont emprisonné son frère Blé Goudé. Les deux sont de même village. Pourquoi ne va-t-il pas à la Haye soutenir son frère » ? S’interroge-t-il. Une attitude que ne condamne pas Pierre Zigoli : « Drogba est libre de soutenir qui, il veut quand il veut », affirme-t-il avec force. Sur les réseaux sociaux, les internautes ne sont pas restés muets à cet acte de soutien à la famille Hamed Bakayoko.

Didier Drogba n’est pas un homme politique, disent-ils, mais qu’il ne choisisse pas un camp contre un autre. Alors que certains répondent que du temps de Gbagbo, Didier Drogba s’affichait bien avec le régime. « c’est la même chose ». Quand d’autres demandent : « Y avait-il des prisonniers politiques qui croupissaient dans des prisons pendant des années sans jugement ? Au temps de Gbagbo, les comptes de ses adversaires étaient-ils gelés » ? Certains ont condamné cet acte jugé parti pris quand d’autres ont approuvé l’acte affirmant comme Pierre Zigoli, que Drogba Didier est libre. Des propos qui laissent croire que l’icône perd de plus en plus de plumes en Côte d’Ivoire. Et c’est un serviteur de Dieu voulant garder l’anonymat qui affirme : « J’ai vu en songe la statue de Didier Drogba, jetée dans les décombres ». Un signe pour lui, que d’ici là, la star du football en Côte d’Ivoire sera dans les oubliettes. Pour l’heure, ce n’est pas le cas, mais les ivoiriens continuent d’être divisés.

djeckoudesylva@gmail.com

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook