Pakistan/Le sort réservé à une chrétienne entre les mains de la Cour suprême

L’histoire avait eu un retentissement international. La Cour suprême pakistanaise étudie ce mardi le cas de la  chrétienne d’Asia Bibi,  impliquée dans une affaire de blasphème. Cette mère de cinq enfants, condamnée à mort en 2010, avait été lavée des accusations de blasphème, en appel le 31 octobre dernier 2018 dernier, après huit années d’attente dans la prison de Multan, dans le centre du pays.

Les faits qui lui sont reprochés remontent à 2009. Asia Bibi était alors une ouvrière agricole de 38 ans. En buvant l’eau du puits du petit village d’Ittan Waki, au Pendjab, elle s’est attirée les foudres de voisines musulmanes. Elles l’accusent d’avoir rendu impur ce point d’eau normalement réservé aux musulmans, et d’avoir insulté le prophète Mahomet en tentant de se justifier. L’affaire avait défrayé la chronique dans ce pays où l’islam est religion d’État et le blasphème, un sujet extrêmement sensible.

À sa libération le 8 novembre dernier 2018 dernier, des milliers d’islamistes avaient manifesté pour exiger sa pendaison. Dans les jours qui ont suivi, son avocat   s’était enfui aux Pays-Bas, affirmant que sa vie était en danger.  Rappelons qu’Asia Bibi est menacée de mort depuis sa libération au mois d’octobre 2018 et elle vit toujours cloitrée dans une résidence surveillée. Si la plus haute instance judiciaire du pays invalide cette procédure, plus rien ne l’empêchera  de quitter le pays.

Source : lefigaro.fr

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook