Situation socio-politique/Le GP-PAIX  monte au créneau

À l’occasion de la perte cruelle du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, le 8 juillet 2020, toute la Côte d’Ivoire dans sa diversité s’est mobilisée pour lui rendre un hommage à la dimension du grand serviteur de l’État qu’il a été. Le GP-PAIX a pris part à ces obsèques depuis la date de l’annonce de son décès jusqu’à son enterrement à Korhogo dans sa ville natale.

Pour le remplacer, le chef de l’État, SEM. Alassane Ouattara a dû observer pour trouver la personnalité qui remplit les qualités d’homme d’État qu’était l’ex-Premier ministre.

C’est dans l’attente de la nomination de cette personnalité à même de poursuivre l’œuvre de construction que la Côte d’Ivoire apprend, par un communiqué de la présidence de la République, la nomination, le 30 juillet 2020, de monsieur Hamed Bakayoko, ministre d’État, ministre de la défense en qualité de Premier ministre.

Si ces faits, sont de nature à rétablir la confiance des Ivoiriens et leur quiétude quelque peu perturbée due au vide institutionnel qui semblait s’installer à la tête de l’État, ce n’est pas le cas des agissements de l’opposition radicale.

Cette dernière, dans ses contestations abusives pour faire adopter l’arrêt de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples concernant la réforme de la commission électorale indépendante (CEI), s’est crue obligée de proférer des mensonges sur le représentant du GP-PAIX au sein de la commission centrale de la CEI.

En effet, le Premier ministre AFFI N’Guessan, président d’une branche du FPI, dans des propos discourtois, tenu le 20 juillet 2020 sur la chaîne Afrique média, à l’encontre du représentant du GP-PAIX à la CEI, la ministre Henriette Lagou, conteste sa présence et réclame son remplacement dans la commission au motif qu’elle serait RHDP. Suivi en cela par le PDCI d’Henri Konan Bédié qui poursuit dans la même rengaine.

Ces agissements grotesque, malheureux et malencontreux à l’égard du groupement des partenaires politiques pour la paix (GP-PAIX) et de sa représentante doivent être dénoncés pour que la sagesse habite toute la classe politique.

NOTRE OBSERVATION

Le GP-PAIX,  groupement politique de l’opposition, qui fait de la promotion de la paix son cheval de bataille constate que la Côte d’Ivoire sait se retrouver et se mobiliser devant les grandes douleurs.

Le GP-PAIX observe également que la société politique ivoirienne dans son ensemble (gouvernement, parti au pouvoir, opposition et société civile) a participé de bout en bout aux obsèques et à l’hommage national rendu au Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

Le GP-PAIX constate que la Côte d’Ivoire a un nouveau Premier ministre avec un gouvernement qui n’a jamais rechigné à la tâche quoique malheureux d’avoir perdu son charismatique chef.

Le GP-PAIX constate que, par la nomination de monsieur Hamed Bakayoko en qualité de Premier ministre, le chef de l’État  a choisi l’option de la continuité dans le changement.

Le GP-PAIX observe que l’opposition radicale, au lieu de saluer ces gestes d’avancement qui remettent en place l’organisation institutionnelle du pays pour le plus grand bonheur de son peuple, préfère faire du dilatoire en s’attaquant à l’opposition constructive.

Le GP-PAIX constate que, par les prises de parole de monsieur AFFI N’Guéssan, soutenu par une opposition revancharde conduite par le PDCI, il y a une mauvaise fois manifeste et de l’ignorance qu’il convient de corriger.

NOTRE POSITION

– Le GP-PAIX, groupement politique de l’opposition, salut encore une fois, la mémoire du Premier ministre disparu et présente ses sincères condoléances au chef de l’État encore dans le recueillement.

– Le GP-PAIX loue la volonté de rassemblement du peuple de Côte d’Ivoire, manifestée par la grande mobilisation qui s’est produite lors des Adieux au Premier ministre Amadou Gon.

– Le GP-PAIX accueille favorablement la nomination du ministre d’État Hamed Bakayoko en qualité de Premier ministre de la République de Côte d’Ivoire et remercie le chef de l’État, SEM. Alassane Ouattara, d’avoir rétabli l’ordre institutionnel.

– Le GP-PAIX, félicite le nouveau Premier ministre, l’encourage à poursuivre le développement de la Côte d’Ivoire entamé par son successeur, sous la houlette du président Ouattara et à continuer le dialogue avec l’opposition et la société civile afin de resserrer la cohésion nationale et rassurer les Ivoiriens.

– Le GP-PAIX rappelle qu’il n’est pas membre du RHDP. Le groupement des partenaires politiques pour la paix est un groupement autonome composé de 19 partis membres. Groupement d’obédience centriste, il a pour vocation, la promotion de la paix et la mise en valeur d’une classe politique de nouveaux dirigeants.

– Le GP-PAIX indique qu’il a obtenu, à la suite des discussions entamées le 21 janvier 2019 et achevées le 17 février 2020, entre le gouvernement et l’opposition, le siège de sa représentation à la CEI, au titre de 3 groupements politiques que sont : le GP-PAIX, le Renouveau démocratique et l’AID/UMPP.

– Le GP-PAIX souligne que madame la ministre Henriette Lagou est la personnalité qui représente ces trois (3) groupements à la CEI et que sa révocation qui n’est pas à l’ordre du jour ne relève pas d’AFFI N’guessan encore moins du PDCI d’Henri Konan Bédié.

– Le GP-PAIX appelle au sens de responsabilité de chacun des acteurs et les invite à éviter de semer la confusion dans l’esprit des Ivoiriens en tenant des propos sans fondement qui tendent à saper la cohésion nationale et qui font courir des risques de friction qu’il faut dénoncer et décrier afin que leurs auteurs sachent, dorénavant, raison garder.

– Le GP-PAIX demande aux Ivoiriens de faire confiance aux présidents membres du groupement et les invite encore au calme, à la sérénité et à la vigilance afin de donner à la Côte d’Ivoire toutes ses chances de vivre dans la paix et la stabilité.

Que la Côte d’Ivoire demeure bénie !

 Fait à Abidjan le 03 août 2020

Ont signé, les 19 partis politiques membres du GP-PAIX

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook