Mode/ Une star nigériane raconte le long voyage de sa vie

ads bas

Par Justin Kassy/afriquematin.net : source : Jemi Ekunkunkor

Diplômée en communication de masse et en d’autres formations en Gestion de la Lagos Business School, Data Okorodudu a pris langue avec l’industrie de la Mode nigériane avec la création d’une marque personnelle. Son entrée a été une bouffée d’air frais. Pour avoir apporté sa touche à la couture et la haute couture un plus qui n’avait pas trouvé l’assentiment de tous. Dans cette interview, elle évoque la vie hors des projecteurs.

Vous avez été loin des yeux du public pendant un certain temps. Pourquoi ce silence ?

Lorsque vous arrivez à certaines étapes de votre vie, pesez les choses, redéfinissez votre stratégie, réorganisez et redéfinissez les priorités, c’est aussi simple que cela. Je suis devenue veuve au sommet de ma carrière dans la mode, et en tant que matriarche de la famille, j’ai dû réorganiser les entreprises familiales qui étaient généralement gérées avec beaucoup de compétence par mon défunt mari. Ainsi, certaines autres entreprises ont dû se retirer. Les priorités ont été établies en fonction du pourcentage de contribution au portefeuille de revenu familial global.

J’ai toujours mon entreprise de mode florissante, ma passion et mon esprit créatif qui coulent, mes champions très stables et mes mécènes enthousiastes, et une nouvelle clientèle prometteuse et croissante. Cependant, d’autres grandes entreprises familiales doivent également être prises en charge, alors j’ai été follement occupé.

Votre place sur la scène de la mode ne vous a-t-elle pas manquée ?

Aux yeux de mes fashionistas de haut vol, je n’ai pas du tout perdu ma place dans l’industrie de la mode car je reste leur couturier de choix à tout moment, de toute façon. Ne pas être dans les nouvelles était très délibéré.

Alors, comment s’est passée la vie ?

La vie a été très intéressante, stimulante et très, très occupée, mais j’ai ma façon de la garder créativement excitante. Dieu Tout-Puissant a été très aimable envers moi, mes enfants et petits-enfants, et je lui donne toute la gloire.

Quel bilan faites-vous de l’industrie de la mode dans laquelle vous étiez autrefois un acteur important ?

« Aux yeux de mes fashionistas de haut vol, je n’ai pas du tout perdu ma place dans l’industrie de la mode car je reste leur couturier de choix « 

Je l’ai déjà dit et je continuerai de le dire : les Nigérians sont parmi les humains les plus à la mode et les plus créatifs de la planète Terre ! Ils continuent de produire des pièces fabuleuses et créatives face à un environnement commercial très difficile. Je souhaite et prie simplement pour qu’une telle créativité soit mieux huilée et encouragée dans un sens commercial plus strict, car beaucoup de gens dans l’industrie de la mode n’ont toujours pas l’importance croissante de l’aspect commercial de l’industrie de la mode. Nous finirons par y arriver.

De quoi êtes-vous le plus reconnaissant ?

Je suis tout d’abord reconnaissant pour l’amour de Dieu, la faveur divine et toutes ses dispositions. Et puis, pour avoir la meilleure famille et les meilleurs amis du monde entier.

Que diriez-vous de ce que la vie vous a apprise et vous a apportée ?

La vie m’a appris que si vous accordez la priorité à Dieu dans tout ce que vous faites, vous serez naturellement enclin à faire aux autres ce que vous voudriez qu’ils vous fassent. Ensuite entourez-vous de pensées positives et de personnes positives et enfin, vivez, aimez, apprenez et pendant que vous y êtes, gardez votre famille forte et unie.

En tant que nigériane, quelles sont vos réflexions sur votre pays ?

J’aime mon pays et je prie pour elle quotidiennement. Je prie pour la paix, la justice, le développement et la croissance économiques, politiques et sociaux.

Que peut-on faire pour améliorer la vie des Nigérians ?

Un changement honnête et sérieux commence par « l’homme dans le miroir ». Les dirigeants et les suiveurs ont besoin d’une refonte totale de leur état d’esprit. Ceux qui gouvernent ne continueront pas à être corrompus s’ils n’ont pas leurs complices parmi les gouvernés, qui les laissent s’en tirer et c’est dans les deux sens.

Quelles sont vos priorités maintenant ?

Travailler pour être toujours en paix et en synchronisation avec mon Créateur, Dieu Tout-Puissant, et aussi, avec moi-même, ma famille et mes amis. Maintenant, je dois écouter et prendre bien soin de mon corps, de mon âme et de mon esprit. Commencer une transmission progressive mais sûre de la gestion active des entreprises familiales aux enfants. Prévoyez de démarrer mes autres intérêts comme l’écriture, l’observation des étoiles et la visite des différentes merveilles du monde.

Lequel aimeriez-vous visiter en premier ?

J’ai visité le Colisée romain et également visité le Taj Mahal. Ma prochaine merveille du monde préférée qui me fascine vraiment sera la statue du Christ Rédempteur à Rio de Janeiro et le Machu Picchu au Pérou.

Au sommet de votre carrière, vous avez perdu votre mari et partenaire. Comment était la vie en marchant sur ce chemin ?

Après le décès de mon cher mari, je me suis rendu compte que je devais jouer le double rôle de mère et de père dans la famille. Heureusement, pour moi, ma famille a toujours été ma priorité numéro un. Donc, ce n’était pas vraiment un fardeau douloureux. Je suis totalement béni avec les meilleurs enfants, petits-enfants, parents, frères, sœurs, nièces, neveux, parents et beaux-parents dans le monde entier. Une famille forte, fiable et aimante vous garde fort et allège le fardeau. Surtout, Dieu Tout-Puissant a été miséricordieux et je lui donne toute la Gloire.

D’après votre expérience, de quel type d’aide pensez-vous que les jeunes veuves ont besoin pour les aider à bien faire face ?

« Je suis tout d’abord reconnaissant pour l’amour de Dieu, la faveur divine et toutes ses dispositions »

Vous savez que les individus sont différents et que les besoins de chacun varient considérablement. Quel que soit le cas ou la situation, si l’offrande de chaque membre de la famille part d’un véritable amour sincère, alors le reste est plus facile. Les membres de la famille qui donnent et la veuve qui reçoivent ont des choses différentes dont ils ont besoin et peuvent donner. N’oubliez pas que personne ne peut donner ce qu’il n’a pas. Amour/affection et soins affectueux authentiques, soutien financier, emplois, compétences en affaires, bourses d’études pour les enfants, soutien médical, la liste est interminable ; mais cela ne signifiera pas grand-chose si c’est fait sans amour.

Ce n’est pas obligatoire, mais cela doit provenir d’une préoccupation et d’un amour sincères et sincères. Je conseillerais à toute veuve de mettre toute sa confiance en Dieu Tout-Puissant, de rester forte et de prier, et de chercher un emploi ou une entreprise durable qui puisse payer ses factures. L’indépendance financière rend ses fardeaux et ses responsabilités beaucoup plus tolérables. Restez positivement et créativement occupé.

Et qu’attendez-vous maintenant ?

Je vous informe que j’ai fêté mes six (6) bougies récemment, alors j’ai hâte de « vivre ma vie comme si elle était en or ». Car chaque expérience de la vie -fait partie du long voyage de la vie, et nous apprenons tout d’elles.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.