Russie/Vladimir Poutine est-il en danger ?

Le fondateur du groupe Wagner, Evguéni Prigojine, serait en train de devenir une menace pour Vladimir Poutine. Le directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques(Iris), spécialiste de la géopolitique de la Russie estime qu’il est encore trop tôt pour le savoir. 

Evguéni Prigojine, -, représente-t-il une menace pour le régime de Vladimir Poutine ?

Il faut savoir qu’Evguéni Prigojine est en activité depuis maintenant plusieurs années. On sait depuis 2019 qu’il évolue notamment via sa milice Wagner – sa milice privée – en Afrique notamment, mais pas uniquement, il est aussi présent sur le terrain en Ukraine depuis le début de l’invasion. Il s’avère que jusqu’à présent, il était un « homme de main » de Vladimir Poutine, qui l’utilisait selon la stratégie du déni plausible, à savoir qu’on dit qu’on ne sait pas. Vladimir Poutine avait donc une milice qui lui permettait d’influer dans différents territoires à l’échelle planétaire.

Il s’avère qu’il y a quelques semaines, il a fait son « coming out », en déclarant officiellement qu’il était à la tête de cette milice privée. Jusqu’à présent, c’était un secret de polichinelle, mais désormais, la nature de sa posture a changé. Aujourd’hui, il n’est plus possible pour Vladimir Poutine d’effectuer cette fameuse stratégie du déni plausible.

 En Russie, les milices privées sont interdites. De fait, Evguéni Prigojine existe donc contre la loi russe. Pour autant, il faut savoir que le système de Vladimir Poutine est un système vertical. Toutes les milices, qu’elles soient privées ou publiques, toutes les forces militaires et paramilitaires qui existent sont tolérées par le pouvoir, sinon encouragées.

Le président russe Vladimir Poutine et le patron du groupe wagner Evguéni Prigojine.

Wagner était vivement encouragée, car elle permettait à Vladimir Poutine d’étendre son influence au Mali, en Centrafrique ou encore d’avoir du renfort à l’est de l’Ukraine, alors que l’armée en difficulté. Le problème est maintenant de savoir si Wagner ne serait pas en train de devenir plus forte que ce qu’espérait Vladimir Poutine, si celui-ci ne perd pas la main sur lui.

Évidemment, la problématique est très complexe qu’aujourd’hui, personne n’est dans les arcanes du Kremlin. Personne ne sait exactement ce qui se dit. Tout ce qu’on sait, c’est que Vladimir Poutine rassemble ses forces au maximum et qu’il l’a appelé  à faire revenir ses troupes de Centrafrique, du Mali, pour pouvoir avoir une force de frappe plus importante en Ukraine. Il en va de même notamment pour la milice de Ramzan Kadyrov en Tchétchénie.

Car Wagner n’est pas la seule entité militaire parallèle aux forces armées classiques en Russie. Et pour le moment, on a vu le patron du groupe wagner et Ramzan Kadyrov élevé la voix contre l’opération militaire spéciale. Néanmoins, ces prises de position n’étaient jamais destinées à critiquer frontalement Vladimir Poutine, mais les corps intermédiaires, à savoir les généraux qui, d’un point de vue stratégique, militaire, ne seraient pas au niveau. On peut aussi percevoir ces prises de position comme une façon de faire zone tampon entre Vladimir Poutine et l’armée qui est en difficulté sur le terrain.

Le risque, c’est que les militaires fuient où se rebellent. Ces prises de position peuvent aussi être interprétées comme une manière de rassurer la population russe, en montrant que les autorités sont conscientes des difficultés de l’armée sur le terrain et que des positions sont en train d’être prises pour régler ce problème.

Mais Evguéni Prigogine n’hésite plus à critiquer la manière de gérer « cette invasion spéciale » de la part du Kremlin. On sait que les renseignements américains ont fait état dans un rapport – qui a été remis au président Joe Biden d’une personne très proche de Vladimir Poutine qui n’avait pas hésité à le critiquer.

Le chercheur que je suis ne peut pas vous répondre sur la rumeur que vous venez de décrire. Oui, peut-être que Vladimir Poutine est en difficulté au niveau interne, mais pour le moment, il n’y a pas de source fiable qui permettent de le savoir exactement. Tout ce que je peux vous dire par rapport aux déclarations qui ont été faites publiquement jusqu’à présent, c’est que pour le moment, personne n’a osé hausser le ton contre Vladimir Poutine.

