Ouagadougou : L’échangeur du Nord officiellement ouvert à la circulation

C’est sous le patronage du président du Faso, que le ministère des Infrastructures a officiellement ouvert à la circulation, ce jeudi 15 novembre 2018, l’échangeur du Nord, dans le quartier Tampouy de Ouagadougou. Situé à l’intersection des routes nationales N°2 (Ouagadougou-Ouahigouya) et N°22 (Ouagadougou-Kongoussi), de la voie ferrée et à l’interface de deux barrages urbains, l’échangeur, le plus grand des quatre que compte la capitale, totalise 22 km de voiries, quatorze ouvrages d’art, 12 000 m2 de mur de soutènement en terre armée et un canal de dérivation de 600 mètres.

L’ambiance était à la fête au quartier Tampouy, en cette matinée de jeudi. Et pour cause, l’inauguration du plus grand échangeur de la capitale. Joie au regard de l’aspect esthétique qu’il offre à cette partie de la capitale, mais également et surtout pour la fluidité qu’elle va offrir aux usagers. Quitter le centre-ville pour cette partie de Ouagadougou, ou vice-versa, était un vrai calvaire.

La réalisation de cette infrastructure fluidifie donc le trafic, améliore et sécurise la mobilité des personnes et des biens dans la ville de Ouagadougou. « L’échangeur du Nord va permettre particulièrement de désengorger l’un des nœuds routiers les plus encombrés de la ville. Aussi, il participera au bouclage du futur boulevard de contournement de la ville de Ouagadougou », met en exergue le ministère des Infrastructures.

« Fin de calvaire ! », s’est exclamé ce citoyen. Un sentiment partagé par ces riverains, à l’image d’Ousmane Ballo, pour qui cette inauguration montre également que « malgré le contexte difficile, le Burkina poursuit la marche pour son développement ». Ils sont donc nombreux, les usagers qui se réjouissent de reléguer au rang des mauvais souvenir, ce calvaire auquel ils étaient soumis dans cette partie de la capitale.

LIRE AUSSI :   Abengourou : 106 diplômés du Centre de Formation Professionnelle sur le marché de l’emploi

A ce sujet, le ministère des Infrastructures, dans un bref aperçu historique, rappelle que cet engorgement est justifié en grande partie par le fait qu’après les inondations que la capitale a connues en septembre 2009, une bonne partie de la population a été déplacée vers la partie nord de la ville. Cet échangeur permet également d’améliorer la circulation par l’aménagement partiel du boulevard circulaire et de la voie principale d’accès au nouvel aéroport à Donsin.

Selon le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma, l’échangeur du Nord, dont les travaux ont duré 35 mois, s’inscrit dans la vision du président du Faso de doter la capitale et les autres villes du pays, d’infrastructures routières de qualité pour assurer un développement économique harmonieux.

Occasion pour lui d’annoncer le lancement prochain des travaux de construction d’un pont sur barrage numéro 2 à Ouagadougou, dans la même dynamique de facilitation du transport dans la capitale, ainsi que la construction et la réhabilitation de grandes routes dans plusieurs arrondissements de la capitale et localités du pays.

« Aujourd’hui, nous devons nous réjouir d’avoir construit cet échangeur qui permet d’assurer la fluidité de la circulation dans la capitale. Cette infrastructure est un enjeu majeur et fait la fierté du Burkina Faso », a exprimé le président du Faso, Roch Kaboré, à l’issue de la visite de l’échangeur. Il a également affirmé que le gouvernement va pousruivre dans la même dynamique pour désengorger la plupart des grandes voies d’accès à la capitale.

Les travaux de bitumage et d’amélioration des conditions de transport vont aussi se poursuivre dans d’autres villes comme Bobo-Dioulasso, a-t-il ajouté. Il a aussi profité de cet instant pour saluer la collaboration et la compréhension des habitants des quartiers riverains qui ont subi les désagréments durant les trois années de travaux.

LIRE AUSSI :   Prétendu destitué à la tête du Mfa/Azoumana Moutayé rompt le silence

Pour rappel, c’est le vendredi 4 décembre 2015 que les travaux de cet échangeur ont été lancés par Isaac Yacouba Zida, alors Premier ministre du Burkina.

L’échangeur du Nord porte à quatre, le nombre d’infrastructures de ce genre dans la capitale burkinabè.

SOURCE:http://lefaso.net/spip.php?article86451