L’occident en déclin/ Kobenan Tah Thomas (vice-président du PDCI) se prononce sur les crises  

La Chronique ‘’Les Actualités Politiques Ivoiriennes’’, numéro 35 du mercredi 15 Juin 2022 du vice-président du PDCI-RDA Kobenan Tah Thomas

Silence ! Des géants tombent.

Bonjour chères concitoyennes et chers concitoyens.

Certains points de l’actualité internationale, toujours foisonnante et imprévisible, montrent des changements majeurs qui rapprochent, chaque jour un peu plus, le monde occidental des Etats peu développés. Et vice-versa. Les faits sont si frappants que l’on pourrait dire que l’Occident chute de son piédestal de modèle dans la bonne gouvernance, de respect des droits de l’homme, d’humanisme tout court. A contrario, l’on enregistre des prises de positions ouvertes où les Africains se rendent capables de dire les intérêts de leurs Etats sans complexe. Comme s’ils étaient des pays puissants qui ont droit au chapitre ! Trois faits parmi tant d’autres en donnent un début de preuve.

Un an et huit mois de prison avec sursis contre Michel Platini et Sepp Blatter. C’est la peine requise par la justice suisse à l’encontre des deux hommes, accusés d’avoir escroqué l’instance mondiale du football en obtenant un paiement injustifié. C’étaient les deux hommes les plus puissants du football international. Entendus depuis le 9 juin, ils seront situés sur leur sort le 8 juillet prochain. Ceci pour dire que dans la cohorte des anges terrestres, il en existe de plus en plus qui s’assombrissent d’eux-mêmes.

En attendant ce verdict, c’est M. Jean-Luc Mélenchon, le chef de la France Insoumise et leader de la l’alliance de gauche qui déclarait ceci : « Je laisse les plaisirs de la bidouille à Monsieur Darmannin ». en fait, à l’issue du premier tour des législatives du 12 Juin 2022, monsieur Mélenchon avec sa coalition Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale (Nupes), challenger d’Ensemble, l’autre coalition faite autour du président Macron qui a urgemment besoin d’une majorité absolue pour gouverner et pour éviter la cohabitation, a estimé que le ministre de l’Intérieur « essaye de tripoter les chiffres (…). Tout ça est fait pour masquer la lourde défaite du parti macroniste ».

La « marmaille à l’ivoirienne » c’est l’équivalent de la « bidouille à la française ». Il a même parlé de pratiques de républiques bananières ! Il a peut-être raison mais voilà, nous avons désormais  en commun cette identité remarquable! Il y a environ trois semaines que les officiels français essaient de s’expliquer sur les graves faits du Stade de France Saint-Denis survenus lors de la finale de la Ligue européenne des Champions. C’est en plein une habitude des « républiques des marigots du sud » (cf. Alioum Fantouré).

Après plus de 110 jours d’invasion de la Russie contre le partenaire ukrainien du président Joe Biden des USA, celui-ci laisse entendre que son homologue ukrainien ne voulait pas croire à la réalité d’une attaque de la Russie. C’est une critique de mauvais goût sur laquelle les conseillers de Volodymyr Zelensky ne sont pas restés muets. Pendant ce temps, il est établi que le ratio en artillerie Russie/Ukraine est de l’ordre de 10 contre 1. C’est dire qu’il y a plus de déclarations de livraisons d’armes que de livraisons effectives. Parallèlement, le président Biden par ses déclarations ouvre un autre front par ses déclarations entre la Chine et la Taïwan. Dans ce jeu trouble, il entraine l’Union Européenne qui ne sait plus quelle posture adopter.

Isoler les pays membres de l’UE d’un accès aux ressources énergétiques et céréalières, c’est l’autre face de la même médaille que celle des paquets de sanctions votées contre la Russie de M. Poutine. Autant le Prix Nobel de la Paix honore son récipiendaire, autant l’on devrait songer à instituer le prix Hitler de la guerre qu’on décernerait à des personnalités qui s’illustrent très négativement contre la paix à l’échelle de la planète. Il n’y a aucun doute que ce prix-là ne quitterait jamais les plus puissants de notre monde ; car il sommeille en chacun d’eux, de petits Hitler qui s’ignorent.

« Le Mali respecte les droits de l’homme ; pas pour faire plaisir à des partenaires internationaux (…). Le Mali a enregistré une constitution en 1327 au moyen âge, le Kourukan Fouga qui donnait une importance au respect des droits humains… ».

Ce sont des mots de M. Abdoulaye Diop, le ministre malien des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale devant le Conseil de Sécurité de l’ONU. C’est à la limite du suicide pour un Etat qui ne siège pas au Conseil de Sécurité de l’ONU comme membre permanent disposant du fameux droit de véto. Certes il n’est pas à sa première déclaration courageuse ou suicidaire ; c’est selon !

Tout compte fait, cette gageure de sa part est un signe que les républiques bananières se hissent vers le haut, elles sortent du bourbier petit à petit du bourbier des schémas habituellement avilissants tandis que les grandes puissances militaro-économiques, maitres du monde, font un flop vertigineux vers le bas. Cherté de la vie, graves déficits budgétaires, allégations de violations des droits humains, auteurs, acteurs, commanditaires de faits graves contre la stabilité et la paix dans le monde… Tout y passe ! Pour une fois, officiellement et officieusement, ce n’est pas sur le continent africain que l’on enregistre de graves menaces contre la paix. Peut-être que c’est le début du changement des rôles !

Merci et à mercredi prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.