Pdci-Rda/Le parti a-t-il encore de la représentativité dans certaines régions du pays

Par Haidmond Kaunan/ afriquematin.net

 Le Pdci-Rda a vraiment du pain sur la planche, et pour cause, cette formation politique  vient de perdre d’importants bastions ces dix dernières années. Outre les régions septentrionales du pays et l’Ouest c’est à dire celle du Tonkpi qui est devenue depuis plus d’une décennie la chasse gardée du Rdr et de l’Udpci, le vieux parti est en train de perdre du terrain, équivalent d’une mort silencieuse du parti d’Henri Konan Bédié.  Entre autres,  le département de Tabou, le seul à n’avoir pas donné la victoire au Pdci au premier tour des élections présidentielles de 2010, dans le district du Bas Sassandra. A cela s’ajoutent maintenant San Pedro, dont la délégation vient d’être poignardée par le délégué communal  Anoblé Félix, Agboville, Tiassalé, Divo, Bouaké. Nous observons qu’on ne parle presque plus de Pdci dans l’extrême  sud- ouest du pays, parce que le peuple ne veut pas du délégué Balou Barou Dénis, comme militant Pdci. Elu Maire Pdci d’alors, ses parents kroumen l’avaient séquestré, humilié et affaibli pendant la crise. Au point qu’il n’a plus été candidat à sa propre succession à la tête de cette commune depuis les dernières élections. Certaines régions comme Abengourou, Bondoukou, Aboisso sont difficiles  à perdre( !).  Cependant les  délégations départementales  de San Pedro et Tabou sont vraiment à reconquérir d’urgence. Et nous espérons  que les hautes autorités en ont conscience, sinon il ne serait pas injurieux de dire qu’il y a des délégations départementales vivantes jusqu’en 2010 qui n’existent aujourd’hui que de nom. Et la plupart du temps, ne surgissent que  des problèmes de personnes ou une haine gratuite, auréolés de vilains sentiments  contre un individu qui sont à l’origine de la mort du Pdci-Rda dans ces départements. Alors, peut-on se poser la question : le parti a-t-il encore du de la représentativité dans certaines régions du pays ?

LIRE AUSSI :   Après des actes de violences dans la ville : Les élèves de Diabo scellent la réconciliation par un match de football