Koné Tehfour, tout feu tout flamme depuis Abobo : « Hamed Bakayoko s’est autoproclamé Maire ».

Par Serikpa Djeckou De Sylva-Afriquematin.net

Koné Tehfour, candidat indépendant « malheureux » aux élections municipales à Abobo. Cet ex-député RDR, devenu pro-Soro Guillaume, a mobilisé Abobo durant la campagne municipale. Il était sous les feux projecteurs des médias. Qu’est-il devenu ? Nous l’avons rencontré.

C’est à son domicile que Koné Tehfour nous reçoit ce lundi matin. Au volant de sa voiture, l’homme est venu nous chercher au point du rendez-vous. Il nous installe dans son modeste salon. Une petite table à manger avec quatre chaises dans un coin, un ventilateur à quelques mètres, un écran plasma moyen au mur, deux canapés pour les visiteurs, rien de plus. Tout ceci dans un décor où les couleurs riment avec l’espace. Le maître des lieux donne instruction à son épouse, après les civilités. « Fait-nous un café s’il te plait », lance-t-il.

Dans cette ambiance conviviale presque matinale, quand nous lui demandons, que devient Koné Tehfour après les élections municipales qui ont fait couler beaucoup d’ancre et de salive, il nous raconte sa vie, son amour pour Abobo : « Comme tu le vois, Tehfour, c’est le fils d’Abobo. C’est toujours la même personnalité, J’ai repris ma vie normale. Je suis né à Abobo, j’y ai grandi, les études à Abobo et j’y travaille ; Abobo est une partie de ma vie », indique-t-il avec fierté. A la question de savoir d’où lui est venu, l’idée de sa candidature aux municipales ? Koné Tehfou, comme s’il attendait cette question, dans un regard qui exprime la justice mais plein d’amour pour son prochain, de la façon la plus sereine affirme : « Deux mois après les élections législatives de 2016, un vaste complot a été organisé par les responsables du RHDP pour me faire sortir du parlement ivoirien puisque j’étais député suppléant RDR de Mme Jeanne Peumon. Elle étant Conseillère du Président Alassane Ouattara, elle ne devrait pas siéger. Et pourtant, on m’avait rassuré que je devrais siéger du fait de son indisponibilité », nous lance-t-il. Il poursuit. « Les membres du RHDP me trouvaient selon eux comme un enfant intelligent, bosseur parti de rien pour gravir les échelons. Mais en même temps, ils me trouvaient un peu libre dans ma tête. Je sentais qu’ils voulaient me mettre sous leur voûte pour ne m’exprimer que pour eux et par eux. Ce que je ne pas accepter ».

En effet, Koné Tehfour est ce genre de personne qu’on ne met pas dans un carcan pour lui imposer des choses. « J’ai toujours voulu défendre la justice. Au lycée, nous étions à la Fesci encadrés par Martial Ahipaud et les autres, nous avons introduit la Fesci dans les Cafop parce que nous estimions qu’il était normal que les droits des élèves enseignants soient défendus », nous révèle-t-il.  Après un regard vers l’horizon comme pour dire l’avenir sourira aux jeunes qui n’ont jamais voulu accepté de vendre leur dignité pour de l’argent, il affirme. « J’ai eu de l’estime pour Soro Guillaume pour le fait qu’il m’ait permis de m’exprimer véritablement sur le terrain entant que Député sans me contraindre à agir selon ses aspirations. J’apprécie les patrons qui font libérer les génies des uns et des autres ».

Koné Tehfour venait de révéler la cause du complot des membres du RHDP. Ses rapprochements avec Guillaume Soro, Ex-Président de l’Assemblée Nationale. Mais l’homme déjà très jeune a des ambitions pour Abobo. La terre qui l’a vu naitre grandir. Et comme ironie du sort, il y vient enseigner.  « Mon entrée au parlement m’avait permis de créer un leadership très puissant et bien structuré à Abobo. Dans le conseil municipal d’Abobo, avec Tounkara pendant 16 ans, Jeanne Peumon, Kandia Camara et  six députés, malgré tout ce qu’ils ont comme moyens, tout le monde me reconnaissait comme député d’Abobo pare ce que j’étais au cœur des préoccupations des populations. J’ai donc décidé d’aller contre le système Tounkara en briguant la magistrature suprême de la commune d’Abobo entant qu’indépendant », affirme Koné Tehfour.  Et qu’en est-il de cette somme que Hamed Bakayoko vous aurait promise ? Il coupe cout. « Écouter.  Je ne marchande pas ma dignité. J’aurais pu accepter si j’étais un jeune accroché à l’argent. En réalité, c’était un piège que me tendait le RHDP ; Ils savaient que j’étais le meilleur cheval pour Abobo et que je n’étais pas de leur bord ».

Aujourd’hui vous avez perdu les élections. « Non. Hamed Bakayoko s’est autoproclamé Maire d’Abobo. Les résultats des urnes sur le terrain, les réseaux sociaux et les médias m’avaient déclaré vainqueur. Seule la commission électorale indépendante aux ordres des gouvernants a appliqué des résultats venus de la Présidence. Quelques heures avant la proclamation des résultats, Hamed Bakayoko avait déjà installé des sonos pour fêter sa victoire ; c’est anormal dans un pays de droit ». Et Tehfour lâche. « Si j’avais demandé à la population d’Abobo de réclamer ma victoire, Abobo allait être transformé en un champ de guerre. Toutes les dispositions avaient été prises par nos adversaires qui nous regardaient comme des ennemis ; Guillaume Soro serait arrêté car de par ces deux candidatures Ahmed et Tehfour, c’étaient Soro Guillaume et Alassane Ouattara dans leur esprit »., nous révèle le fils d’Abobo. Et de conclure. « J’aime Abobo. Je ne pouvais pas faire descendre la population d’Abobo dans les rues et les sacrifier pour un poste de maire. J’ai préservé leur vie pour les futures batailles ».

Prochainement : Koné Tehfour : « En déclarant sa candidature, Alassane Ouattara a déclaré la Côte d’Ivoire un pays de non droit ». 

 

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook