Prix d’achat bord champs du binôme café-cacao/Les planteurs montent au créneau

Des dirigeants du Syndicat national agricole pour le progrès en Côte d’Ivoire (SYNAPCI) et de l’Association nationale des producteurs de café-cacao de Côte d’Ivoire (ANAPROCI) ont initié une rencontre avec les délégués des producteurs de café-cacao, le  jeudi 27 octobre 2022, dans l’enceinte du centre culturel de Daloa pour « échanger » sur les moyens d’améliorer les revenus des producteurs, quelques semaines après la fixation des prix d’achat bord champ de leurs produits. .

Au cours de cette réunion, des délégués des producteurs de café-cacao ont plaidé auprès des responsables de leurs associations pour la mise en place d’une organisation interprofessionnelle. Environ 2000 délégués issus des 23 régions de production de café et de cacao.

Dans une résolution adressée aux présidents du Syndicat national agricole pour le progrès en Côte d’Ivoire (SYNAPCI), Moussa Koné et de l’Association nationale des producteurs de café-cacao de Côte d’Ivoire (ANAPROCI), Kanga Koffi, les délégués ont déclaré : « Les producteurs membres du SYNAPCI et de l’ANAPROCI donnent mandat à leurs dirigeants pour mener les démarches auprès des principaux acteurs de la filière en vue de la mise en place d’un cadre formel de concertation devant aboutir au démarrage effectif du processus de création de l’organisation interprofessionnelle ».

Quant aux présidents du SYNAPCI, Moussa Koné et de l’ANAPROCI), Kanga Koffi, ils ont rassuré, qu’ils veilleront au respect des prix d’achat bord champs du café et du cacao au cours de cette campagne. Une série d’actions pour le respect des prix officiels ont été répertoriées aux 2000 délégués de producteurs de café et de cacao membres de la plateforme SYNAPCI-ANAPROCI.

Les deux responsables syndicaux ont annoncé qu’ils envisagent, entres autres, de susciter la création de comités de veille dans « chaque » village où se produit du café ou du cacao afin que les producteurs puissent y recourir en cas de besoin. Ils ont également rassuré les délégués et, à travers eux, leurs mandants soient répartis dans les 23 régions de production, qu’ils veilleront à ce que des camions chargés des produits ne soient pas bloqués au port à attendre d’être déchargé.

Dans une résolution qui a sanctionnée la rencontre qui était la première entre l’ensembles des producteurs après l’annonce des prix, les délégués ont exprimé leurs « vives préoccupations » face à ces allégations et invité le conseil du café cacao à les examiner avec  efficacité.

Faut-il rappeler, la création d’une organisation interprofessionnelle pour le binôme café-cacao a été l’une des principales doléances que ces producteurs ont adressé au gouvernement lors de l’hommage qu’ils ont rendu au président de la république, Alassane Ouattara.