Henriette Lagou/« Nous avons besoin de quiétude, vue ces signaux alarmants que nous observons… »

A l’occasion du nouvel an, la Présidente du Renouveau pour la Paix et la Concorde (RPC-PAIX) Madame Henriette LAGOU, livre son message

Ivoiriennes mes sœurs, Ivoiriens mes frères ;

Chers compatriotes,

Amis de la Côte d’Ivoire ;

   Ce début d’année 2019 m’offre l’agréable devoir de sacrifier au rituel des vœux. Je voudrais donc vous dire, bonne et heureuse année. Que cette année nouvelle apporte à la Côte d’Ivoire, la Paix tant souhaitée, la Fraternité, la Justice et surtout, plus de démocratie.

   Au peuple paisible et généreux de Côte d’Ivoire, je formule des vœux de santé, de richesse, de progrès, de bonheur et surtout de quiétude car nous en avons besoin vu ces signaux alarmants que nous observons surtout pendant des élections sans grands enjeux comme ces dernières élections partielles que nous venons de vivre.

    À toutes celles et ceux qui nous font l’amitié de partager avec nous cette portion de terre d’Ivoire, que l’année  nouvelle soit pour vous une année de bonheur et de bonne santé. À vous tous, que Dieu vous garde encore cette année et vous accorde toutes ses grâces.

    Tous ces vœux, je les souhaite ardemment afin que la Côte d’Ivoire amorce maintenant son envol et que les Ivoiriens aient le bonheur auquel ils ont droit. Cela sous-entend qu’il faut des changements notables dans la gestion sociale, humaine, environnementale et administrative de notre pays.

    En effet, selon les chiffres de l’INS et d’autres organismes tels que la banque mondiale, le taux de pauvreté dans notre pays est de l’ordre de 46%. En outre, nonobstant l’embellie économique de notre pays, si des efforts ne sont pas faits pour juguler les effets du changement climatique, les progrès économiques constatés ne pourront pas résister et des millions d’Ivoiriens se retrouveront dans une grande pauvreté.

    Il y a donc urgence à revoir notre gouvernance sociale, démocratique et environnementale afin de mettre les Ivoiriens, qui ploient sous les affres de la pauvreté, un peu plus en sécurité.

Chers compatriotes,

    Si la grave crise qu’a connu notre pays après l’élection présidentielle d’octobre et novembre 2010, est en train, petit à petit, d’être un mauvais souvenir dans notre mémoire, il faut reconnaître que ses effets persistent et inquiètent. En effet, en dehors de la décision du chef de l’État d’amnistier, à la veille de notre indépendance, des prisonniers politiques, il y a encore des militaires en détention et surtout, des frères et sœurs en exil. Bien que la décision du retour au pays relève de la volonté des exilés, les conditions d’un retour sécurisé ne sont pas encore assurées. Il faut donc travailler à redonner confiance aux uns et aux autres car c’est déshonorant pour un pays dont les dirigeants se targuent d’être des démocrates, qu’il y ait des nationaux réfugiés dans les pays qui nous entourent.

    Ces actes de libération des prisonniers politiques et des militaires ainsi que le retour sécurisé des exilés que nous demandons, vont contribuer à faire naître un véritable climat de réconciliation nationale. Il faut toutefois noter que certaines attitudes comme le refus de la différence et aussi l’intolérance politique, nous éloignent chaque jour davantage de la réconciliation que nous recherchons. Acceptons donc nos différences et surtout, respectons l’exercice démocratique de chaque parti politique et son droit d’exister. Par ce fait, nous contribuons à valoriser et promouvoir la démocratie dans notre pays. Respectons la démocratie, système politique grâce auquel nous vivons ensemble malgré nos différences. Évitons de poser des actes de vandalismes ou de les susciter par peur de perdre des avantages au niveau de la gestion de l’État. C’est déshonorant pour un pouvoir de fournir la violence à des jeunes comme activité lucrative. Il faut donc, de la part des gouvernants, un peu de responsabilité afin de mettre nos jeunes au travail et ne pas les utiliser comme bras séculier en les maintenant dans les liens malheureux du chômage.

   Au regard de tout ce que l’on observe du point de vue politique et sociale, l’année 2019 s’annonce avec beaucoup d’incertitudes et d’inquiétude. La démocratie sera une fois encore mise à mal et le chantage qui à court dans nos administrations comme au niveau des militants des partis politiques va connaître un pic. Tout cela parce que les uns veulent se maintenir au pouvoir en 2020, les autres veulent parvenir au pouvoir et certains voudront conserver leurs avantages au sommet de l’État. Par ailleurs, le conservatisme dans lequel nous baignons voudra dénier à l’opposition, son désir de rassemblement. Dans cet égoïsme politique, le peuple Ivoiriens perdra sa liberté du fait de son indigence.

   Face à cela, nous appelons les Ivoiriens au rassemblement et à la vigilance. Il faut que chaque Ivoirien soit le fer de lance du renouveau démocratique, social et politique de notre Nation. Que toutes les forces du progrès et du changement s’unissent sans a priori en ayant pour seul intérêt la sauvegarde du pays et son unité ainsi que son unicité. Unissons-nous pour transformer les inquiétudes et les incertitudes en espoir d’un lendemain meilleur. 2020 se prépare en cette année 2019 qui s’annonce !

Chers compatriotes,

     C’est la Femme, la Fille, la Sœur et la Mère qui vous parle et vous invite à la rejoindre dans une chaude et agréable étreinte pour vaincre la haine et sauver notre pays.

    Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire et son Peuple. Bonne et heureuse année à toutes et à tous, je vous remercie.

                                                                                                                                   Henriette LAGOU

 

                                                                                                                               Présidente du RPC-PAIX

 

Comparer

Facebook