Malgré la mise en garde du gouvernement : Les enseignants du primaire réclament en grève à Agboville, ce lundi

 

Tizié TO Bi, correspondant à Agboville

Trois semaines après les enseignants du secondaire, ceux du primaire public de l’Agnéby-Tiassa, à l’instar de ceux des autres régions de la Côte d’Ivoire, observent depuis ce lundi matin, un mot d’ordre de grève de 5 jours (du lundi 10 au vendredi 14 décembre).
Lancé par l’Intersyndicale de l’enseignement préscolaire et primaire de Côte d’Ivoire (Isepp-Ci), cet arrêt de travail a pour objectif de réclamer de meilleures conditions de vie et de travail. Avec en ligne de mire, la satisfaction de plusieurs revendications. Notamment, la suppression des cours du mercredi, l’organisation de concours exceptionnels de promotion dans les emplois de l’enseignement préscolaire et primaire des grades C3, B3, A3 au grade A4, la finalisation du profil de carrière de 2009; la promotion des instituteurs adjoints et des instituteurs ordinaires et la revalorisation de l’indemnité de logement.
Cette seconde grève dans le secteur éducation-formation, intervient en dépit de la sévère mise en garde du gouvernement (conseil des ministres du mercredi 28 novembre 2018) sur les grèves intempestives observées par certains fonctionnaires et agents de l’État. Alors que, ces derniers auraient signés, en août 2017, un protocole d’accord portant trêve sociale.
Notons qu’à l’instar du mot d’ordre de grève des enseignants du secondaire (les 21 et 22 novembre dernier), celui des instituteurs de Côte d’Ivoire, décidé en assemblée générale extraordinaire, le 14 novembre dernier, porte aussi le sceau de 7 organisations syndicales.

LIRE AUSSI :   Côte d’Ivoire : Les grandes manœuvres de Bedié qui ont « noyé » Ouattara.