Prix Nobel de la paix : Voici les raisons qui militent en faveur de Vladimir Poutine.

Par Christ Zorro, Afriquematin.net

Avec la signature, ce 17 septembre 2018, de l’accord Russo-turc, qui crée une « zone démilitarisée » à Idleb, chef lieu du gouvernorat qui porte le même nom, le président russe, Vladimir Poutine prend une longueur d’avance sur les prétendants au prix Nobel de la Paix.

Dernier lieu de retranchement de la rébellion armée qui, dès le 15 mars 2011, avait mis à prix la tête de Bachar Al Assad, la ville d’Idleb a concentré ces dernières semaines l’attention de la communauté internationale à cause de l’imminence de son invasion par le régime syrien et ses principaux alliés. L’accord conclu in extrémis ce lundi 17 septembre 2018 par Recep Tayiq Erdogan, le président turc et son homologue russe, Vladimir Poutine, écarte définitivement  le drame qui guettait les populations de cette enclave syrienne.

Par ce geste, l’homme fort de Moscou vient de damer le pion  aux chefs d’Etats va t-en  guerre qui font fi des souffrances que vivent au quotidien les populations prises au pièges des  conflits armés. Ce n’est pas la première fois que le président Russe joue la carte de la diplomatie dans une situation critique. En novembre 2015 après la destruction du bombardier russe (Sukhoî Su-24) par l’aviation turque, le président russe avait mis sous l’éteignoir la volonté de ses concitoyens qui lui enjoignaient de  donner une leçon mémorable à la Turquie  Malgré les faits établissant la responsabilité de la flotte turque dans cet incident, Vladimir Poutine a plutôt décrispé l’atmosphère diplomatique en rangeant ce drame sous le couvert d’un incident diplomatique. Ce jour 18 septembre 2018, il a récidivé  en qualifiant de  « circonstances accidentelles tragique »  l’avion russe abattu dans le ciel syrien.  Comme quoi, on peut être doté d’une force de frappe à la hauteur de celle que possède la Russie et s’astreindre à  dégainer au premier coup.

LIRE AUSSI :   Les victimes de Lion Air veulent un même procès avec le crash d'Ethiopian Airlines