Campagne cacaoyère dans le Sud-ouest/Le mauvais état des pistes et routes empêche l’acheminement des récoltes

Par Haidmond Kaunan/ afriquematin.net depuis le Bas-Sassandra

La campagne cacao 2019-2020  commence avec difficulté pour les producteurs du Sud-ouest de la Côte d’Ivoire.  Et ce, à cause de l’état très dégradé des routes qui n’encourage pas les propriétaires de camionnettes et de  véhicules à remorques de s’aventurer dans la forêt profonde en vue de la collecte du cacao et la livraison du produit  vers la ville portuaire de San Pedro. Au risque de voir les  les véhicules endommagés.

« Pour cette campagne beaucoup de cacao vont rester aux mains des producteurs comme invendus. Il n’y a pas de voies de collecte. Les magasins de stockage de Dabouyo, dans le département de Guéyo, sont pleins à craquer de produit mais il n’y a pas de véhicules pour les faire sortir sur la grande voie menant vers San Pedro. Un véhicule à remorque passe pratiquement deux semaines en brousse pour regagner la ville portuaire de San Pedro », nous a confié avec beaucoup de tristesse, Konaté Zié, traitant à San Pedro qui ajoute que les chauffeurs et les pisteurs sont sans défense, à preuve un des pisteurs a perdu la vie et des millions de francs lui ont été  arrachés Même son de  cloche, où comme le raconte , Quant à ce  manager d’une société coopérative à  Dogbo,  dans le département de San Pedro « là- bas pour faire sortir les sacs de fèves  de cacao séchés  il faut le colporter. Le pont étant cassé,  celui qui transporte le sac de cacao pour traverser le pont artisanal pour charger la camionnette en vue de  sortir sur la grande voie Tabou-San Pedro, taxe celui-ci  à 500 francs », note avec amertume Yao Kan.

 « Il y a de forte chance qu’une importante  partie du cacao de la zone de Dogbo reste aux mains des producteurs, car tous ne sont pas tous  prêts à payer les passeurs à 500 francs le sac », soutient ce jeune opérateur économique qui a requis l’anonymat.

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook