Poésie tropicale/Diamant noir

Les guirlandes à la chevelure,

Ces diamants devenaient purs,

Les frémissements s’emparent

Des contrées dont se parent

Des adeptes devenus locaux,

En eux, le bonheur fait écho,

Procurant aux hommes

La richesse des normes,

Proche du baume du cœur,

Loin des scènes qui écœurent.

 

Une plume de

   Roméo Ouébléou

             &

     Une toile de

    Khassal Zohra