 Directement en tout cas. Personne officiellement n’a fragilisé de façon volontaire le Kremlin publiquement. Peut-être que dans quelques semaines ou quelques mois, on aura plus d’informations sur le sujet et on verra qu’effectivement, ça bougeait beaucoup en interne et que Vladimir Poutine était en grande difficulté. Mais pour le moment, je n’ai pas l’impression que des hommes comme Evguéni Prigojine soit en train de le lâcher.

L’armée russe subit des défaites sur les différents fronts et on a l’impression que finalement, c’est le groupe Wagner qui permet à Moscou de tenir plus ou moins ses positions. Ce groupe – est-il aujourd’hui le seul à même de résister aux contre-offensives ukrainiennes ?

Non, le groupe Wagner ne peut pas, seul, résister aux assauts ukrainiens. En revanche, ce groupe-, avec le concours des forces tchétchènes de Ramzan Kadyrov, de l’armée russe et des récents conscrits – 300 000 hommes ont été appelés pour cette mobilisation partielle, mais certains rapports évoquent le chiffre de 500 000 hommes –, pourrait permettre à l’armée russe de reprendre le dessus.

Il faut néanmoins souligner que la difficulté de Vladimir Poutine ne se pose pas seulement en termes d’homme sur le terrain, mais aussi en termes d’armement et de difficultés à s’approvisionner en armes de façon importante, moderne et régulière. Le fait que depuis quelques semaines, Vladimir Poutine utilise massivement des drones achetés à l’Iran montre bien la difficulté à trouver des alliés d’un point de vue militaire. Si en tant qu’autorité vous en êtes réduit à demander de l’aide à l’Iran et à la Corée du Nord, c’est vous êtes en effet relativement isolé.

Selon vous, Evguéni Prigojine a-t-il des ambitions particulières, notamment en Ukraine ? Est-il sur une ligne encore plus dure que Vladimir Poutine ?

Si l’on se fie par exemple au film qu’il a pu financer ces dernières années dans lesquelles il mettait en scène de grands narratifs guerriers de la Russie contemporaine, on peut en effet imaginer qu’il serait sur une ligne plus dure que Vladimir Poutine si jamais ne il devait avoir plus de pouvoir. Il faut cependant toujours garder en tête que si jusqu’à présent, on imaginait Evguéni Prigojine plus à droite que Vladimir Poutine, les prises de décisions de ce dernier depuis le 24 février révèlent une forme d’ultradroitisation.

Aujourd’hui, on en est à débattre pour savoir si oui ou non Vladimir Poutine va aller plus loin sur le terrain que les quatre régions qu’il a déjà annexées. C’est déjà en soi une donnée énorme, dans le sens où l’on est sur quelque chose qui était difficilement imaginable il y a encore quelques mois.

En ce sens, Vladimir Poutine a déjà cédé aux sirènes de l’extrême droite en Russie. Bien entendu, on peut toujours imaginer quelqu’un de plus à droite que lui puisse arriver au pouvoir. Souvent, quand on imagine la chute de Vladimir Poutine, on imagine derrière un apaisement. Mais il faut se dire que la situation pourrait empirer si un militaire comme Evguéni Prigojine ou Ramzan Kadyrov prenait sa place.

Qu’entendez-vous par « prendre sa place » ? Un coup d’État ?

Non, c’est bien trop tôt pour le dire. Pour le moment, on est dans une période très chaude avec beaucoup d’informations contradictoires qui vont et viennent. Bien malin celui qui sait ce qui se passe vraiment actuellement au Kremlin, quelles sont les intrigues.

On peut en revanche tout à fait dire que Vladimir Poutine est fragilisé car son opération militaire spéciale ne se déroule pas comme il le souhaitait. On sait qu’il voulait une opération éclair, qu’il voulait que Kiev soit prise en quelques jours et qu’il y ait une alternance au sommet du régime ukrainien. Néanmoins, on ne peut pas aller plus dans l’analyse actuellement puisque, je le répète, personne actuellement ne sait ce qu’il se trame réellement au sein du Kremlin.

Source : rfi.fr