Donald Trump en Inde: sept morts dans la violence de Delhi lors de sa visite

Sept personnes ont été tuées à Delhi lors de manifestations contre la nouvelle loi controversée de l’Inde sur la citoyenneté, alors que le président américain Donald Trump effectuait sa première visite officielle dans le pays.Des violences ont de nouveau éclaté dans certaines parties du nord-est de Delhi, qui ont vu lundi soir des affrontements meurtriers entre partisans et opposants à la loi.Deux journalistes ont été attaqués et des journalistes de la BBC dans la région disent que des foules lancent des pierres et crient des slogans.On craint de nouveaux affrontements.

Un policier et six civils sont morts dans les violences les plus meurtrières de Delhi depuis que la Citizenship Amendment Act (CAA) – que les critiques disent anti-musulmane – a été adoptée l’année dernière.

Environ 150 personnes, dont 48 policiers, auraient été blessées.”Il y a environ 200 personnes, certaines tiennent le drapeau indien dans leurs mains, d’autres portent des drapeaux au safran, généralement associés à des groupes hindous de droite. Ils scandent Jai Shri Ram [grêle Lord Ram]”, a déclaré Faisal Mohammed, journaliste à la BBC Hindi.  << Ce que Donald Trump retire de son voyage en Inde
L’Inde et les États-Unis signent des accords clés en matière de défense et d’énergie
Que fera la visite de Trump pour les relations américano-indiennes?>>
La foule criait également “tirez sur les traîtres”, a ajouté notre journaliste. Selon des correspondants, le moment des troubles est une gêne pour le Premier ministre Narendra Modi alors qu’il accueille le président américain et la violence a détourné les projecteurs de la visite de M. Trump.

L’origine de  la violence?
Il a éclaté dimanche dans trois zones à majorité musulmane du nord-est de Delhi et se poursuit depuis.La violence dans la région a vu les manifestants fermement divisés selon des critères religieux, selon des journalistes de la BBC sur place. Les deux parties se sont mutuellement accusées d’avoir déclenché les affrontements.

La violence dans les zones à majorité musulmane du nord-est de Delhi a commencé dimanche
La violence a été liée à un chef du BJP, Kapil Mishra, qui avait menacé un groupe de manifestants d’organiser un sit-in contre la CAA au cours du week-end, leur disant qu’ils seraient expulsés de force une fois que Donald Trump aurait quitté l’Inde.

Les affrontements ont débordé lundi et la police a tiré des obus de gaz lacrymogène et a mené des charges de matraque pour disperser les foules qui jetaient des pierres. Des images télévisées montraient des flammes et de la fumée sortant des bâtiments.

Des témoins oculaires ont déclaré avoir vu des véhicules calcinés et des rues pleines de pierres dans des régions comme Jaffrabad et Chand Bagh mardi matin. La police n’autorisait les gens à entrer qu’après avoir vérifié leurs cartes d’identité. Certaines stations de métro ont également été fermées.

Qui sont les morts et les blessés?
Jusqu’à présent, six civils et un policier ont été tués dans les violences.

“L’un des blessés graves est un officier supérieur de police. Il a maintenant été transféré dans un autre hôpital pour recevoir des soins spécialisés”, a déclaré un responsable.

Deux journalistes de la chaîne d’information NDTV ont été roués de coups alors qu’ils étaient en train de faire des reportages mardi matin.

Deux de mes collègues @arvindgunasekar et @saurabhshukla_s ont été violemment battus par une foule à Delhi, ils n’ont cessé de les battre qu’après avoir réalisé qu’ils étaient «notre peuple – les hindous». Absolument méprisable.

Shahid Alvi, un conducteur de pousse-pousse automobile, est décédé des suites d’une blessure par balle qu’il a subie pendant la manifestation. Son frère Rashid a déclaré à la BBC Hindi que Shahid s’était marié il y a à peine un mois.

“Il a reçu une balle dans l’estomac et est décédé alors que nous l’emmenions à l’hôpital”, a-t-il expliqué.Une autre victime a été identifiée comme étant Rahul Solanki. Son frère, Rohit Solanki, a déclaré à la BBC Hindi qu’il était mort après avoir été abattu alors qu’il tentait de s’échapper d’une foule. “Il était sorti pour acheter des produits d’épicerie quand il a été soudainement entouré. Il a été abattu à bout portant. Nous avons essayé de l’emmener dans quatre hôpitaux mais nous avons été refoulés”, a-t-il expliqué.

Que font les officiels?
Le ministre en chef fraîchement réélu de Delhi, Arvind Kejriwal, a appelé le gouvernement fédéral à rétablir l’ordre public.

“Il n’y a pas assez de policiers dans les rues [dans les zones touchées]. La police locale dit qu’elle ne reçoit pas d’ordre d’en haut pour contrôler la situation et qu’elle n’est pas en mesure d’agir”, a-t-il déclaré aux journalistes.

Les forces de police de la capitale relèvent directement du gouvernement dirigé par le parti Bharatiya Janata (BJP) au pouvoir de M. Modi.

Le ministre de l’Intérieur, Amit Shah, qui est responsable des forces de police de Delhi, tient une réunion avec M. Kejriwal pour discuter de la situation.

Source : bbc.com

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook