Noël-Dabou/Les pensionnaires de la pouponnière ont célébré leur moment de joie

Par Iris Fabiola Yaëlle/afriquematin.net

A l’occasion de la célébration de la Nativité, un arbre de Noël s’est tenu hier dimanche 27 décembre 2020 à la pouponnière de Dabou. Ces enfants et adultes handicapés lourds, souffrant en général de troubles de la vue, de troubles psychomoteurs et d’hydrocéphalie, ont reçu des cadeaux. Ce moment de partage et de joie a été célébrée en présence  du directeur de la protection de l’enfance, Lath Alain, représentant le ministre de la Famille de la Femme et de l’Enfant.

La directrice de la pouponnière de Dabou Ouattara Korotoumou

Souffrant d’une infirmité motrice cérébrale lourde les pensionnaires de la pouponnière de ce centre ont eu droit à leur moment de réjouissance. « Nous sommes à la période de Noël, c’est la période où l’enfant est au centre de toutes les attentions et à l’instar de tous les enfants du monde ceux de la pouponnière de Dabou qui sont certes abandonnés parce que porteurs d’handicap doivent aussi vivre la magie de la Noël,  nous sommes dans la même dynamique  de la célébration de la fête de Noël et en particulier pour nos enfants qui sont porteurs d’handicap », a fait savoir la directrice du centre, Ouattara Korotoumou.

L’organisation de cette cérémonie de reconnaissance et de partage a été possible grâce à l’appui logistique de personnes de bonne volonté, notamment Touré Ouattara Pamatia, qui a offert des cadeaux afin de  contribuer à l’épanouissement de ces enfants. Pour elle, «l’histoire avec la pouponnière de Dabou a démarré de façon fortuite. Lorsque je me suis rendue dans cet établissement, j’ai découvert qu’il fallait donner de l’amour à ces enfants », a-t-elle admis.

Des guides religieux ont apporté leur bénédiction à la cérémonie

Encourageant cette initiative, le directeur de la protection de l’enfance, Lath Alain a appelé les parents à plus de responsabilité, car « chaque jour est un nouveau jour éclairé pour cette pouponnière, par conséquent, les pensionnaires qyui y vivent ne doivent pas être isolés, ni abandonnés, parce qu’ils ont droit à la vie », a-t-il soutenu, sous l’autorité spirituel du Cheik Konaté.

Créé en 1950 pour accueillir les enfants de 0 à 5ans, et contrairement aux trois (3) autres structures d’accueil, cet établissement de protection de remplacement relève du Ministère de la Famille, de la Femme et de l’Enfant.

Facebook