Pandora Papers/ Patrick Achi mis en cause pour évasion fiscale

Par Demoyé Kouassi, Afriquematin.net

Après le dossier du ministre de la réconciliation nationale Kouadio Konan Bertin dit KKB qui continue de faire le chou gras des medias, un autre dossier brulant vient de secouer encore le gouvernement Patrick Achi.

Le Consortium international des journalistes d’investigation vient de publier une nouvelle enquête qui révèle l’existence de plus de 29.000 sociétés offshore à travers le monde. Des dirigeants politiques et célébrités sont mis en cause, dont Patrick Achi, Premier ministre ivoirien, qui « contrôlait une société aux Bahamas depuis au moins 2006 ».

« Pandora Papers ». C’est le nom d’une enquête réalisée par 600 journalistes d’investigation provenant de 100 pays. Cette nouvelle enquête fait suite aux « Panama Papers », qui avaient provoqué une onde de choc en 2016. Publiée le dimanche 3 octobre 2021, cette enquête s’appuie sur 11,9 millions de documents provenant de 14 sociétés de services financiers, et a mis au jour plus de 29 000 sociétés offshores.

Le Premier ministre Patrick Achi mis en cause

Selon les documents des « Pandora Papers », les noms de plusieurs dizaines de dirigeants à travers le monde, dont le Premier ministre Patrick Achi, l’homme de confiance du Président Alassane Ouattara ont dissimulé des avoirs dans des sociétés offshore, notamment à des fins d’évasion fiscale. Présenté comme étant propriétaire d’une société offshore. « Le Premier ministre Patrick Achi contrôlait une société aux Bahamas jusqu’à au moins 2006 », révèle le journal Le Monde.

L’actuel chef du gouvernement ivoirien, alors conseiller du ministre ivoirien de l’Énergie en 1998, est devenu propriétaire d’une société du nom de Allstar Consultancy Services Ltd, basée aux Bahamas.

Il faut noter que ces documents n’indiquent pas l’objet de l’entreprise et ne font état d’aucun actif. De même, le nom de Jérôme Patrick Achi n’était pas enregistré sur les documents officiels, car agissant par le biais d’un accord de fiducie, masquant ainsi sa propriété.

« En 2006, il aurait transféré la gestion de la société au bureau des Bahamas au cabinet d’avocats Alemán, Cordero, Galindo & Lee (Alcogal). La même année, Alcogal serait devenu l’agent enregistré d’Allstar Consultancy Services Ltd », indique notre source.

Patrick Achi Jérôme est-il réellement trempé dans cette affaire incongrue ?

En tout cas, le concerné lui-même, ses conseillers, assistants et la Présidence n’ont pas apporté un démenti avant la publication de cette enquête.

A l’instar du premier ministre, quatre autres personnalités politiques ivoiriennes ont été citées par les enquêteurs, mais leurs identités n’ont pour l’instant pas été révélées. Toutefois les Présidents Ali Bongo du Gabon, Denis Sassou-Nguesso de la République du Congo ou encore Uhuru Kenyatta du Kenya figurent sur cette liste noire qui n’est certainement pas exhaustive.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.