Port-Bouët -Conflit foncier/Les populations de Mafiblé 2 s’en remettent au Chef de l’Etat

Par Iris Fabiola Yaëlle/afriquematin.net

Le chef du village de Mafiblé 2 Ali Mahouli, a animé une conférence de presse le jeudi 30 dernier à son domicile dans ledit village. Cette rencontre avec les médias avait pour but de clarifier un certain nombre de point sur le conflit foncier qui l’oppose aux chefs des villages Atchan.

Situé dans la commune de Port-Bouët les populations du village de Mafiblé 2, sont confrontées depuis quelques années à un problème de foncier. Selon Ali Mahouli qui en est le premier responsable face à l’administration, ce problème est survenu à la suite du partage de son territoire par des chefs issus de cinq villages Atchan composés de Brêbo, Akouê Agban, Anan, Abouabou et Petit Bassam.

 « Notre village existe depuis les années 1800, nous sommes inscrits dans le répertoire des villages de Côte d’Ivoire depuis 1955-nous avons notre territoire qui est limité au nord par la Lagune Ebrié, au sud par le littoral, à l’Est par Vitré 1 et Vitré 2 et à l’Ouest par Abouabou et Gonzagueville », soutient-il.

 Il souligne en effet que c’est en 2005 que les chefs des communautés des villages Atchan se sont réunis pour se partager leur territoire et comme motif avancé, cette parcelle serait une forêt classée. « Effectivement, cette partie qui s’étend sur 4500 ha a été classée en 1933 et déclassée en 1955 », reconnait-il,

Malheureusement, lors de ce vaste mouvement du partage, les populations de Mafiblé ont été royalement ignorés , car « une partie appelée Djibo Kamon, qui fait partie de Mafiblé est restée »,  précisant par ailleurs que « Djibo Kamon étant le littoral et qui fait 546 ha a été partagé par cette même communauté Ebrié, aussi de négociations en négociations, nous n’avions pas trouvé un terrain d’entente », regrette Ali Mahouli.

Aussi, animé par un esprit de paix et de sagesse, malgré les désagréments subis par les membres vivants sur son territoire, Ali Mahouli appelle toutes les parties au calme et à la négociation. « Nous allons faire des propositions pour qu’ensemble nous nous trouvons le juste milieu », estime-t-il.

Aussi, voudrait-il se tourner vers les autorités étatiques notamment le chef de l’Etat afin qu’il solution définitive soit trouvée pour le bonheur de chaque partie.

 Faut-il rappeler qu’au mois d’Avril 2013 cette même population de Mafiblé 2, a vécu un véritable enfer, lors des échauffourées les opposant à des Ebrié auquel se sont mêlés des éléments des forces de l’ordre enregistrant de nombreuses victimes.