Paiement des Impôts en ligne/Le directeur général Ouattara Sié Abou monte au créneau

Par Yann Dominique N’guessan/afriquematin.net

La direction générale des Impôts était, le jeudi dernier, face aux conseillers du commerce extérieur de la France.

Le directeur général des Impôts Ouattara Sié Abou, a animé un panel sur le thème : « la digitalisation des procédures et les prix de transfert en Côte d’Ivoire ». À cette occasion, le premier responsable de l’administration fiscale a interpellé plus d’un millier de contribuables qui sont éligibles à la déclaration en ligne. « À partir du 15 octobre prochain, il ne sera plus possible de payer les impôts en ligne pour les contribuables qui sont éligibles au paiement de la déclaration en ligne. Tous les contribuables qui ne feront pas leur paiement en ligne seront verrouillés, même si ce sont des milliards, ils iront payer en ligne, c’est bon pour leur sécurité et la sécurité des recettes », a-t-il prévenu.

Poursuivant, il a souligné que les campagnes de sensibilisation sont menées pour emmener les contribuables à effectuer leur paiement en ligne. En dépit de ces efforts, « ces derniers continuent de fréquenter les guichets, en ignorant les différentes procédures », a-t-il regretté.

En outre, il a fait remarquer que 2020 a été l’année de la mise en œuvre de toutes ces réformes, « les sanctions auraient dues commencer cette année, mais seuls 40% de la proportion des contribuables en région paient leurs impôts en ligne », a déploré Ouattara Sié Abou.

Concernant le processus de digitalisation, le directeur général des Impôts a précisé que l’administration fiscale s’est inscrite dans une dynamique de la politique du gouvernement qui vise à moderniser l’administration ivoirienne, à travers la gouvernance électronique. Et ce, pour atteindre les objectifs qu’elle s’est fixée, dans la mise en place du processus de digitalisation.

Parlant des perspectives de l’administration fiscale ivoirienne en matière de prix de transfert, le directeur général des Impôts a rappelé que la Côte d’Ivoire est inscrite dans le chantier du BEPS, et participe aux travaux du Cadre inclusif de l’OCDE.

Des réflexions ont été également menées en vue de mettre en place une solution pour adresser les risques fiscaux posés par l’économie numérique. Il s’agit entre autres : « de renforcer le recours au renseignement international pour cibler le contrôle en vue d’améliorer sa qualité et d’étendre le réseau conventionnel ivoirien de non double imposition, de renforcer le dispositif légal en l’alignant progressivement sur les normes internationales, d’introduire la possibilité d’accord préalable sur les prix de transferts », a-t-il indiqué.

En présence du président mondial du Conseil des conseillers du commerce extérieur de la France, Alain Bentejac, Ouattara Sié Abou a développé plusieurs points, notamment les évolutions récentes en matière de digitalisation, le contenu de la digitalisation, la mise en œuvre de solutions numériques, les prix de transfert, les perspectives de l’administration fiscale ivoirienne en matière de prix de transfert.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.