Sommet d’Accra/Pourquoi la Cedeao tarde-t-elle à trouver des solutions aux différentes crises!

Pas de décisions immédiates de trouvées pour les différentes juntes, de la Guinée, du Mali, et du Burkina Faso depuis le samedi 4 juin dernier à Accra (au Ghana), mais les chefs d’État de la Cédéao ont demandé aux juntes de faire des avancées d’ici le prochain sommet prévu dans un mois du 3 juillet. Le préside la commission de cette institution Jean-Claude Kassi Brou explique à quelles conditions le Mali pourra voir alléger les sanctions et à quelles conditions le Burkina Faso pourra y échapper.

 Rien n’a filtré de cette rencontre, alors peut-on parler d’un sommet ?

Non, pas du tout, ce n’est pas du tout un sommet pour rien. Je commence d’abord par le Burkina Faso. Vous savez que le 25 mars 2022, il y a eu un sommet extraordinaire qui avait examiné la situation du Burkina et qui avait estimé que le chronogramme de la transition, de 36 mois, décidé initialement, n’était pas acceptable. Il avait donc décidé de sanctions économiques et financières qui devaient prendre effet le 25 avril s’il n’y avait pas de progrès. Les autorités ont alors indiqué à la Cédéao qu’elles souhaitaient avoir une mission d’évaluation pour voir la situation du pays, en matière humanitaire et sécuritaire.

Cette mission a eu lieu et ce rapport a été présenté au sommet. Cette initiative a fait que les sanctions n’ont pas été appliquées et, aujourd’hui, le sommet a pu réexaminer la situation et a pris note des avancées faites dans le domaine de la sécurité. Les progrès en termes de sécurité dans certaines localités ont permis le retour de certains déplacés mais, tout de même, on note que la situation sécuritaire reste encore très difficile. Le sommet a donc demandé que les efforts se poursuivent et que la situation du Burkina soit réexaminée le 3 juillet.

Ne pensez-vous pas que trois(3) ans, c’est un peu trop ?

Oui, c’est trop ! Le sommet a dit clairement que ce n’était pas acceptable, qu’il fallait revoir le calendrier, en avoir un beaucoup plus acceptable.

On parle d’une médiation éventuelle de l’ancien président du Niger, Mahamadou Issoufou. Qu’en est-il ?

Oui, ça a été également une décision du sommet. Je crois que cela avait déjà été évoqué, il y a trois mois, et le sommet a désigné le président Mahamadou Issoufou pour prendre la tête de la médiation, pour faciliter le retour à l’ordre constitutionnel.

De retour de Bamako, le médiateur nigérian Goodluck Jonathan vous a remis un schéma de sortie de crise sur le Mali. Pouvez-vous nous en dire plus sur le contenu ?  

Il y a eu effectivement une visite du médiateur qui a fait son rapport. Vous savez que la Cédéao avait indiqué qu’une transition de 12 à 16 mois était suffisante mais les autorités maliennes avaient estimé qu’elles avaient besoin de 24 mois.

On avait déjà fait un gros effort de rapprochement parce que, si vous vous rappelez, on était parti de pratiquement 5 ans au départ et 12 mois, donc malgré les progrès, on n’y était pas encore. Le sommet a demandé au médiateur d’essayer de finaliser les discussions pour permettre une levée progressive des sanctions.

Est-ce par la suite, le médiateur retournera-t-il  à Bamako pour voir si un compromis est possible entre vingt-quatre (24) et seize(16) mois, avant la date du  3 juillet ?

Il y a eu des progrès, je pense qu’il y a eu des avancées, mais une fois qu’on aura l’accord complet, il y aura la levée des sanctions. Il y aura un mécanisme de suivi qui va être mis en place pour aider nos frères maliens dans la gestion de ce processus de transition jusqu’aux prochaines élections.

Le report de toutes ces décisions à cette date n’est-il pas aussi dû au fait que les chefs d’État ne sont pas d’accord sur certains points ?

Nous avons douze (12) pays, puisque (3) sont suspendus qui ne participent pas. Il y a beaucoup d’échanges, beaucoup de points de vue mais au niveau de la Cédéao, on a un principe : c’est le consensus.

Lors de cette rencontre du samedi, le Niger et la Gambie sont restés sur une position de fermeté à l’égard des autorités maliennes, alors que le Togo a montré une très grande indulgence. Comment concilier les points de vue aussi opposés ?

Toutes les décisions de la Cédéao reposent sur le consensus. Nous ne disons jamais – et d’ailleurs, vous n’allez jamais voir cela dans nos rapports des sommets – quelle a été la position de chaque pays. Non, jamais. D’ailleurs, lors d’une réunion, vous pouvez avoir un pays qui prend une position et, après les échanges, qui module sa position et après un troisième tour, se rapproche … On ne regarde jamais la position d’un pays. On regarde les arguments avancés, l’analyse qui est faite puis, les chefs d’État. C’est par consensus que les chefs d’État arrivent à prendre des décisions et c’est ce qui fait la force de notre communauté. C’est vraiment très rarement que vous allez voir des votes. Ça renforce la solidarité et l’esprit de communauté.

Source: rfi.fr

N.B: Le titre est de la rédaction afriquematin.net

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.